Wolfgang Schäuble : Une figure criminelle de la politique allemande et européenne s’est éteint

29/12/2023

Après avoir appris le décès de Wolfgang Schäuble, ministre allemand des finances pendant la crise de la dette européenne, Yannis Androulidakis, un journaliste grec, a publié le commentaire suivant sur Facebook :

En 2010, j’avais 34 ans, j’étais rentré en Grèce, j’avais commencé à travailler et je venais d’avoir des enfants. Devant moi, au-delà de l’objectif stratégique du socialisme libertaire, s’ouvrait une vie dans laquelle je pouvais vivre de mon travail, voyager beaucoup, être créatif pendant mon temps libre.

Au lieu de cela, j’ai passé mes meilleures années dans un carcan d’asphyxie financière, passant des mois sans salaire, déménageant dans des maisons plus petites pour pouvoir les payer et y restant plus que je ne l’aurais voulu, ce qui a eu pour conséquence que les relations s’y sont développées de manière bancale dès le début ; je n’ai pas fait le dixième des voyages dont je rêvais, j’ai passé ma créativité à courir après un peu d’argent de poche pour boucler le mois, j’ai été rempli des névroses de la vie dure et j’ai vu mes amis souffrir de la même chose.

Dans moins d’un mois, j’aurai 48 ans et, même s’il est difficile d’admettre de telles choses, mes meilleures années sont déjà passées ; et avec elles, ma capacité à faire tout ce que je pouvais a été complètement détruite – et c’est vrai pour toute ma génération.

Schäuble, qui est décédé aujourd’hui, a non seulement conçu cette situation, mais y a également travaillé de manière obsessionnelle.

Je tiens à préciser qu’il m’est impossible de relativiser : Je n’ai pas de larmes à verser pour lui”.

Read also:
Germany rejects France's call to halt construction on Nord Stream 2 pipeline over Navalny detention

Ce commentaire est tout à fait caractéristique de ce que ces années ont signifié pour la génération de Yannis. Ce n’est pas, et de loin, la pire tragédie qu’un Grec ait subie à cause des politiques de l’Allemagne, de l’UE et du FMI imposées à un petit pays membre de l’Union européenne, avec une personne manifestement sadique à la tête de tout le processus. Comme l’a fait remarquer un autre Grec sur les réseaux sociaux :

“Il n’y a pas d’enfer, mais on se souviendra toujours de lui comme de l’homme qui a poussé tant de Grecs à la mort et au suicide. Schaeuble aime oublier que c’est un scandale financier qui l’a empêché de devenir chancelier allemand”.

La vie de millions de Grecs a été détruite à la suite de l’application sadique par Schäuble et Merkel des programmes les plus durs et les plus stupides sur le plan économique jamais conçus dans l’histoire mondiale de l’économie. (Pas du tout stupides bien sûr si nous considérons qu’il ne s’agit pas d’un programme de “sauvetage” de la Grèce, mais d’un programme de “sauvetage” des grandes banques).

“Nationaliste” en quelque sorte, Schäuble a transformé, par le biais du programme grec, l’Union européenne en une colonie du grand capital financier, pas nécessairement européen. Il a pu s’assurer la coopération des dirigeants du PASOK et de la ND parce que Siemens versait d’énormes pots-de-vin à leurs dirigeants et cadres. Lui, le corrompu, accusait de corruption les Grecs que les Allemands soudoyaient !

Finalement, il a pu écraser les Grecs, mais seulement avec l’aide des États-Unis et la trahison de Tsipras et de SYRIZA. Mais à long terme, en faisant cela, il a détruit une grande partie de la capacité (s’il y en avait une) de l’UE à résister aux “marchés” et à devenir une entité indépendante, ainsi que le capital politique de l’Allemagne. C’est le résultat d’un “nationalisme” stupide, cupide et provincial qui n’a rien oublié ni rien appris de l’histoire allemande. Berlin découvrira les conséquences de la perte de son capital politique lors de la prochaine crise de l’UE. Quant à la Grèce, elle reste un pays détruit, en bien pire état que lorsque les “programmes de sauvetage” lui ont été imposés.

Read also:
Emmanuel Todd: «le FN ne veut pas le pouvoir»

Nous espérons pouvoir revenir bientôt à une présentation plus étendue de la contribution extrêmement négative de Schäuble et Merkel au projet européen, à la démocratie et à l’indépendance de l’Europe.

Dimitris Konstantakopoulos