Analyse des programmes économiques de Macron et Le Pen par Les économistes atterrés

Emmanuel Macron, l’économie en marche arrière

Source : Les économistes atterrés, 07-03-2017

 Après plusieurs mois de suspense, Emmanuel Macron vient de présenter son programme. Le programme économique est hélas sans surprise. Comme l’avait annoncé Jean Pisani-Ferry, ce n’est pas un programme socialiste, c’est-à-dire un programme qui voudrait donner plus de pouvoir aux citoyens dans la cité et aux travailleurs dans l’entreprise ; ce n’est pas non plus un programme écologiste qui prendrait la mesure des efforts à réaliser pour la transition écologique. C’est un programme néo-libéral, « progressiste » uniquement pour ceux qui pensent que le progrès consiste à imposer à la France d’aller vers le modèle libéral.

Ce n’est donc pas non plus un programme de rupture, puisqu’il s’inscrit dans la continuité de la politique menée par François Hollande et Manuel Valls, des 40 milliards de réduction d’impôts sans contrepartie pour les entreprises à la loi Travail. Ce programme nous propose d’accepter les demandes du grand patronat, en espérant que celui-ci daigne investir et embaucher en France.

Ainsi, les classes dirigeantes auront-elles le choix entre deux stratégies lors de ces élections. D’une part, la stratégie forte avec François Fillon, consistant en un choc brutal de destruction du droit du travail, de baisses des dépenses publiques et sociales, de réduction d’impôts pour les plus riches et les entreprises. De l’autre, la stratégie plus gradualiste d’Emmanuel Macron, les mêmes mesures étant prises plus progressivement, mais, in fine, dans la même direction.

Dans le premier cas, il s’agit de mobiliser le petit patronat, les indépendants avec le Medef contre l’État social et les acquis sociaux (en faisant oublier la responsabilité de la mondialisation et de la financiarisation dans leurs difficultés) ; dans le second, on fait miroiter une société dynamique, libérée, d’initiative individuelle, d’enrichissement personnel, en s’appuyant sur les classes montantes d’entrepreneurs ou d’actifs indépendants. Mais sur le fond, les projets sont proches.

Read also:
Sanders: British voted against the way world economy is working

À travers Macron, l’élection présidentielle est l’occasion pour la technocratie de Bercy de faire passer ses réformes miracles comme la baisse des retraites et des prestations chômage, comme la réduction de l’autonomie des collectivités locales, comme les organismes paritaires. Macron est le porte-parole rêvé de cette technocratie étroitement liée aux milieux financiers qui rêve de voir appliquer ces idées rétrogrades sous des apparences civilisées.

Pour lire cette note dans son intégralité, téléchargez le PDF ci-dessous.

Source : Les économistes atterrés, 07-03-2017

==============================================

Front national : un programme économique et social incohérent et xénophobe

Source : Les économistes atterrés,  Anne Eydoux, Sabina Issehnane, 30-03-2017

Cette note propose une analyse détaillée du programme économique et social 2017 du Front national (FN). Elle montre que, dans le fouillis des propositions, se dessine un « patriotisme économique » fondé sur le logiciel néolibéral du FN et les mythes et valeurs de l’extrême droite. Si le programme cherche à séduire les classes populaires par quelques propositions sociales comme la retraite à 60 ans, il est avant tout au service du patronat et des riches, s’en prenant très clairement aux syndicats et aux étrangers. La « France prospère » qu’il promet s’appuie sur une vision magique du souverainisme et d’un protectionnisme « patriote ». Le modèle productif qu’il entend mettre en place repose sur la réindustrialisation, y compris militaire, et s’avère très éloigné de la transition écologique annoncée. Quant aux mesures d’emploi et aux mesures sociales, elles consistent pour l’essentiel à institutionnaliser la discrimination à l’encontre des étrangers, au nom de la « priorité nationale ». Enfin, le programme cherche à donner une image de modernité en se faisant défenseur des « droits des femmes »… Mais son féminisme est de pure façade. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.

Read also:
Et si les législatives s’étaient disputées à la proportionnelle ?

Pour lire cette note dans son intégralité, téléchargez le PDF ci-dessous.