VIOME Is In Danger!

VIOME EST EN DANGER !
APPEL À LA SEMAINE INTERNATIONALE D’ACTION SOLIDAIRE #defendViome du 13 au 19 mars

Nous voulons que notre message atteigne la planète entière :

Nous vous invitons à une semaine internationale de solidarité avec VIOME pour ériger un mur de protection.

Nous appelons à des actions de solidarité de vos collectifs pendant une semaine, culminant le samedi 18 mars, avec une manifestation nationalle qui aura lieu à Thessalonique. Chaque marche, chaque intervention urbaine, chaque banderole, chaque graffiti, chaque déclaration syndicale, chaque manifestation devant un consulat grec, chaque petite ou grande action compte, tant sur le plan pratique que symbolique.

Pour la diffusion des actions de solidarité, nous utilisons le hashtag #defendViome et le logo qui accompagne ce texte. Envoyez nous des photos ou des textes desoutien à protbiometal@gmail.com. Nous envoyons cet appel à nos camarades età tous les collectifs, organisations et syndicats connus.

Nous unissons nos luttes sur toute la planète et maintenons vivante la flamme de la dignité rebelle contre le capitalisme.

NE TOUCHEZ PAS À VIOME !
PAS UN PAS EN ARRIÈRE !
#defendViome


L’école de l’espace social libre se rend à l’usine VIOME occupée !

Dimanche 12 mars 2023 15:00

(à 12:00 l’Assemblée de Solidarité Ouverte de VIOME se réunit)

A l’occasion de la récente vente aux enchères de VIOME, et sur la base de tout ce qui nous relie – la solidarité, l’auto-organisation, les processus de démocratie directe et une vie sans patrons ni autorités – nous organisons nos cours gratuits à l’usine VIOME occupée. Nous, les gens de l’école et les gens de la ville, avons l’intention de connaître ensemble les luttes et la réalité de la seule usine autogérée en Grèce.

Nous vous invitons à prendre votre 2K ou 3K (arrêt : NAYPIGEIA) ou votre voiture (si vous avez une personne dans le groupe) et à venir apprendre comment nous recyclons les plastiques, comment notre bière est fabriquée, comment nous dansons l’icarien, comment nous dessinons avec un crayon et comment nous cultivons diverses plantes. Vous avez envie d’apprendre un mouvement de swing ou de salsa, d’écouter et de parler l’espagnol, de participer à une répétition d’orchestre et de découvrir comment une phrase voyage entre le grec, le turc et d’autres langues ?

Pour finir, nous pourrons apprécier all@ together, la jam live de blues de l’école, et Church of Man (indie rock ‘n’ roll) avec leur propre musique originale !

Les cours gratuits commenceront à 15h00, précédés par l’Assemblée ouverte de solidarité VIOME à 12h00.

Nous vous invitons tous à nous rejoindre le dimanche 12 mars !

*Il y aura une cuisine collective végétalienne  de ROOM39 ! # refugee & homeless support

https://therealnews.com/inside-vio-me-greeces-only-worker-managed-factory-thats-operated-for-over-10-years


A l’intérieur de Vio.Me : la seule usine grecque gérée par les travailleurs

Par Christos Avramidis, The Real News  –  8 mars 2023

“Notre message au prolétariat mondial est clair. Nous crions : “Travailleurs, vous pouvez vous passer de patrons”.

Inside Vio.Me, Greece’s factory run by workers with no boss

 

En 2011, les travailleurs de l’usine Vio.Me à Thessalonique, en Grèce, ont cessé de percevoir leurs salaires. La direction et les propriétaires ont abandonné l’usine peu de temps après. Au lieu de se disperser, les travailleurs de Vio.Me ont organisé une assemblée et voté pour reprendre eux-mêmes la gestion de l’usine. Au cours des dix dernières années, ils ont maintenu l’usine en activité, déterminant conjointement les décisions de production par le biais de procédures démocratiques et partageant les bénéfices. Bien que leurs anciens patrons et l’État grec aient tenté de vendre le terrain aux enchères et de les expulser, les travailleurs ont tenu bon grâce à la solidarité de leur communauté et des travailleurs de toute la Grèce et du monde entier.

TRNN s’entretient directement avec les travailleurs-gestionnaires de Vio.Me au sujet de leur lutte et de l’exemple puissant qu’ils ont donné aux travailleurs du monde entier. Cette vidéo fait partie d’une série spéciale de Workers of the World sur la crise du coût de la vie en Europe.

Read also:
Feed Sonoma: Agricultural Cooperatives Will Help Save the World

Transcription

Reporter : C’est la seule usine occupée en Europe qui continue à produire. En février 2013, plus de 70 ouvriers ont occupé l’usine de matériaux de construction VIOME à Thessalonique, en Grèce, et se sont approprié la richesse qu’ils produisaient.

Dimitris Koumatsioulis : Les patrons ont choisi de partir. De nous laisser tranquilles. Ils ont pris l’argent et sont partis. C’est très simple, quand ils ont vu qu’ils ne gagnaient plus rien, ils ont abandonné et laissé les travailleurs sans salaire.

Makis Anagnostou : Lors de l’assemblée générale, il a été proposé que VIOME continue à fonctionner, que le patron le veuille ou non. Les travailleurs ont accepté cette proposition à une écrasante majorité de 97,5 % des voix.

Dimitris Koumatsioulis : Nous sommes dans une usine en Grèce qui est la seule à fonctionner sans patron.

Les travailleurs ont changé la production de matériaux de construction en produits de nettoyage écologiques.

Dimitris Koumatsioulis : Une fois que les patrons sont partis, nous avons eu l’occasion, ce qui était un cadeau pour nous à l’époque, de profiter de la situation et de faire quelque chose de différent de ce que nous faisions. C’est-à-dire que nous arrivions, nous prenions la production, nous pointions et nous partions. Nous avons pris le travail en main et nous avons fait ce que nous avons fait. Un produit naturel et écologique. Pour nous et pour offrir aux gens.

Makis Anagnostou : Au départ, nous étions essentiellement écologiques, mais aujourd’hui, nous en sommes arrivés au point où nous ne laissons rien perdre de l’emballage des matières premières, tout est recyclé et nous tirons même un petit revenu de ce processus. Bien sûr, en ce qui concerne les déchets organiques, nous veillons à les composter, afin que notre potager soit aussi efficace que possible.

Reporter : En 2013, la Grèce avait le taux de chômage le plus élevé de l’UE. Il s’élevait à plus de 27 %. 4 millions de Grecs se trouvaient sous le seuil de pauvreté. En l’espace de trois ans, le PIB a chuté de plus de 21 %, en raison des mesures des accords néolibéraux mises en œuvre par le FMI et l’UE. En 2013, le taux de suicide a augmenté de 40 % par rapport à 2010, principalement en raison du chômage.

Makis Anagnostou : Les accords mémorandaires allaient et venaient. Il y avait trop de problèmes, trop de gens qui sautaient des balcons. Le taux de suicide a augmenté de manière drastique.

Dimitris Koumatsioulis : La situation était terrible. Beaucoup de gens restaient chez eux, ne voulant pas sortir, car ils avaient honte de ne pas avoir d’argent, alors que nous essayions de les persuader de sortir ensemble, car c’est la seule façon de se battre, de montrer que nous sommes là et que nous pouvons changer le monde et faire quelque chose de différent.

Reporter : Depuis 10 ans, les travailleurs n’obéissent pas aux ordres de l’employeur et des directeurs. Ils organisent tout à travers leur assemblée générale quotidienne et il n’y a pas d’inégalité entre les cols bleus et les cols blancs.

Dimitris Koumatsioulis : Chaque jour, le matin, nous arrivons, nous discutons de ce que nous allons produire, des problèmes que nous pouvons résoudre dans l’usine, là où nous travaillons. Ensuite, nous commençons la production. Nous n’avons pas de patron, nous discutons tous ensemble de nos problèmes et nous les résolvons tous ensemble.

Makis Anagnostou : Il y a des assemblées encore plus grandes, composées de nous, de collègues d’Athènes et de membres de la société, l’Initiative de solidarité, où nous discutons de questions plus importantes, comme des questions stratégiques, comme la façon dont nous allons continuer et comment nous allons résister.

Read also:
Tout est possible, même les assemblées d’autogestion au milieu des carrefours, dans les villages, dans les quartiers

Le journaliste : Un grand mouvement de solidarité s’est développé avec les travailleurs, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Grèce. Les médias internationaux, jusqu’au Japon, ont diffusé des reportages détaillés et des écrivains et activistes de renom ont exprimé leur soutien. Une assemblée de solidarité a eu lieu pendant 10 années consécutives, à laquelle des centaines de personnes ont participé. 60 % des revenus proviennent de syndicats et d’organisations politiques du monde entier.

Naomi Klein : Cet entrelacement de résistances et d’alternatives est quelque chose dont, je pense, tous nos mouvements doivent s’inspirer.
Les travailleurs de VIOME ont même reçu un message de soutien de la part des zapatistes.

Nous avons également reçu un message de solidarité de la part des zapatistes, ce qui est la meilleure chose qui soit arrivée.

Makis Anagnostou : Des gens qui se battent durement à l’étranger, parce que dans leur cas, on ne fait pas que des grèves, on met sa vie en jeu tous les jours, là-bas. Ils nous ont envoyé un message de solidarité, ils sont à nos côtés et nous soutiennent.

Reporter : Cependant, l’usine n’est pas seulement un lieu de production. Les personnes associées aux mouvements sociaux utilisent souvent l’espace de l’usine, tandis que des représentations théâtrales, des concerts, des débats politiques, des bazars sans intermédiaires, des présentations de livres et des tournages de films par des productions auto-organisées ont lieu dans les locaux de l’usine.

Makis Anagnostou : Tout au long de ce processus, nous avons changé en tant que personnes. Nous avons essayé de l’ouvrir à la société. Par exemple, lorsque les migrants et les réfugiés ont été confrontés à des problèmes, l’usine a été remplie de produits et de vêtements pour répondre aux besoins de ces personnes. En 2016, il y a eu une conférence mondiale sur l’économie du travail, où d’innombrables personnes sont venues, de l’autre côté du monde, d’Argentine ou du Chili et de partout. Du Mexique et de toute l’Europe, bien sûr. D’autres actions que nous avons entreprises pour nous ouvrir encore plus et pour que la communauté LGBT puisse venir ici et prendre des mesures.

Reporter : Ils ont créé divers événements et ils ont même lancé une fierté autogérée ici. Au cours de ces dix années d’occupation de l’usine, les travailleurs de VIOME ont été attaqués à de nombreuses reprises. Cela fait 8 ans que l’entreprise tente de vendre la propriété aux enchères.

Makis Anagnostou : La prochaine fois, nous serons encore plus nombreux et nous crierons pour qu’ils ne puissent rien faire.

Chants : Flics, juges, écoutez bien, le VIOME restera entre les mains des travailleurs.

Makis Anagnostou : La plupart des répressions ont eu lieu pendant les ventes aux enchères, dans les tribunaux, lorsque nous essayions d’entrer dans les tribunaux et qu’il était interdit de le faire. Sous l’impulsion du moment, nous avons réussi à faire entrer quelques personnes. Nous étions donc prêts à réagir. L’État ne nous a pas permis d’obtenir une licence et nous a même coupé l’électricité. Nous avons résisté et nous les avons arrêtés. Cependant, tôt le matin, pendant le couvre-feu de la pandémie COVID, ils ont fait venir la force de police spéciale [MAT] à 5 heures du matin, et ils ont réussi. À partir de là, nous avons eu nos propres solutions pour continuer à produire, même après qu’ils aient coupé l’électricité au bout de trois ans.

Les travailleurs de VIOME ont résisté à la violence policière et ont organisé une caravane vers le ministère du travail pour demander leur légalisation.

Makis Anagnostou : Ce qu’ils ont fait, c’est retarder le temps pour nous fatiguer. Nous avons alors dit que nous répondrions, même pour une courte période, que nous étions patients et que nous attendrions. Nous avons essayé de monter des tentes pour pouvoir rester là le plus longtemps possible afin d’obtenir une réponse. C’est alors que la police a réagi, elle a essayé d’enlever les tentes. Nous avons été battus, nous avons été frappés, mais nous avons résisté. Nous avons été battus, nous avons été frappés, mais nous avons résisté. Et nous avons réussi à imposer notre volonté et à monter les tentes.

Read also:
Police abolition and other revolutionary lessons from Rojava

Reporter : Mais même là, à Athènes, en plein été, ils n’étaient pas seuls.

Makis Anagnostou : Nous avons été soutenus par de nombreux passants, il y a eu beaucoup d’événements, Spyros Grammenos est venu, Manu Chao est venu et a chanté. Tout cela nous a donné le courage de rester et même de guérir les blessures qui nous avaient fait souffrir les jours précédents. C’est en prenant son courage à deux mains que l’on devient une personne différente.

Reporter : Bien sûr, l’État grec ne les a jamais laissés tranquilles non plus.

Makis Anagnostou : Ils ont laissé diverses accusations peser sur la tête des travailleurs. Ils sont venus ici une ou deux fois pour distribuer des documents sur un interrogatoire ou un procès imminent, afin que nous nous rendions au département de la police et que nous ayons une “discussion”. Il s’agit essentiellement d’intimidation.

En février, après de nombreuses années de ventes aux enchères perturbées, l’État et l’entreprise ont réussi à vendre aux enchères la propriété à laquelle appartient la plus grande partie de VIOME. Un fonds étranger a acquis la propriété. Les travailleurs ont tenu une assemblée générale pour organiser leur résistance et l’usine s’est remplie de monde.

Participant à l’assemblée générale : Elle appartient aux travailleurs qui ont donné leur âme ici, elle appartient aux travailleurs qui sont restés sans salaire pendant de nombreuses années, qui ont fait des arrêts de travail et nous ne donnerons pas nos vies à n’importe quel investisseur.

L’assemblée a décidé d’appeler à l’action en organisant une grande manifestation dans le centre de la ville.

Melina Azoudi : VIOME n’est pas une utopie. VIOME est une usine autogérée qui fonctionne depuis de nombreuses années. La seule usine autogérée du pays. Nous avons formé des comités de lutte, nous défendrons l’usine jusqu’au bout, jusqu’à la victoire. Nous ne céderons pas aux menaces des capitalistes, nous ne céderons pas aux méthodes immondes de l’État. Nous défendrons les travailleurs de VIOME, nous défendrons le symbole de VIOME. Nous le défendrons parce que le VIOME appartient à ses travailleurs. VIOME appartient à tout le monde, appartient à nous qui y vivons, à nous qui y agissons.

Reporter : Une question se pose encore et toujours pour les travailleurs. Vont-ils survivre ? Parviendront-ils à rester seuls à produire sans capitalistes dans un monde capitaliste ? Mais sont-ils vraiment seuls ?

Makis Anagnostou : Notre message au prolétariat mondial est clair. Nous crions : “Travailleurs, vous pouvez vous passer de patrons”. Nous ne nous contentons pas de le crier. Nous le mettons en pratique. Chaque jour, nous sommes ici et nous le mettons en pratique.

Cet article, réalisé avec le soutien de la Fondation Bertha, fait partie de la série Workers of the World du Real News Network, qui raconte l’histoire de travailleurs du monde entier qui construisent un pouvoir collectif et redéfinissent l’avenir du travail selon leurs propres termes.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.