Mikis sur l’Europe (2011)

Appel commun pour le sauvetage des peuples d’Europe

Première publication le 21/10/2011

65 ans après la défaite du nazisme et du fascisme, les peuples européens sont aujourd’hui confrontés à une menace dramatique, cette fois-ci non pas militaire, mais financière, sociale et politique.

Au cours des 18 derniers mois, un nouvel “Empire de l’argent” a systématiquement attaqué un pays européen après l’autre, sans rencontrer la moindre résistance financière.

Non seulement les gouvernements européens ne parviennent pas à organiser une défense collective des peuples européens contre les marchés, mais, au contraire, ils tentent de “calmer” les marchés en imposant des politiques qui nous rappellent la façon dont les gouvernements ont essayé de faire face au nazisme dans les années 30. Ils organisent des “guerres de la dette” entre les peuples d’Europe, tout comme lorsqu’ils ont été poussés de la belle époque à la première guerre mondiale.

L’offensive des marchés a initié une guerre contre la Grèce, un Etat membre de l’UE, dont le peuple a joué un rôle décisif dans la résistance contre la barbarie et la libération de l’Europe lors de la 2ème guerre mondiale. Au début, cette guerre était une guerre de communication, qui rappelait les campagnes contre les pays hostiles et parias, comme l’Irak ou la Yougoslavie. Cette campagne présentait la Grèce comme un pays de citoyens paresseux et corrompus, tout en tentant de faire porter le chapeau de la crise de la dette aux “PIIGS” d’Europe et non aux banques internationales.

Rapidement, cette offensive s’est transformée en une offensive financière, qui a entraîné la soumission de la Grèce à un statut de souveraineté limitée et l’intervention du FMI dans les affaires internes de la zone euro.

Lorsqu’ils ont obtenu ce qu’ils voulaient de la Grèce, les marchés ont pris pour cible les autres pays, plus ou moins grands, de la périphérie européenne. L’objectif est unique et commun dans tous les cas : La garantie totale des intérêts des banques contre les États, la démolition de l’État-providence européen, qui a été une pierre angulaire de la démocratie et de la culture européennes, la démolition des États européens et la soumission des structures étatiques restantes à la nouvelle “Internationale de l’argent”.

L’UE, qui a été présentée à ses peuples comme un moyen de progrès collectif et de démocratie, tend à devenir le moyen de mettre fin à la prospérité et à la démocratie. Elle a été présentée comme un moyen de résistance à la mondialisation, mais les marchés souhaitent qu’elle soit un instrument de cette mondialisation.

Elle a été présentée à l’Allemagne et aux autres peuples européens comme un moyen d’accroître pacifiquement leur pouvoir et leur prospérité, mais la manière dont tous les peuples sont abandonnés pour être la proie des marchés financiers, détruit l’image de l’Europe et transforme les marchés en acteurs d’un nouveau totalitarisme financier, en nouveaux patrons de l’Europe.

Nous sommes face au danger de répéter l’équivalent financier de la première et de la deuxième guerre mondiale sur notre continent et d’être dissous dans le chaos et la décomposition, au profit d’un Empire international de l’argent et des armes, dans l’épicentre économique duquel se trouve le pouvoir des marchés.

Les peuples d’Europe et du monde sont confrontés à une concentration sans précédent dans l’histoire du pouvoir financier, mais aussi politique et médiatique du capital financier international, c’est-à-dire d’une poignée d’instituts financiers, d’agences de notation et d’une classe politique et médiatique rachetée par eux, avec plus de centres à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Europe. Ce sont ces marchés qui attaquent aujourd’hui un pays européen après l’autre, utilisant le levier de la dette pour démolir l’État-providence et la démocratie européenne.

L'”Empire de l’argent” exige maintenant une transformation rapide, violente et brutale d’un pays de la zone euro, la Grèce, en un pays du tiers monde, avec un soi-disant programme de “sauvetage”, en fait le “sauvetage” des banques qui ont prêté au pays. En Grèce, l’alliance des banques et des dirigeants politiques a imposé – par l’intermédiaire de l’UE, de la BCE et du FMI – un programme qui équivaut à un “meurtre économique et social” du pays et de sa démocratie, et organise le pillage du pays avant la faillite à laquelle il mène, en voulant en faire le bouc émissaire de la crise financière mondiale et l’utiliser comme un “paradigme” pour terroriser tous les peuples européens.
Lire aussi :
Non au nouveau crime ! Mikis Theodorakis sur Chypre, la Russie et la prochaine guerre contre l’Iran

Read also:
The Downing of Malaysian Airlines MH17: The Quest for Truth and Justice. Review of the Evidence

La politique qui est actuellement menée en Grèce et qui tente de se répandre, est la même que celle appliquée dans le Chili de Pinochet, la Russie d’Eltsine ou l’Argentine et aura les mêmes résultats, si elle n’est pas interrompue immédiatement. À la suite d’un programme censé aider le pays, la Grèce est maintenant au bord du désastre économique et social ; elle est utilisée comme cobaye pour étudier les réactions des gens au darwinisme social et terrifier l’ensemble de l’Union européenne, avec ce qui peut arriver à l’un de ses membres.

Les marchés peuvent aussi pousser et utiliser le leadership de l’Allemagne dans des actions de destruction de l’Union européenne. Mais c’est un acte d’aveuglement politique et historique extrême pour les forces dominantes de l’UE et, en premier lieu, pour l’Allemagne, de penser qu’il peut y avoir un quelconque projet d’intégration européenne ou même de simple coopération, sur les ruines d’un ou plusieurs membres de la zone euro.

La démolition programmée de réalisations politiques et sociales majeures et globalement significatives des peuples européens, ne peut établir aucune sorte d’Union européenne. Elle conduira au chaos et à la désintégration et favorisera l’émergence de solutions fascistes sur notre continent.

En 2008, les géants bancaires privés de Wall Street ont forcé les États et les banques d’État à les renflouer de la crise qu’ils ont eux-mêmes créée, en payant avec l’argent des contribuables le coût de leur énorme fraude, comme les hypothèques, mais aussi le coût opérationnel d’un capitalisme-casino non réglementé, imposé au cours des vingt dernières années. Ils ont transformé leur propre crise en une crise de la dette publique.

Maintenant, ils utilisent la crise et la dette, qu’ils ont eux-mêmes créées, pour priver les Etats et les citoyens des quelques pouvoirs qu’ils détiennent encore.

C’est une partie de la crise de la dette. L’autre partie est que le capital financier, ainsi que les forces politiques qui le soutiennent au niveau mondial, ont imposé un programme de mondialisation néolibérale, qui conduit inévitablement à la délocalisation de la production en dehors de l’Europe et à la convergence vers le bas des normes sociales et écologiques de l’Europe avec celles du tiers monde. Pendant de nombreuses années, ils ont caché ce processus derrière des prêts, mais maintenant ils utilisent les prêts pour le mener à bien.

L’Internationale de l’argent, qui veut éliminer toute notion d’Etat en Europe, menace la Grèce aujourd’hui, l’Italie ou le Portugal demain ; elle encourage la confrontation entre les peuples européens et place l’Union européenne devant le dilemme de se transformer en une dictature des marchés ou de se dissoudre. Elle vise à faire régresser l’Europe et le monde dans un état comme celui d’avant 1945, voire même d’avant la Révolution française et les Lumières.

Dans l’Antiquité, l’abolition, par Solon, des dettes qui obligeaient les pauvres à être les esclaves des riches, la réforme dite Seisachtheia, a jeté les bases de la naissance, dans la Grèce antique, des idées de démocratie, de citoyenneté, de politique et d’Europe, les fondements de la culture européenne et mondiale.

Luttant contre la classe des riches, les citoyens d’Athènes ont ouvert la voie à la constitution de Périclès et à la philosophie politique de Protagoras, qui déclarait que “l’homme est la mesure au-dessus de l’argent”.

Aujourd’hui, les classes riches tentent de se venger de l’esprit de l’homme : “Les marchés sont la mesure de tous les hommes” est la devise que nos dirigeants politiques adoptent volontiers, en s’alliant avec le diable de l’argent, comme Faust.

Une poignée de banques internationales, d’agences de notation, de fonds d’investissement, une concentration mondiale de capital financier sans précédent historique, revendique le pouvoir en Europe et dans le monde et se prépare à abolir les Etats et notre démocratie, en utilisant l’arme de la dette pour asservir les peuples d’Europe, en mettant à la place de la démocratie incomplète que nous avons, la dictature de l’Argent et des Banques ; le pouvoir d’un empire totalitaire de la globalisation, dont le centre politique est hors de l’Europe continentale, malgré la présence de puissantes banques européennes au cœur de l’empire.

Read also:
European Court of Human Rights Ruling Prompts Reopening of Vodafone Employee’s Suicide Case

Ils ont commencé par la Grèce, en l’utilisant comme cobaye, pour se déplacer ensuite vers les autres pays de la périphérie européenne, et progressivement vers le centre. L’espoir de certains pays européens d’y échapper finalement prouve simplement que les dirigeants européens d’aujourd’hui font face à la menace d’un nouveau “fascisme financier”, pas mieux que la façon dont ils ont fait face à la menace d’Hitler pendant l’entre-deux-guerres.
Lire aussi :
Mikis Theodorakis fustige la politique étrangère de Tsipras

Ce n’est pas par hasard qu’une grande partie des médias contrôlés par les banquiers ont choisi de s’en prendre à la périphérie européenne, en désignant ces pays comme des “porcs”, et se sont également tournés vers une campagne méprisante, sadique et raciste des médias qu’ils possèdent, non seulement contre les Grecs, mais contre l’héritage grec ancien et la civilisation grecque ancienne. Ce choix montre les objectifs profonds et sous-jacents de l’idéologie et des valeurs du capital financier, qui promeut un capitalisme de destruction.

La tentative d’une partie des médias allemands d’humilier des symboles tels que l’Acropole ou la Vénus de Milo, monuments qui étaient respectés même par les officiers d’Hitler, n’est rien d’autre que l’expression du profond mépris des banquiers, qui contrôlent ces médias, non pas tant contre les Grecs, mais principalement contre les idées de liberté et de démocratie, qui sont nées dans ce pays.

Le monstre financier a produit quatre décennies d’exonération fiscale pour le capital, toutes sortes de “libéralisation du marché”, une déréglementation généralisée, l’abolition de toutes les barrières aux flux de capitaux et de marchandises, des attaques constantes contre l’État, l’acquisition massive de partis politiques et de médias, la propriété de l’excédent mondial par une poignée de banques-vampires de Wall Street. Aujourd’hui, ce monstre, un véritable “État derrière les États”, se révèle en revendiquant l’achèvement du “coup d’État permanent” financier et politique, mené depuis plus de quatre décennies.

Face à cette attaque, les forces politiques de la droite et de la social-démocratie européennes semblent compromises après des décennies d'”entrisme” du capital financier, dont les centres les plus importants sont extra-européens. D’autre part, les syndicats et les mouvements sociaux ne sont pas encore assez forts pour bloquer cette attaque de manière décisive, comme ils l’ont fait à plusieurs reprises dans le passé. Le nouveau totalitarisme financier cherche à profiter de cette situation, afin d’imposer des conditions définitives et irréversibles à travers l’Europe.

Il est urgent que les intellectuels, les gens des arts et des lettres, les mouvements spontanés, les forces sociales et les personnalités qui comprennent l’importance des enjeux coordonnent immédiatement leur action au-delà des frontières ; nous devons créer un puissant front de résistance contre l’avancée de “l’empire totalitaire de la mondialisation”, avant qu’il ne soit trop tard.

L’Europe ne peut survivre que si nous promouvons une réponse unie contre les marchés, un défi plus grand que le leur, un nouveau “New Deal” européen.

– Nous devons immédiatement arrêter l’attaque contre la Grèce et les autres pays de la périphérie de l’UE ; nous devons arrêter la politique irresponsable et criminelle d’austérité et de privatisation, qui mène directement à une crise plus profonde que celle de 1929.

– Les dettes publiques doivent être radicalement restructurées dans toute la zone euro, en particulier aux dépens des géants bancaires privés. Les banques doivent être recontrôlées et le financement de l’économie européenne doit être sous contrôle social national et européen. Il n’est pas possible de laisser les clés financières de l’Europe entre les mains de banques comme Goldman Sachs, JP Morgan, UBS, la Deutsche Bank, etc. Nous devons interdire les dérivés financiers incontrôlés, qui sont le fer de lance du capitalisme financier destructeur, et créer un véritable développement économique, au lieu de profits spéculatifs.

– L’architecture actuelle, basée sur le Traité de Maastricht et les règles de l’OMC, a établi une machine à produire de la dette en Europe. Nous avons besoin d’un changement radical de tous les traités, de la soumission de la BCE au contrôle politique des peuples européens, d’une “règle d’or” pour des normes sociales, fiscales et environnementales minimales en Europe. Nous avons besoin de toute urgence d’un changement de paradigme ; d’un retour à la stimulation de la croissance par la stimulation de la demande, via de nouveaux programmes d’investissement européens, d’une nouvelle régulation, taxation et contrôle des flux internationaux de capitaux et de matières premières ; d’une nouvelle forme de protectionnisme intelligent et raisonnable dans une Europe indépendante, qui sera le protagoniste de la lutte pour une planète multipolaire, démocratique, écologique et sociale.

Read also:
Μ.Theodorakis & P.Neruda - Canto General Chile 1993

Nous appelons les forces et les individus qui partagent ces idées, à converger vers un large front d’action européen dès que possible ; à produire un programme européen de transition, à coordonner notre action internationale, de manière à mobiliser les forces du mouvement populaire, à inverser l’équilibre actuel des forces et à renverser les dirigeants actuels, historiquement irresponsables, de nos pays, afin de sauver nos peuples et nos sociétés avant qu’il ne soit trop tard pour l’Europe.

Athènes, octobre 2011
Cet appel a été signé par les personnalités suivantes

GRÈCE

Mikis Theodorakis, compositeur de musique, résistant
Alexis Tsipras,député, chef du groupe parlementaire SYRIZA
Dimitris Konstantakopoulos, journaliste et écrivain
Yannis Mylopoulos, professeur d’université
Theodosis Pelegrinis, recteur de l’université d’Athènes
Konstantinos Tsoukalas, professeur d’université
Kostas Douzinas, professeur d’université
Kostas Vergopoulos, professeur d’université
Kiriakos Katzourakis, cinéaste
Katia Gerou, actrice
Yagos Andreadis, professeur d’université
Pepi Rigopoulou, professeur d’université
Manolis Glezos, résistant, écrivain

FINLANDE
Eero Ojanen, compositeur, pianiste
Monna Kamu, chanteuse
Niko Saarela, acteur
Juha-Pekka Väisänen, artiste, secrétaire général du Parti communiste de Finlande
Erkki Susi, directeur de l’hebdomadaire Tiedonantaja

FRANCE
Jean-Luc Mélenchon, député européen, coprésident du Parti de Gauche, candidat à l’élection présidentielle de 2012 avec le Front de Gauche.
Gérard Filoche, membre du Conseil national du Parti socialiste
Samir Amin, président du Forum alternatif mondial
Jean-Pierre Page, syndicaliste, ex-membre de la direction de la CGT
Bernard Cassen, président d’honneur d’ATTAC France
Francois Morin, économiste
Pierre Laurent, président du Parti de la gauche européenne, secrétaire national du Parti communiste français
Martine Billard, co-présidente du Parti de la gauche (Parti de Gauche)
Francis Wurtz, ancien député européen, ancien président du groupe GUE/NGL au Parlement européen

ALLEMAGNE
Oskar Lafontaine, député de la gauche allemande (Die Linke) en Sarre, ancien député de la Sarre (1985-1998), ancien président du Parti social-démocrate allemand
Heinrich Fink, théologien, ancien recteur de l’Université Humboldt de Berlin.
Prof. Dr. Manfred Wekwerth, metteur en scène, assistant de Bertolt Brecht
Wolfgang Methling, ancien ministre de l’environnement du Mecklembourg-Poméranie occidentale (1998-2006).
Angelica Domröse, actrice, réalisatrice, cinéaste
Heidrun Hegewald, peintre, écrivain
Gina Pietsch, chanteuse, actrice
Renate Richter, actrice
Peter Sodann, acteur
Hilmar Thate, acteur
Hannes Wader, chanteur et auteur de vers
Konstantin Wecker, chanteur et auteur de vers
Klaus Höpcke, journaliste
Barbara et Winfried Junge, cinéastes, récompensés pour leur film “Die Kinder von Golzow”/”Les enfants de Golzow”.
Asteris Koutoulas, écrivain
Takis Mitsidis, directeur culturel
Kostas Papanastasiou, architecte, acteur, chanteur
Eckart Spoo, journaliste, revue politique et culturelle Ossietzky
Prof. Gunter Reisch, metteur en scène
Dr. Beate Reisch, écrivain
Katja Ebstein, chanteuse et actrice
Daniela Dahn, écrivain
Rolf Becker, acteur
Klaus Ernst, co-président de la Gauche allemande (Die Linke), parlementaire
Dr. Gesine Loetzsch, Co-présidente de la Gauche allemande (Die Linke), MP
Dr. Lothar Bisky, professeur, député européen, Gauche allemande (Die Linke)
Dr. Gregor Gysi, président du groupe parlementaire de la Gauche allemande (Die Linke) au Bundestag
Dr. Diether Dehm, chanteur, député de la Gauche allemande (Die Linke)
Wolfgang Gehrcke, député de la gauche allemande (Die Linke)
Sahra Wagenknecht, députée (Die Linke) au Bundestag
Ulrich Maurer, député de la Gauche allemande (Die Linke)
Stefan Liebich, député de la Gauche allemande (Die Linke)
Renate Harcke, membre du Conseil de la Gauche allemande (Die Linke)

ITALIE
Paolo Ferrero, secrétaire national du Partito della Rifondazione Comunista

ESPAGNE
Jose Luis Centella, secrétaire général du parti communiste
Willy Meyer, député européen, Gauche unie
Maite Mola, vice-présidente du Parti de la gauche européenne, responsable des relations extérieures du Parti communiste

SUISSE
Jean Ziegler, écrivain, membre du conseil consultatif du Conseil des droits de l’homme du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

L’appel a également été signé par l’écrivain latino-américain Eduardo Galeano.