Chili : Où est passé le soutien au processus constitutionnel chilien ?

Par Noam Titelman

Le Chili a voté massivement contre la nouvelle Constitution rédigée par la Convention qui a émergé du mouvement social de 2019. Comment interpréter la large victoire du rejet ?

Ce qui, il y a un an, ce semblait être une simple procédure pour valider le processus constituant a fini par se transformer en une défaite difficile pour les forces progressistes chiliennes, avec le rejet au-dessus de l’approbation de près de 25 points de pourcentage lors d’un référendum avec vote obligatoire (contrairement aux élections précédentes) et une participation record. Divers référents du « Rejet » sont sortis pour célébrer le triomphe contre le « revanchisme », « l’Octobrisme radical » (le mouvement d’Octobre 2019) et un texte constitutionnel « de refondation contraire » à « l’âme du Chili » et au « bon sens des Chiliens ».

Comment un processus qui a commencé avec un niveau de soutien rarement vu dans l’histoire nationale a-t-il fini par être tronqué ? Où est passé l’appui au processus constituant ?

Ce processus constitutionnel a débuté le 15 novembre 2019. À la suite d’un bouleversement social massif en Octobre de la même année, un accord transversal politique a fixé un calendrier pour la rédaction d’une nouvelle Constitution. Le premier jalon de ce calendrier fut un plébiscite au cours duquel les Chiliens ont voté à une écrasante majorité, plus de 78%, pour mettre fin à la Constitution en vigueur au Chili, et ont décidé que l’organe chargé de rédiger la nouvelle Constitution serait une Convention constitutionnelle dont les membres seraient élus à cette fin.

Les résultats ont été vraiment impressionnants, non seulement en termes de pourcentage de votes, mais aussi pour leur répartition territoriale. Seulement cinq des 346 communes du pays, l’ont rejeté. Ces cinq communes comprenaient les trois communes emblématiques de Santiago où réside l’élite économique nationale.

Plusieurs n’ont pas tardé à souligner que ce résultat montrait que le pays n’était plus polarisé entre la gauche et la droite, mais que le véritable clivage du moment était : peuple/l’élite. L’imaginaire d’un peuple homogène en conflit avec l’élite s’est cristallisé dans {toolitp}les « références aux « trois communes »{end-texte}« El problema de las tres comunas : como evitar quellas las elites dominen la constituente », par Juan Pablo Luna, ciper chili, 26.10.2020{end-tooltip}, qui sont devenues partie intégrante du lexique commun des discussions politiques.

La Convention constitutionnelle devrait pratiquer l’égalité en termes de genre, de quotas pour les peuples autochtones, en phase avec un fort sentiment anti parti dans la mobilisation d’octobre 2019, et un certain avantage pour les candidatures indépendantes. En particulier, les candidats sans parti qui ont été autorisés à se regrouper sur des listes communes autonomes.

Le résultat des élections pour la Convention a porté un coup aux attentes de ceux qui espéraient un retour à une politique sociale prédéterminée.

Les deux coalitions historiques ont eu de maigres résultats. La droite a atteint un faible pourcentage de voix : 20 %. Elle n’a pu atteindre le tiers du droit de veto conventionnel. La coalition de centre-gauche a vu ses forces centristes et les plus modérées s’effondrer. L’exemple le plus notoire de cette crise est peut-être celui de la Démocratie chrétienne, qui n’a réussi qu’à ne faire élire à la Convention constitutionnelle qu’un seul militant de ses rangs (le président du parti).

De loin, l’étape la plus pertinente de ces élections a été le succès retentissant des indépendants issus de la mobilisation sociale de 2019. Sur les 155 membres de la Convention constitutionnelle, 103 n’avaient jamais milité dans un parti traditionnel.

Ainsi, la Convention aux majorités claires a favorisé les secteurs progressistes et, en particulier, les nouvelles forces politiques qui ont émergé de l’explosion sociale et brandissait les drapeaux du féminisme, de l’indigénisme dans un fort discours anti-élite.

La population s’attendait à une élection d’un haut niveau. L’attente était très élevée. 52% ont décrit « l’espoir » comme la principale émotion générée par le processus, suivi de la « joie », avec 46%. Alors, qu’est-il arrivé à ces 78% et à l’espoir et la joie placés dans le processus ? Les forces progressistes et de gauche vont probablement passer les prochaines années à essayer de l’expliquer.

Raisons provisoires de la défaite

Au fur et à mesure que les données sont publiées, le débat progressait, et l’analyse de ce qui s’est passé a pu s’affiner. Pour l’instant, il y a trois raisons qui semblent expliquer le résultat du 4 septembre :

– Le rejet de la politique de spectacle mis en scène par la Convention.

– Un soutien de type traditionnel à la Convention

– La réaction lors de ce processus des identités majoritaires face à la force des identités minoritaires.

En ce qui concerne la politique du spectacle de la Convention, c’est l’un des problèmes qui a dominé le débat. Peu de temps après, la Convention constitutionnelle a commencé à perdre une partie de son soutien, en particulier parmi les électeurs de droite, qui considéraient avec suspicion cette sorte de conclave de militants des causes progressistes. Pour les militants cesser de se mobiliser dans la rue, y compris ceux des sphères du pouvoir, c’est une trahison, mais pour ceux qui en particulier valorisent l’ordre, une mobilisation sans fin était un cauchemar.

Read also:
Cuba's contributions in the fight against the COVID-19 pandemic

Plusieurs des main streamers avaient acquis une notoriété et une légitimité sociale dans la rue, y compris avec leurs spectacles de rue costumés et des déclarations provocatrices sur les aspects identitaires traditionnels. Lors les manifestations de rue, les dénonciations du manque d’autorité étaient fréquentes, entre cris et chants. Cependant, ces mêmes attitudes qui, dans la rue, cette rébellion contre les abus, dans la Convention et au sein du pouvoir, étaient perçues par la convention sous un jour différent. La mobilisation sociale exprimait une certaine éthique. Pour certains de ces militants, il était important de présenter des propositions maximalistes, frappantes et symboliques, même si elles n’étaient pas approuvées par tous (par exemple, une proposition conventionnelle défendait l’idée de dissoudre tous les pouvoirs de l’État pour les remplacer par des organes collectifs). Les médias ont amplifié ces actes et les propositions les plus farfelues également renforcées par des campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux. Des vidéos de certaines de ces déclarations sont fréquemment apparues pendant la campagne sur les télévisions. Ce qui semblait au début pittoresque et frappant a fini par générer un malaise.

Le retour de la Convention à une politique plus traditionnelle, se produisit dans un contexte de forte dévalorisation des institutions politiques. Selon les données du Center for Public Studies, le pourcentage de personnes qui se sont identifiées à un parti est passé de 53% de la population en 2006, à 19% en 2019. En outre, d’autres études ont indiqué qu’un pourcentage plus faible de la population (12,9%) avait des positions « anti-partis ». La force de la Convention est d’abord venue du fait qu’elle était considérée comme distincte de la politique traditionnelle.

Il est possible que, paradoxalement, l’abus de la politique du spectacle et les bagarres ressemblaient davantage aux congrès conventionnels et à la politique traditionnelle, où ces pratiques abondent également. Quoi qu’il en soit, ils se sont certainement éloignés de l’image de représentants plus efficaces que les politiciens traditionnels pour parvenir à des accords et répondre aux demandes des citoyens. À son tour, au milieu du processus constituant, il y a eu une élection présidentielle qui a signifié un changement de gouvernement. Le nouveau gouvernement a été fortement associé à la genèse du processus constituant, et en particulier au président Gabriel Boric dans son rôle d’adjoint. Être contre le processus constituant est devenu une façon de s’opposer au nouveau gouvernement. Une partie de l’énergie contre les institutions politiques était passée du côté du rejet.

En ce qui concerne la réaction des identités traditionnelles, le premier article du texte constitutionnel proposé, consacre le Chili en tant qu’ « État de droit social et démocratique » et stipule que cet État sera également « plurinational, interculturel et écologique ». Parallèlement à la définition du Chili en tant qu’État plurinational, certains droits collectifs sont reconnus aux communautés autochtones et un système de justice autochtone est mis en place.

Après le jugement négatif sur les constituants, la raison la plus répétée parmi ceux qui ont soutenu le rejet est la pluri-nationnalité. Conformément à cette vision, une fois le texte constitutionnel livré, les deux propositions les plus mal reçues, selon l’enquête d’Espacio Publico – IPSOS, étaient l’ « État plurinational et la création d’un système judiciaire indigène ».

Ainsi, le secteur du rejet a réussi à consolider une base de soutien autour des identités traditionnelles de la chilienité qui se sentaient menacées par la notion de pluri nationalité. Il s’est renforcé au vu de certaines actions et performances des Conventionnels, y compris de commentaires désobligeants ou des actions anti hymne national, contre le drapeau et d’autres symboles patriotiques. Bien que ces positions ne se retrouvent pas dans le texte Constitutionnel, elles ont servi de munitions pour la campagne du vote contre.

Le deuxième plébiscite

Face au plébiscite de rejet, il n’y a pas eu de surprises majeures dans l’ordre organique des forces politiques. De la Démocratie chrétienne à la gauche, tous les partis se sont ralliés à la décision (bien que certains dirigeants se soient rebellés contre la position officielle). Toutes les parties de droite ont adopté le rejet. Cependant, au sein des deux camps, cela n’allait pas totalement de soi.

Assez tôt, des divergences sont apparues entre ceux qui défendaient l’idée de rejeter le maintien de la Constitution actuelle pour quelques réformes mineures, et ceux qui défendaient la perspective d’un nouveau processus. Au fur et à mesure que la campagne avançait, ce dernier a pris le dessus sur toutes les voix du refus.

Read also:
Le Venezuela est-il victime d’une guerre économique ?

Du côté pour l’approbation, il y avait plus de résistance à discuter de ce qui se passerait après le vote si le nouveau texte était imposé. Cependant, au fur et à mesure que la campagne progressait et que le vote Pour restait loin derrière le Rejet dans les sondages, les partis au pouvoir, qui soutenaient le vote Pour, se sont ouverts à l’idée que le nouveau texte nécessitait des réformes. Il a également été admis qu’il était important de s’engager dans ces changements afin d’atténuer certains ressentiments de la population, par exemple à l’égard de la mise en œuvre de la pluri-nationalité. Cela a été renforcé par une série de sondages qui ont montré que non seulement les Pour ne pouvaient pas renverser leur écart avec le Rejet, mais que la grande majorité de ceux qui étaient prêts à voter pour l’Approbation considéraient qu’il était nécessaire d’apporter des modifications au texte une fois approuvé. Bien après le début de la campagne et avec différents niveaux d’enthousiasme, ces partis ont signé un accord pour mener à bien les choix post-plébiscite.

En bref, un plébiscite qui ne devait offrir que deux alternatives sur le bulletin de vote, fini par avoir quatre options : approuver, approuver pour réformer, rejeter et rejeter pour renouveler.

Ainsi, dans l’un des derniers sondages publics avant le plébiscite, (Cadem) 17% se sont déclarés favorables au rejet, 35% au rejet du renouvellement, 32% à l’approbation seule de la réforme, et seulement 12% à l’approbation pour l’application du nouveau texte tel qu’il est sorti de la Convention.

Ce rejet du processus était très différent de celui du premier plébiscite. Non seulement il était substantiellement plus important, mais il avait pénétré des secteurs plus larges de la société que les « trois communes ». Selon les enquêtes, le rejet a gagné dans tous les niveaux socio-économiques sans différences majeures et cela s’est confirmé le 4 septembre. Dans les communes populaires de la région métropolitaine, où l’Apruebo (le oui) devait être largement majoritaire, il a remporté la victoire avec une petite marge.

Là où il y avait une différence, c’était dans le profil idéologique des électeurs. l’Apruebo l’emportait confortablement parmi ceux qui s’identifiaient à la gauche. Le Rejet était majoritaire chez ceux qui s’identifiaient à la droite, au centre, et parmi ceux qui ne s’identifiaient pas à l’axe gauche-droite. Il y avait aussi une différence importante dans les profils d’âge, le Oui était victorieux chez les jeunes entre 18 et 30 ans. Le Rejet a gagné à tous les autres âges. C’est-à-dire que, contrairement au premier plébiscite, la campagne du Non at réussi à former une alliance sociale et politique plus diversifiée que le OUI !

Pourquoi le Non a-t-il gagné ?

A ce stade, deux grandes interprétations, qui d’ailleurs ne s’excluent pas mutuellement, veulent expliquer la baisse du soutien au Oui et la montée du Refus : la première met l’accent sur « l’électeur moyen », qui suppose sa rupture brutale avec l’éthique de l’ « explosion sociale » ; l’autre, plus traditionnelle, reconnaîtrait que l’ »explosion sociale » avait une composante clairement anti-élite (mais pas nécessairement « de gauche ».

Dans la première, le vote du premier plébiscite a été marqué par une opposition entre le peuple et l’élite. Cette configuration effaçait largement les distinctions entre la gauche et la droite et les différents intérêts et visions qui coexistaient dans les citoyens. Cependant, selon cette interprétation, le moment de la séparation entre « haut / bas » est terminé. Les divergences classiques entre la gauche et la droite ont réapparu. Il est intéressant, en ce sens, que selon certaines enquêtes, le Rejet était associé à la lutte contre le trafic de drogue et à la croissance économique. Tandis que le Oui était lié à la redistribution des richesses par le biais des droits sociaux. Ce qui impliquait, que la Constitution gagnante était pour l’électeur moyen de « droite », et la Constitutionnelle combattue de gauche. S’expliquerait alors la force des options : « rejeter pour renouveler » et « approuver pour réformer ».

Bref, le plébiscite aurait été gagné au centre du spectre politique. Ce point de vue supposerait également que le principal déficit du processus constitutif était l’absence d’accords sur certaines questions clés comme elle sur le droit constitutionnel. Conformément à cette vision, 77% des votants ont déclaré qu’ils préféraient que les conventionnels négocient des ententes, même si cela signifiait céder sur certaines questions et, en même temps, 61 % estimaient que les conventionnels n’avaient pas a cédé sur leurs positions.

La deuxième interprétation suppose que l’éthique du conflit entre « haut / bas » a été maintenue, mais que cette position anti-élite a été, tout au long du processus, une expression de droite. C’est-à-dire que les événements qui se sont produits en deux ans ont permis à la droite de contester la rébellion. Au lieu du renforcement d’un centre modéré, il y aurait eu un renforcement et une politisation des identités sociales traditionalistes. De ce point de vue, la force des positions : « approuver pour réformer » et « rejeter pour réformer » s’est renforcée parce que de nombreux citoyens ont des identités sociales complexes qui ne correspondent pas parfaitement au conflit politique actuel.

Read also:
Chile: Three Die After Supermarket Set on Fire

Comme l’explique Lilliana Mascon, lorsque les partisans d’une position politique sont homogènes socialement, il y a la tendance à une polarisation affective. Au contraire, l’existence d’identités complexes favorise la dépolarisation. En d’autres termes, il est possible que pour beaucoup de gens, leur identité partisane, leur classe, leur religion, leur âge, leur origine ethnique ou leur lieu de résidence aient « joué un rôle » dans des directions opposées à ce plébiscite. Cela a renforcé les positions médianes du débat.

Ce point de vue suppose que le principal déficit du processus constituant ait été l’incapacité d’incorporer les identités traditionnelles dans le processus symbolique d’une nouvelle Magna Carta. En particulier, il aurait fallu trouver un moyen d’aborder le « pluri-nationalisme » dans un sens patriotique inclusif. Cela est perceptible dans les déclarations de certains Conventionnels et dans certaines manifestations du pouvoir, qui avaient une tonalité désobligeante envers des personnes qui avaient des identités nationales traditionnelles.

Il existe également des règles constitutionnelles spécifiques qui auraient pu être rédigées de manière à rendre l’égalité plus explicite de la diversité. Par exemple, le système actuel de justice pour les autonomies autochtones indiennes aurait dû être plus explicite.

Un troisième plébiscite en vue

Il semble y avoir un consensus relativement large sur le fait que l’actuelle décision constitutionnelle n’est pas une option viable. Et en outre sur le fait qu’un nouveau processus constitutionnel devra inclure la participation de tous les citoyens. Cela impliquera probablement la convocation d’une nouvelle Convention et un plébiscite ratifiant une proposition constitutionnelle renouvelée. C’est-à-dire qu’il est fort probable que le Chili fera face à un troisième plébiscite constitutionnel dans quelques mois.

La forme précise que prendrait ce processus contesté, au-delà des intérêts en jeu, dépendra du diagnostic qui s’imposera.

Si le rejet est analysé comme le produit de la demande d’une plus grande présence du centre modéré et d’un dialogue gauche-droite, alors il y aura des candidatures indépendantes. Or le sentiment anti parti semble être toujours aussi fort qu’il y a deux ans. Ainsi, selon l’enquête Criteria, 82% préféreraient que les membres de la nouvelle Convention ne soient pas membres de parti, sans différence statistiquement significative par rapport à octobre 2020. La même enquête montre que la préférence pour les « experts », qui était déjà majoritaire il y a deux ans, s’est accrue au cours de cette période. En revanche, le soutien aux candidatures des « gens ordinaires » a chuté, passant de 37% à 20%, tandis que la demande d’experts est passée de 63% à 80%. Cela rend difficile l’interprétation du différend « haut /bas » et pourrait renforcer l’idée de rechercher un organe délibérant plus enclin aux accords.

D’autre part, si l’accent est mis sur le conflit d’identité, le nombre de sièges réservés aux peuples autochtones indiens qui devraient être maintenus dans le nouveau processus, sera remis en question. En outre, ce nouveau processus pourrait être marqué par une attention beaucoup plus grande aux aspects symboliques patriotiques. À la fin du processus constitutif initial, un changement important à cet égard avait été noté. Ce n’est pas pour rien qu’un drapeau chilien a été choisi comme symbole du nouveau texte constitutionnel.

Le défi auquel est confrontée la politique chilienne est de parvenir à un nouvel accord qui permettra enfin de mettre en œuvre un nouveau texte constitutionnel avec un large soutien populaire transversal Pour cela, il serait bon de se rappeler à quelle vitesse le soutien et l’espoir placés dans un processus peuvent tomber si ces attentes sont trahies.

Sin permiso, 11 septembre 2022

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.