In Memoriam – Guillermo Almeyra

Guillermo Almeyra Ancient cadre de la Tendance Marxiste Revolutionnaire Internationale (TMRI), ainsi que de plusieurs autres organizations, est mort le 24 septembre 2019, Utopie-critique perd un camarade.

Nous reproduisons ici ses derniers articles.

Ma dernière bataille

Par Guillermo Almeyra,
Envoi du 20 septembre 2019

Le mercredi de cette semaine, je suis tombé et cassé la tête du fémur de ma jambe droite.

Les médecins m’ont immédiatement envisagé une chirurgie et une prothèse artificielle.

Malheureusement, j’ai eu une crise respiratoire qui les a amenés à renoncer à leurs objectifs initiaux parce que je pouvais mourir dans l’opération.

Les médecins de réanimation de l’hôpital marseillais, la Timone, ont reconsidéré ma situation totale et estimé que je n’arriverais probablement pas la fin de cette semaine et que, si j’y arrivais par miracle, ce n’est que plus tard que la possibilité d’une future opération de la jambe. Lors d’une réunion de famille avec ma compagne de soixante ans qui était avec moi dans toutes les situations à risque et mon fils, un jeune écologiste, anticapitaliste très clair dans ses concepts et ses décisions, nous avons décidé de nous appuyer sur l’estimation des médecins. Tenir jusqu’au week-end et améliorer mes poumons. Sinon ce pourrait donc être ma dernière bataille.

En 1943, je suis arrivé au militantisme socialiste alors que j’étais dans un lycée militaire. Je referais tout ce que j’ai fait et je répéterais tout ce que j’ai dit depuis (à l’exception de certaines des absurdités que j’ai commises entre 1962 et 1974, les années de mon expulsion du trotskisme “posadiste” à cause des divergences politiques que j’ai partagées avec mon partenaire). J’ai combattu sur quatre continents. J’ai rejoint des partis et créé des magazines et des journaux politiques dans six pays. J’ai été expulsé de plusieurs pays pour mon activité révolutionnaire. Lorsque je suis rentré légalement au Mexique, d’où j’ai été expulsé pendant la présidence de Daaz Ordaz, j’ai travaillé dans la division des études supérieures de la Faculté des sciences politiques et sociales de l’UNAM, en tant que coordinateur des études latino-américaines et j’ai collaboré au journal Uno M’s Uno, alors dirigé par Manuel Becerra Acosta. Lorsque Carlos Payon et Carmen Lira, entre autres, ont créé La Jornada, j’ai travaillé dans cet environnement et dans le post-universitaire dans le développement rural intégré de l’UAM

Read also:
Henry Kissinger - A Criminal pretending to be an Intellectual!

Xochimilco. Dans la même période, j’ai fondé d’autres maîtrises en sciences sociales à l’Université nationale autonome de Guerrero et (toujours avec d’autres) j’ai développé une carrière en histoire et sociologie pour l’UACM. J’ai écrit – ou collaboré à l’écriture d’une cinquantaine de livres. J’ai eu un fils et j’ai planté des arbres au Mexique et au Nicaragua. J’ai l’honneur d’avoir laissé une petite marque sur les mouvements ouvriers de l’Argentine, du Brésil, du Pérou, de l’Italie, du Mexique, de la République socialiste arabe du Yémen du Sud.

Mes articles sur la Jornada sont reproduits par divers médias européens et latino-américains. Depuis mon adolescence, je défends les travailleurs et le peuple, les ressources naturelles, la relation civilisée et pacifique entre les nations et la lutte pour la démocratie qui implique d’affronter l’État bureaucratique du capitalisme d’État ou du grand capital financier et industriel.

Les révolutionnaires sont nombreux mais peu veulent éliminer le système d’exploitation; bien que dans les partis communistes, surtout dans les années 1930 et 1940, aient milité des personnes dévouées et d’une grande valeur, les lignes et le fonctionnement de ses directions perpétuaient le système capitaliste l’échelle nationale et mondiale. J’ai critiqué ces directions et ces politiques staliniennes qui ont survécu dans des gouvernements et des partis qui n’étaient pas staliniens.

Je discute franchement et je ne crains pas de rester en minorité, mais en même temps je cherche à réunir les révolutionnaires anticapitalistes de toutes tendances avec ceux de mon propre courant, les marxistes éco-socialistes révolutionnaires. Comme je l’ai dit dans un de mes livres, je suis copernicien, newtonien, darwiniste, marxiste, léniniste, trotskiste, mais de manière laïque et sans abandonner la critique des erreurs des maîtres

Read also:
Ukraine, Trump and US Foreign Policy

En dépit de la terrible menace mondiale que représentent la destruction écologique des fondements de la civilisation et la guerre nucléaire qui ramènerait le monde à l’âge de pierre, je suis convaincu que l’humanité aura un avenir meilleur et la possibilité d’assurer à tous un travail, une éducation, des soins de santé, un environnement sain, des aliments et de l’eau de qualité, des droits démocratiques, la sécurité et le respect des femmes et la cessation de toute discrimination. Si je ne pouvais pas vaincre cette bataille difficile que je mène, que ces drapeaux passent à ceux qui me suivent. Vive les travailleurs mexicains ! Vive l’internationalisme prolétarien ! Allons tous ensemble et construisons une alternative au capitalisme !

Notre amitié à sa famille