Un scandale énorme : comment Assange, ses médecins, ses avocats et ses visiteurs ont tous été espionnés pour les États-Unis – Par Stefania Maurizi

6.décembre.2019

La Repubblica [quotidien italien de centre gauche – Wikipedia – NdT] a eu accès aux enregistrements vidéo et audio de la société espagnole UC Global, qui a espionné le fondateur de WikiLeaks, son équipe de journalistes et tous ceux d’entre nous qui ont rendu visite à Assange à l’ambassade d’Équateur au cours des sept dernières années. Les images vidéo et les enregistrements audio révèlent une effroyable violation de la vie privée. Toutes les informations recueillies par UC Global ont été envoyées aux services secrets américains.

On dirait un film de James Bond, mais c’est une histoire vraie. Julian Assange, les journalistes de WikiLeaks et tous les avocats, journalistes, politiciens, artistes et médecins qui ont rendu visite au fondateur de WikiLeaks à l’ambassade équatorienne au cours des sept dernières années ont été victimes d’espionnage systématique. Les réunions et les conversations ont été enregistrées et filmées, et toutes ces informations ont été transmises aux services de renseignements américains. Certaines de ces opérations d’espionnage étaient vraiment étranges : un jour, des espions avaient même prévu de subtiliser la couche d’un bébé qui avait été présent lors d’une visite à Assange à l’intérieur de l’ambassade. Le but ? Prélever les excréments du bébé et effectuer un test ADN pour déterminer si le nouveau-né était un fils caché de Julian Assange.

La Repubblica a eu accès à certaines des vidéos, des enregistrements audio et des photos. Rencontres entre le fondateur de WikiLeaks et ses avocats, examens médicaux de Julian Assange, rencontres diplomatiques de l’ambassadeur équatorien Carlos Abad Ortiz, rencontres entre Assange et des journalistes. Tout était espionné.

L’auteur de cet article a constaté qu’elle n’a pas seulement été filmée, mais que ses téléphones ont été ouverts, probablement pour obtenir le code IMEI qui permet d’identifier de façon unique chaque appareil afin de l’intercepter. Les espions ont également eu accès à nos clés USB, bien qu’à ce stade, il n’est pas sûr qu’ils aient réussi à casser le cryptage protégeant les informations stockées sur les clés USB de nos sacs à dos. Il s’agit là de violations très graves de la confidentialité des sources journalistiques, étant donné que nos réunions à l’intérieur de l’ambassade étaient entièrement professionnelles et que, en tant que visiteurs fréquents, nous avons été enregistrés à plusieurs reprises comme « journalistes ».

Le bâtiment le plus espionné de la planète

Tout le monde pouvait imaginer que l’ambassade de l’Équateur à Londres, où Julian Assange s’était réfugié, faisait l’objet d’une surveillance extraordinaire, mais ce qui n’était qu’une supposition raisonnable est devenu une certitude après que le juge José de la Mata de la Haute Cour espagnole (Audiencia Nacional) a ouvert une enquête contre UC Global – une société basée à Jerez de la Frontera, Cadiz, au sud de l’Espagne – et qu’il a fait perquisitionner ses bureaux et arrêter son propriétaire, David Morales.

Read also:
Ecuador Foreign Minister: Assange Can't Enjoy 'Eternal Asylum' in London Embassy

Le 19 juin 2012, lorsque le fondateur de WikiLeaks s’est réfugié dans le petit appartement qui est l’avant-poste diplomatique de Quito au Royaume-Uni, l’ambassade ne disposait pas des mesures de sécurité les plus élémentaires : elle n’était même pas équipée de caméras. C’est pourquoi le gouvernement équatorien de Rafael Correa, qui avait accordé l’asile à Julian Assange, a engagé UC Global, une petite société de sécurité fondée par un ancien militaire espagnol, David Morales, qui avait protégé la famille de Correa.

Quand Morales a commencé à travailler pour l’Équateur, c’était un petit chef d’entreprise avec de grandes ambitions : il espérait rejoindre le milieu des entrepreneurs ayant des sociétés lucratives dans des endroits dangereux du monde entier. C’est précisément la présence de Julian Assange à l’ambassade d’Équateur qui lui a offert la possibilité de développer son activité, selon certains de ses anciens employés devenus témoins de l’enquête en cours contre lui. Des témoins ont reconstitué comment Morales s’est mis au service du renseignement américain pour espionner Julian Assange, ses visiteurs et le personnel. L’enquête espagnole repose sur une quantité considérable d’enregistrements vidéo et audio, sur les courriels et les chats internes d’UC Global.

L’escalade sous Donald Trump

Après l’élection de Donald Trump, les activités d’espionnage de UC Global ont vraiment pris leur envol. A l’intérieur de l’ambassade, de nouvelles caméras ont été installées pour recueillir non seulement des fichiers vidéo, mais aussi pour enregistrer des conversations avec des micros intégrés qui ne pouvaient être détectées « à l’œil nu », comme le révèlent les e-mails internes d’UC Global. David Morales a demandé à ses employés de fournir des informations telles que la composition physique des murs de la pièce d’Assange : « brique, maçonnerie, ciment », « données wifi de l’ambassade », et Morales a même songé à installer des microphones capables de détecter les sons au travers des murs.

Rien ni personne n’a été épargné. On a contrevenu au respect même des rencontres les plus sacrées : des images vidéo et audio vues par la Repubblica montrent un Julian Assange à moitié nu lors d’une visite médicale, l’ambassadeur équatorien Carlos Abad Ortiz et son équipe lors d’une de leurs réunions diplomatiques, deux avocats d’Assange, Gareth Peirce et Aitor Martinez, entrant dans les toilettes pour femmes pour un entretien confidentiel avec leur client.

Read also:
«French activism», luttes intenses et audience fantôme à la Westminster Magistrate Court – Julian Assange comparait le 19 et le 20 décembre

Ce fut Julian Assange qui suggéra de tenir les réunions sur la procédure légale dans les toilettes pour femmes parce qu’il soupçonnait être sous surveillance intensive. Les avocats y avaient vu une attitude paranoïaque de la part d’Assange, et UC Global les avait rassurés à ce sujet, mais en réalité des micros avaient été placés même dans les toilettes des femmes.

Bien sûr, le personnel passé et présent de WikiLeaks a été particulièrement visé. Stella Morris était l’une des principales cibles. La journaliste Sarah Harrison, qui s’est rendue à Hong Kong pour aider Edward Snowden, a également été prise pour cible. Le patron d’UC Global a aussi demandé à ses employés des profils actualisés de Renata Avila, l’avocate et experte en droits numériques, du philosophe croate et co-fondateur de DIEM, Srecko Horvat, de l’avocate londonienne Jennifer Robinson, qui représente Julian Assange depuis 2010, des réalisateurs Juan et José Passarelli et du juriste espagnol Baltasar Garzon, qui dirige l’équipe juridique de Julian Assange. Une série de photographies révèle que Garzon a été pris en filature. Les dossiers révèlent également que les téléphones du journaliste indépendant et expert technique Andy Müller-Maguhn ont été mis sur écoute. Des enregistrements vidéo à l’intérieur de l’ambassade montrent Glenn Greenwald et son mari, David Miranda, rencontrant Julian Assange, et le rappeur britannique M.I.A. en train de déjeuner avec le fondateur de WikiLeaks alors que son chat est assis sur la table.

Julian Assange sans défense

Il ne semble guère y avoir de doute que cette opération d’espionnage de grande envergure a été menée au nom des États-Unis. Les déclarations d’anciens employés, les courriels internes et la nature des renseignements recueillis en attestent.

Pendant les sept années qu’il a passées enfermé dans l’ambassade avant d’être arrêté en avril dernier, Julian Assange a tenté de se défendre du mieux qu’il a pu contre une surveillance aussi omniprésente. L’un des stratagèmes qu’il a utilisés était un dispositif à bruit blanc pour perturber les interceptions. Dans une certaine mesure, un tel dispositif a fonctionné. Pour éviter la perturbation causée par son dispositif de bruit blanc, UC Global a dû installer un microphone caché dans l’extincteur juste à côté de l’endroit où Assange serait assis dans la salle de réunion. Il était presque impossible de repérer un tel microphone, collé avec un aimant à l’intérieur de la base de l’extincteur. Ce n’était pas la seule perturbation créée par le dispositif à bruit blanc : selon les travailleurs d’UC Global, les Américains avaient placé des microphones laser à l’extérieur de l’ambassade pour intercepter les conversations à l’intérieur, captant les vibrations du verre des fenêtres. Mais les petites vibrations produites par le dispositif à bruit blanc interféraient avec ce procédé, perturbant la réception, et le patron de UC Global est finalement intervenu pour résoudre ce problème au moyen d’une solution technique apportée par les Américains eux-mêmes.

Read also:
New Year’s message and warning from a war correspondent

Les enregistrements vidéo et audio auxquels la Repubblica a eu accès révèlent les violations extrêmes de la vie privée auxquelles Julian Assange, les journalistes, avocats, médecins et journalistes de WikiLeaks ont été soumis à l’intérieur de l’ambassade, et représentent une étude de cas choquante sur l’impossibilité de protéger les sources et les documents journalistiques dans un environnement aussi hostile. Cette opération d’espionnage est particulièrement scandaleuse si l’on considère qu’Assange était protégé par l’asile, et si l’on considère que les informations recueillies seront utilisées par les États-Unis pour étayer son extradition afin de le condamner pour les crimes dont il est actuellement accusé et pour lesquels il encourt 175 ans de prison – la divulgation des documents secrets des autorités américaines qui révèlent des crimes de guerre et la torture, de l’Afghanistan à l’Irak, en passant par Guantánamo.

L’avocat espagnol Aitor Martinez, membre de l’équipe juridique de Julian Assange a été filmé par UC Global : Il a déclaré à la Repubblica : « Au fil des ans, M. Assange a rencontré son équipe juridique à l’ambassade. Ces réunions étaient protégées par la relation avocat-client qui sous-tend le droit fondamental à la défense. Cependant, nous pouvons constater que ces rencontres ont été espionnées, comme le montrent les vidéos publiées par différents médias. Dans ces conditions, il est clair que l’extradition doit être refusée. Nous espérons que la justice britannique va comprendre l’ampleur de ce qui s’est passé et refuser l’extradition dès que possible. »

Source : La Repubblica, Stefania Maurizi, 18-11-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

https://www.les-crises.fr/un-scandale-enorme-comment-assange-ses-medecins-ses-avocats-et-ses-visiteurs-ont-tous-ete-espionnes-pour-les-etats-unis-par-stefania-maurizi/

Lire aussi

Appel à l’archevêque de Canterbury pour la libération de Julian Assange