Climat : la période 2015-2018 est la plus chaude depuis le début des relevés météo

L’ONU y voit la confirmation du réchauffement de notre planète et appelle à réduire les émissions de gaz à effets de serre.

Le changement climatique se poursuit. Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, a indiqué mercredi 6 février l’ONU, qui y voit la confirmation du réchauffement climatique causé par les concentrations records de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a annoncé que la température moyenne à la surface du globe en 2018 avait dépassé d’environ 1,0° C celle qui prévalait à l’époque préindustrielle (1850-1900).

“Cette année (2018) se classe au quatrième rang des plus chaudes qui aient été constatées”, poursuit l’agence spécialisée de l’ONU. “Avec 1,2°C de plus qu’à l’époque préindustrielle, l’année 2016, marquée par l’influence d’un puissant Niño conserve le statut d’année la pus chaude”, explique l’agence en faisant référence à ce courant équatorial chaud du Pacifique. “En 2015 et 2017, l’écart de la température moyenne par rapport aux valeurs préindustrielles était de 1,1°C.”

“La communauté internationale doit donner la priorité à la réduction des gaz à effet de serre”

L’ONU prend pour référence l’année 1850, date à laquelle ont débuté les relevés systématiques de température. Mais “il est bien plus important d’examiner l’évolution à long terme de la température (…) que d’opérer un classement entre les différentes années”, a souligné le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, en rappelant que sur les 22 dernières années, on a dénombré les 20 années les plus chaudes jamais enregistrées.

“Les phénomènes météorologiques extrêmes ou à fort impact ont frappé une multitude de pays et des millions de personnes l’année dernière”, a-t-il poursuivi. “La communauté internationale doit donner la priorité absolue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et aux mesures d’adaptation au climat”. Et 2019 ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices, a averti l’OMM. L’Australie a connu le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, alors qu’une vague de froid intense s’abattait sur une partie de l’Amérique du Nord.

Read also:
The consequences of only one nuclear detonation

Lire la suite https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat