Le goût amer du néolibéralisme en Europe de l’Est

Par Sheri Berman
7 Septembre 2021
Social Europe

L’adhésion de la gauche post-communiste au néolibéralisme leur a aliéné la base ouvrière. Cela a créé des opportunités pour les populistes nationalistes d’aujourd’hui.

Au cours de la dernière décennie, l’euphorie associée à l’effondrement du communisme s’est transformée en pessimisme, car de nombreuses démocraties autrefois prometteuses d’Europe de l’Est ont glissé vers l’illibéralisme et même l’autoritarisme. Comprendre pourquoi cela s’est produit est crucial non seulement pour les chercheurs sur la région, mais aussi pour les partisans de la démocratie dans le monde entier.

Étant donné que les pays d’Europe de l’Est sont plus riches aujourd’hui qu’en 1989, avec des citoyens ayant accès à des produits et à des commodités dont ils n’auraient pu rêver sous le communisme, les griefs économiques sont souvent rejetés comme des causes potentielles de soutien aux populistes de droite et au recul démocratique qu’ils ont déclenché. Mais un tel raisonnement repose sur une compréhension simpliste de la transition vers le capitalisme néolibéral et de ses conséquences sociales et politiques. Bien que l’Europe de l’Est soit bien sûr différente à bien des égards, les recherches menées par des chercheurs sur ces conséquences sont des leçons pour ceux qui tentent de comprendre le rôle joué par le capitalisme néolibéral dans la cause des problèmes de la démocratie dans d’autres parties du monde aujourd’hui.

La Grande Dépression de l’Europe de l’Est

Un nouveau livre de Kristen Ghodsee et Mitchell Orenstein, « Taking Stock of Shock », fournit un excellent point de départ. Sur la base de leurs propres travaux et de ceux d’autres chercheurs d’Europe de l’Est, Ghodsee et Orenstein montrent clairement à quel point les évaluations basées sur des mesures simples et agrégées de la croissance économique, du produit intérieur brut, etc. peuvent être trompeuses. Ils montrent que si les pays d’Europe de l’Est sont en effet plus riches aujourd’hui qu’en 1989, y parvenir a entraîné d’immenses souffrances économiques et une dislocation sociale : la transition vers le capitalisme a généré « l’effondrement économique le plus important et le plus durable qui ait affecté n’importe quelle région du monde dans l’histoire moderne ».

Dans les pays d’Europe centrale les plus prospères, cet effondrement était comparable à celui des États-Unis pendant la Grande Dépression. Dans d’autres pays post-communistes, c’était pire et a duré plus longtemps – dans certains cas pendant des décennies. Au cours de cette période, en moyenne, la pauvreté a augmenté de 23 % et « dans dix pays, dont la Pologne, les taux de pauvreté ont augmenté de 49 % ou plus avant de commencer à diminuer ». Ghodsee et Orenstein ont constaté qu’au « plus fort de la misère en 1999, 45 % de la population des pays post-communistes […] vivaient en dessous du seuil de pauvreté absolue de 5,50 dollars par jour ».

Read also:
Electoral Geographies in Post-Communist Rural Romania: Neoliberalism & Economic Austerity, Electoral Clientelism and the Social-Democratic Ascendancy

La transition vers le capitalisme a généré « l’effondrement économique le plus important et le plus durable qui ait affecté n’importe quelle région du monde dans l’histoire moderne ».

« Taking Stock of Shock » détaille non seulement les souffrances vécues par les sociétés post-communistes, en voie de devenir les économies relativement prospères d’aujourd’hui, mais montre également clairement que cela n’était pas également partagé. Les inégalités de revenus et de richesses ont explosé ainsi que de profondes divisions à la suite de la transition, entre les zones urbaines et rurales, les élites éduquées et les travailleurs, les vieux et les jeunes.

Un fardeau inégal

Cette situation contraste avec celle d’avant 1989, l’Europe de l’Est figurait parmi les régions les plus égalitaires du monde. De plus, comme le notent Ghodsee et Orenstein, « c’est une chose d’être plongé dans une pauvreté profonde pour la première fois de sa vie. C’est une tout autre chose d’être plongé dans la pauvreté lorsque certaines personnes autour de vous jouissent de niveaux de richesse personnelle auparavant inconcevables ». Selon eux, cela a laissé de « profondes cicatrices » sur « la psyché collective ».

Ce ne sont pas tant les conséquences économiques traumatisantes de la transition vers le capitalisme, que l’accent mis sur le PIB contemporain relativement élevé dont jouissent aujourd’hui les pays d’Europe de l’Est qui pèsent. Comme l’indique clairement « Taking Stock of Shock », la dislocation sociale a été immense. La manifestation la plus évidente est peut-être une crise démographique aux proportions historiques. Après 1989, l’émigration en provenance d’Europe de l’Est a été « sans précédent en rapidité, en ampleur et en persistance par rapport aux expériences d’émigration ailleurs ».

Cela s’est accompagné d’un effondrement de la fécondité et d’une augmentation de la mortalité. Les homicides (et la criminalité en général) ont augmenté, ainsi que la consommation excessive d’alcool, les maladies cardiaques, le suicide et d’autres « décès de désespoir » en particulier chez les hommes d’âge moyen vivant en dehors des grandes villes. Cumulativement, de nombreux pays d’Europe de l’Est ont connu des déclins de population similaires, voire supérieurs, à ceux subis par les pays impliqués dans des guerres majeures.

« Au plus fort de la misère en 1999, 45 % de la population des pays post-communistes […] vivaient en dessous du seuil de pauvreté absolue de 5,50 dollars par jour ».

Même si le PIB s’est redressé aux États-Unis et dans les pays européens après la Grande Dépression, tous les chercheurs de l’époque admettent que les souffrances économiques associées ont eu d’immenses conséquences politiques. Dans certains pays, bien sûr, cela a déclenché l’effondrement de la démocratie. Il est inimaginable que des souffrances économiques similaires, sinon plus grandes, ainsi que les changements sociaux profondément perturbateurs vécus par les populations d’Europe de l’Est depuis 1989 n’aient pas de conséquences politiques.

Read also:
Europe, vassal of USA (Is NATO preparing WWIII?)

Comment les difficultés économiques deviennent politiques

Pourtant, pourquoi les populistes nationalistes ont-ils si souvent été les « bénéficiaires » des expériences traumatisantes de l’Europe de l’Est ? Comme le notent Ghodsee et Orenstein, comme ce sont les « perdants » de la transition, parfois appelés dans la région « personnes jetées » – des citoyens plus âgés, de la classe ouvrière, moins instruits et / ou ruraux – qui ont soutenu de manière disproportionnée les populistes nationalistes, expliquer leur comportement politique est crucial.

Que ces électeurs soient devenus la base des partis populistes nationalistes dans la région comme l’ont montré une myriade d’érudits dont David Ost Maria Snegovava, Anna Grzmala-Busse, Milada Yachudova et Gabor Schering, ce n’était pas parce qu’ils étaient intrinsèquement enclins à voter pour des politiciens illibéraux et xénophobes. C’est plutôt parce que les populistes nationalistes, plutôt que les partis de gauche, se sont montrés les plus réceptifs à leurs griefs économiques.

Dans les années qui ont suivi la transition, la plupart des partis de gauche en Europe de l’Est sont devenus d’ardents défenseurs du néolibéralisme – encore plus que beaucoup de leurs homologues de droite – et de douloureuses réformes néolibérales sont mises en œuvre par les gouvernements. Cela leur a permis de se séparer du passé communiste, tandis que le « capitalisme néolibéral » était présenté comme la voie nécessaire à la modernisation économique par les homologues ouest-européens des partis de gauche est-européens – des réformes également bien sûr préconisées par l’Union européenne.

Le résultat a été que les partis de gauche ont été associés au néolibéralisme, à la souffrance économique et à la dislocation sociale générée. En plus de cela, ils ont souvent refusé de se présenter comme des champions des travailleurs et d’autres groupes qui ont perdu dans la transition. En effet, de nombreux partis de gauche et libéraux considéraient les concessions aux « perdants » comme une menace potentielle pour le libéralisme politique et économique qu’ils voulaient si désespérément pour leurs sociétés.

Les partis de gauche sont donc associés au néolibéralisme et à la souffrance économique et à la dislocation sociale.

L’ironie, bien sûr, est qu’en liant inextricablement le libéralisme économique et politique, et en ne répondant pas aux souffrances et à la dislocation causées par le premier, de nombreux partis de gauche (et libéraux) ont ouvert des opportunités pour les populistes nationalistes qui se souciaient peu du second.

Read also:
How consultants like McKinsey took over France

Les chercheurs, y compris ceux mentionnés ci-dessus, ont montré comment les populistes nationalistes ont délibérément sollicité ceux qui se sentaient perdants – dirigeant leur colère contre les « étrangers », les « bureaucrates » européens et les « crypto-communistes » – et ont mis en œuvre au moins certaines politiques qui répondaient à leurs griefs économiques. Plus clairement qu’en Europe de l’ouest les chercheurs ont été en mesure de retracer le chemin électoral de nombreux « perdants » du capitalisme néolibéral de gauche, libéraux et autres partis dans les bras des populistes nationalistes.

Bien que des comparaisons faciles doivent être évitées, il est difficile de ne pas voir certaines leçons potentielles évidentes d’Europe de l’Est. À tout le moins, la recherche sur la transition devrait nous rappeler que les mesures agrégées de la croissance et du développement peuvent cacher d’immenses souffrances économiques et que les coûts sociaux du capitalisme néolibéral peuvent être encore plus élevés que ses coûts économiques. En outre, les conséquences politiques du capitalisme néolibéral sont souvent indirectes et complexes : s’il y a peu de corrélation entre la richesse et le succès des partis populistes nationalistes, il serait erroné d’écarter l’impact causal des griefs économiques.

Que celles-ci aient eu des conséquences politiques antidémocratiques n’était pas inévitable : cela dépendait de la façon dont les différents acteurs politiques y réagissaient. Le fait que les partis de gauche (et libéraux) n’aient souvent pas voulu ou n’aient pas été en mesure d’offrir des réponses à ces griefs dans le cadre de la démocratie libérale, a créé une occasion pour d’autres – non engagés dans ce cadre – à le faire.

www.utopie-critique.fr

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.