Poitiers : une partie de la gauche tente l’union face à l’extrême droite

Apr 21, 2022

À Poitiers, les représentants du Parti Communiste, de l’Union Populaire, du Nouveau Parti anticapitaliste, de Génération.s et des Verts s’unissent pour lutter contre l’extrême droite et appellent à manifester samedi 23 avril 2022.

Jeudi 21 avril et malgré leurs divergences, six représentants de la gauche au niveau local se sont rassemblés place de la Liberté pour témoigner de leur union face à l’extrême droite. Pour ce faire, le Parti Communiste, l’Union Populaire, le Nouveau Parti anticapitaliste, Europe Ecologie les Verts et Génération.s ont choisi un moment clé, au lendemain du débat et à la veille du second tour de la présidentielle.

Leur objectif est d’exprimer avec clarté la position suivante : “Pas une voix ne doit aller à Marine Le Pen” d’abord, mais aussi pour réaffirmer “qu’Emmanuel Macron n’est pas une solution politique et que ses idées, terreau de l’extrême droite, sont à combattre”.

“Marine Le Pen a gagné 10 points depuis 2017”

À gauche de l’échiquier politique, seul le Parti Socialiste a été écarté de cette démarche, “car nous estimons qu’il porte en partie la responsabilité de la montée de l’extrême droite depuis le mandat de François Hollande”, justifie Alexandre Raguet au Nouveau Parti anticapitaliste.

Malgré une belle percée de la gauche au premier tour de l’élection présidentielle à Poitiers, tous regrettent de retrouver l’extrême droite au second tour pour la troisième fois en 20 ans. “Marine Le Pen a gagné 10 points depuis 2017, c’est dramatique. Nous tenons à rappeler que l’extrême droite est un danger mortel pour les personnes racisées, LGBT, les droits des femmes et la démocratie”, ajoute le représentant du NPA.

Read also:
Police ban Yellow Vests demonstration in Paris set for Saturday

“Quinquennat de la regression”

Au Parti Communiste, Hugo Blossier poursuit et ne mâche pas ses mots : “Le quinquennat d’Emmanuel Macron a été celui de l’inaction sociale et climatique mais celui de Marine Le Pen sera celui de la régression. Son programme est basé sur l’inégalité, le racisme et le mythe de pureté.”

Une union de la gauche qui vise aussi à préparer “l’après”, selon la représentante de l’Union Populaire, Valérie Soumaille, qui ne parle toutefois pas encore des législatives. “En attendant, nous invitons tout le monde à participer au rassemblement contre l’extrême droite sur la place du Maréchal-Leclerc, samedi 23 avril.” La manifestation en même lieu et place avait attiré près de 500 personnes, samedi 16 avril.

Légistatives : l’appel de la maire de Poitiers à “un front uni de toutes les gauches et de l’écologie”

Cette unité de certaines forces de gauche à la veille du second tour de l’élection présidentielle est-elle un prémice à ce qui se mettra en place pour les élections législatives dans la Vienne ? En sa qualité de maire de la ville de Poitiers (et non en tant que militante ou responsable EELV insiste t-elle), Léonore Moncond’huy a une position très claire sur la question.

Parce qu’elle considère que “la colère ne doit pas nous aveugler”, elle invite sans ambages à glisser un bulletin Macron dans l’urne dimanche prochain “car l’élection de Marine Le Pen serait une issue dramatique”,

Mais Léonore Moncond’huy considère aussi que ” les citoyens sensibles à la gauche, à la justice sociale et à l’écologie doivent se donner des perspectives”.

Read also:
Greek Railway Workers Reportedly Refuse to Transport NATO Tanks Toward Ukraine

Elle en appelle ainsi sans hésiter à bâtir ” impérativement un front uni de toutes les gauches” dans l’optique des législatives et même “en élargissant les discussions jusqu’au PS”.

Mais elle estime que cette démarche ne doit pas se faire sur la base d’un rapport de force. “Ce ne doit pas être une absorption ou un effacement total au profit d’un seul camp, mais bien une oeuvre commune. Il faut arrêter de considérer la politique comme un jeu de boutiques. Nous devons tous faire preuve d’ouverture et d’humilité pour s’accorder sur une dynamique où chacun trouvera sa place.”

La maire de Poitiers reste optimiste : “Je crois à un accord, qui devra être national et global.”

Xavier Le Roux

www.lanouvellerepublique.fr

Lire aussi

Pas une voix pour l’extrême droite, battre le néolibéralisme de Macron dans la rue

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.