Grève générale aux îles

Riot police clash with locals over migration centers on the islands (videos)

La police anti-émeute s’affronte aux habitants des îles à propos des centres de migration (vidéos)

25 février 2020

De vastes affrontements ont éclaté pendant la nuit sur les îles de Lesbos et de Chios et se poursuivent mardi, les autorités locales et les habitants essayant d’empêcher l’arrivée de la police anti-émeute, de canons à eau et d’engins d’excavation qui seront utilisés pour construire de nouveaux centres de migration fermés.

Les forces sont arrivées par des ferries affrétés par le gouvernement.

La police anti-émeute s’est rendue sur les sites de construction avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

La population locale a répondu avec des pierres et parfois aussi avec des cocktail molotov.

L’impasse se poursuit mardi sur les deux îles, la police essayant de boucler les zones autour des barrages routiers mis en place ces derniers jours par les protestataires locaux.

Dans la nuit de lundi, des centaines de personnes ont afflué dans les ports pour bloquer l’arrivée de la police anti-émeute et des engins de terrassement.

Lesbos

Les manifestants ont déployé les camions poubelles de la municipalité pour bloquer le port en fin de journée lundi et ont mis le feu aux poubelles lorsque les forces de police sont arrivées.

La zone portuaire s’est transformée en champ de bataille.

Les habitants ont affronté la police lorsque les bulldozers ont tenté d’atteindre le site de Karava par Mantamados.

Des forces de police fortes et armées contre des centaines d’habitants, dont beaucoup de personnes âgées et de femmes.

D’importantes forces de police sont concentrées de l’autre côté de la route qui mène à Kavaklis, à Diabolorema.

La police anti-émeute essaie de donner un sens à son déploiement

Read also:
Greek island residents protest overcrowded migrant camps

Les résidents, parmi eux le gouverneur de la région de l’Égée du Nord, Costas Moutzouris et le maire de Lesbos Ouest, Taxiarchis Verros ont été “nassés” dans la zone plus large de la région de Kalloni sur le site

“Un jour de honte pour nous tous et surtout pour ceux qui ont ordonné de frapper ceux qui gardent nos îles au bord de la mer Égée”, a déclaré M. Moutzouris. “C’est une honte qu’ils soient tabassés et qu’ils souffrent à cause des gaz lacrymogènes. Même la junte n’a pas fait de telles choses”, a-t-il ajouté.

Chios

Des affrontements ont éclaté dans le port de Mesta aux premières heures du matin mardi, d’importantes forces de police ont débarqué du ferry. La police a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades explosives.

Au moins trois personnes ont été soignées à l’hôpital pour des difficultés respiratoires causées par l’utilisation massive de gaz lacrymogène. L’une d’entre elles était le maire, une autre était un prêtre.

Peu après 5 heures du matin, la police anti-émeute, avec des camions, un véhicule équipé d’un canon à eau et de engins de creusement, a commencé à se rendre dans la zone de Vrodados où le centre de migration doit être installé et où des centaines d’habitants tentent de les arrêter, également avec des barrages routiers.

Les affrontements ont continué dans la matinée.

Malgré les barrages, un bulldozer s’est introduit sur le site

Samos

Les autorités locales et les résidents ont bloqué l’accès au nouveau centre de migration fermé en construction dans la région de Zervou.

Sur décision de la région du nord de la mer Égée, le fonctionnement des services administratifs de Samos et de la ville voisine d’Ikaria a été suspendu, les habitants bloquent les travaux de construction du nouveau site de migration.

Read also:
New Actors Could Be Drawn into Israel’s Coming War With Hezbollah

Les habitants de l’île et les autorités locales accusent le gouvernement d'”autoritarisme” et soutiennent avec véhémence que les migrants et les demandeurs d’asile devraient être déplacés vers la Grèce continentale.

“Nous comprenons qu’il y a un problème de confiance qui a été créé au cours des années précédentes”, a déclaré le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas à la chaîne publique ERT mardi matin. “Mais les installations fermées seront construites et nous appelons le public à soutenir cela.”

Il a affirmé que le gouvernement était également contraint d’agir en raison des préoccupations accrues concernant l’épidémie croissante de coronavirus, arguant que des contrôles sanitaires appropriés ne pouvaient pas être effectués dans les camps surpeuplés existants.

sources : stonisi, politischios, médias sociaux, autres

PS N’eut été l’épidémie de coronavirus, le gouvernement de la Nouvelle Démocratie aurait dû chercher un autre argument pour résoudre les problèmes sociaux en envoyant la police anti-émeute dans les îles…

“Malheureusement, le gouvernement a choisi la pire des voies et est seul responsable de ce qui va se passer”, note le quotidien local lesvosnews.

https://twitter.com/i/status/1232246895269031936

https://www.facebook.com/elpi.molivos/videos/3551409704930677/

https://www.facebook.com/stonisi.gr/videos/625921531553627/

https://youtu.be/1d8ElTD8LEQ

https://youtu.be/AbyaEsizN3g

https://youtu.be/7WOEvorAAJk


Islanders respond to police violence with general strike; Lawsuit for environment disaster

Les habitants de l’île répondent à la violence policière par une grève générale ; procès pour catastrophe écologique

25 février 2020   

Le gouvernement de la région de la mer Égée du Nord, la municipalité de Lesbos et le Centre des travailleurs locaux ont appelé à une grève générale le mercredi 26 février 2020. Cette décision intervient au milieu d’affrontements entre les habitants et la police anti-émeute déployée depuis Athènes au sujet des nouveaux centres de migration fermés.

Read also:
Farage calls for second Brexit referendum

Une annonce publiée par le gouvernement régional a dénoncé “l’action barbare et extrêmement agressive du gouvernement qui a envoyé la police anti-émeute sur les îles de Lesbos et Chios afin d’imposer leur transformation violente en nouvelles prisons, au mépris de la volonté et de la dignité des insulaires”.

L’annonce a également condamné les “attaques contre les civils sans défense et le blocage des routes”.

Les autorités locales ont également appelé les habitants à se rassembler sur la place Sappho mardi après-midi et à se diriger vers la zone de Karavas, où le nouveau camp de migration doit être construit.

Sur l’île de Chios, les protestations se sont poursuivies mardi après-midi. La police anti-émeute aurait tiré des gaz lacrymogènes contre la masse des habitants.

Parallèlement, le maire de Lesbos-Ouest a intenté un procès contre l’État et les dommages environnementaux causés à la région de Diavolorema, près de Karavas-Kavakli, où le nouveau centre de détention sera construit.

“Les machines de l’armée ( excavatrices, pelleteuses, camions, etc.) ont nettoyé la forêt de la municipalité des pins, du houx, etc. pour la construction de la nouvelle route menant au nouveau centre de migration”, a déclaré le maire dans son appel au procureur.

le maire exige l’arrestation immédiate de tous ceux qui sont impliqués dans la “catastrophe écologique”, depuis les soldats qui font fonctionner les machines jusqu’aux agents de surveillance et ceux qui ont donné les ordres correspondants.