Global Research dans le collimateur de Twitter : la chasse aux sorcières 2.0 continue

par Vincent Gouysse
27 Octobre 2020

Le média alternatif anti-impérialiste canadien Global Research est aujourd’hui classé en pôle position des sites web canadiens « les plus actifs en désinformation ». Il est aujourd’hui dans la ligne de mire des faucons de la Maison Blanche et de Twitter qui a restreint son accès pour cause de « propagande anti-américaine », « pro-russe » et « pro-chinoise » :

« Le rapport a permis de souligner l’apport crucial qu’ont ces comptes dans la sphère informationnelle. Ils peuvent avoir une influence importante sur la compréhension des enjeux chez les internautes à l’aube des élections présidentielles américaines.

Des pages Twitter vraisemblablement établies au Canada ont compté pour environ 7 % de tous les gazouillis émis entre avril et juin relayant des articles mettant de l’avant des thèses typiques de la propagande russe et antiaméricaine.

Les mots-clics #covid19 et #coronavirus étaient les plus souvent associés à ces articles relevant souvent de théories du complot.

Un des sites web étudiés dans le rapport est « Global Research », fondé par un professeur retraité d’économie de l’Université d’Ottawa, Michel Chossudovsky, et basé à Montréal. Il s’agit d’un des plus importants relayeurs de fausses informations sur le réseau social. Il a près de 38 000 abonnés sur Twitter.

Ce réseau social américain a restreint l’accès aux liens partagés par « Global Research », en affichant une page web d’avertissement servant de mise en garde pour les internautes qui voudraient procéder vers le site. « Global Research » est aussi associé à des acteurs de la propagande prochinoise.

Le site a publié et continue de publier quotidiennement des articles portant sur les attentats du 11 septembre, sur la pandémie de COVID-19, sur la guerre en Syrie ou encore sur les élections américaines ».

Read also:
Emmanuel Macron préfère toujours le CETA au climat

« Liberté d’expression » et « liberté de la presse », qu’ils disaient !

Bon ça c’était vrai seulement aussi longtemps que la dissidence était marginale et que la majorité des esclaves salariés demeuraient apathiques et soumis…

Voici un petit texte de deux pages pour démystifier ce slogan pourri : De la « liberté de la presse » sur le front de la « guerre des classes »…  Il est disponible en version française et anglaise.

https://reseauinternational.net