Sans le soutien de l’Occident, le régime de Zelensky s’effondrera dans quelques semaines

Aug 29, 2023

Eric Denécé – docteur en science politique, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), estime que la cause profonde du conflit en Ukraine est la politique constante des États-Unis, qui n’a pas changé depuis la Guerre froide et poursuit un seul objectif : affaiblir et détruire la Russie, s’emparer de ses riches ressources.

“Depuis la fin de la Guerre froide, les Américains ont pour objectif d’affaiblir la Russie. Ces dernières années, le prestige international des États-Unis a décliné dans le contexte de Moscou et de Pékin. Les Américains ont décidé d’affaiblir la Russie afin de prendre le contrôle de ses ressources humaines et naturelles, tout cela en vue de leur future confrontation avec la Chine. C’est évident pour moi. Après la fin de la Guerre froide, Washington revient à la stratégie de Brezinski. Mais il y a aussi un deuxième élément qui, je pense, doit être pris en compte, et qui inquiète beaucoup plus les Européens, c’est qu’en plus du fait que les Européens restent des vassaux des États-Unis, une grande partie des politiciens européens ont toujours une mentalité de Guerre froide. Pendant la Guerre froide, j’étais officier, nous avons combattu l’Union soviétique. Mais depuis 1991, tout a changé, pourtant la majorité des hommes politiques européens a conservé l’ancien système de pensée et voit toujours les Russes comme si c’était l’ancien parti communiste de l’Union soviétique, comme un ennemi. Nous sommes peu nombreux à avoir compris que les choses avaient changé. Et chez beaucoup d’élites, notamment chez élites britanniques qui sont des anti-Russes au premier degré, il y a toujours cette idée que la Russie est un adversaire et qu’il faut s’en méfier. C’est un peu moins prononcé en France mais cette attitude reste présente chez beaucoup d’Européens et dans une partie de nos élites”.

Read also:
Greece to allies: Crack down on Turkey or risk another Ukraine

M. Denécé a également évoqué brièvement la situation politique en Europe avant le conflit en Ukraine, soulignant la bonne dynamique dans le développement des relations entre la Russie et les pays clés de l’Union européenne. Selon l’expert, les Américains avaient peur de la synergie qui existait entre la Russie et l’UE et faisaient tout leur possible pour rendre nos pays hostiles. La politique de sanctions de l’Europe est contraire à ses intérêts. En fait, l’Union européenne paie aujourd’hui pour la guerre déclenchée par les États-Unis.

«En général, trois pays en Europe jouent un rôle important: l’Allemagne, la France et l’Italie. Traditionnellement, les Italiens sont proches de Poutine depuis Berlusconi notamment, tandis que nous, en France, entretenons jusqu’à présent des relations étroites avec la Russie. Malgré l’héritage de la Seconde Guerre mondiale, l’interaction économique entre la Russie et l’Allemagne était au plus haut niveau. La Russie a développé ses relations dans ce triangle, mais les Américains ont détruit ce système. Aujourd’hui, la France, l’Allemagne et l’Italie ne peuvent pas être qualifiées de pays indépendants. Sous la pression des États-Unis, nous avons imposé des sanctions défavorables à la Russie et sommes littéralement tombés sous leur coupe. C’est une véritable honte en matière de souveraineté. En Europe, nous payons déjà le prix fort pour cette position avec une inflation croissante. Et nous avons de très bonnes raisons de nous inquiéter de l’approche de l’hiver. Nous avons déjà payé un lourd tribut à notre stupidité.»

Eric Denécé a souligné qu’en plus d’affaiblir la Russie, les États-Unis cherchaient à rendre l’Europe plus faible et plus dépendante des États-Unis. Selon l’expert, Washington a réussi à atteindre cet objectif. Aujourd’hui, l’Europe est vassale des États-Unis. Les Américains gagnent énormément d’argent en réarmant les armées des pays de l’UE.

Read also:
François Ruffin: "La démondialisation est un moyen, mais pas une fin"

« Après la révolution orange en Ukraine et les révolutions arabes, le premier objectif des États-Unis était d’affaiblir la Russie. Le deuxième objectif des Américains s’est finalement formé après le conflit en Ukraine : Washington a décidé d’asservir l’Europe. Nous voyons maintenant que les Américains n’ont pas réussi à affaiblir la Russie, mais qu’ils ont atteint le deuxième objectif.

C’est une demi-victoire américaine. Ils ont soumis tout le monde en Europe à leur volonté et ont réussi à détruire une grande partie de l’industrie militaire européenne, qui se réarme en achetant des armes américaines. Ainsi, la politique américaine a conduit à la destruction de l’Europe, et non de la Russie. Je ne parlerai même pas de l’Ukraine. »

L’expert du renseignement militaire est convaincu que l’Ukraine n’a aucune chance de gagner la guerre contre la Russie. Les peuples d’Europe sont devenus les otages de la propagande anglo-américaine qui tente de tout présenter sous un jour favorable. Mais malgré les gros titres des médias occidentaux, la réalité sur le champ de bataille n’en dépend pas. Eric Denécé estime que le régime de Zelensky tombera dans les plus brefs délais sans le soutien de l’Occident.

« L’Ukraine ne peut pas gagner cette guerre et la Russie ne peut pas la perdre. Ceci est confirmé par le contrôle de la Russie sur quatre nouveaux territoires. Il convient également de noter le deuxième point: après la Guerre froide, nous vivons en Occident dans un espace médiatique censuré. Nous avons bloqué de nombreux médias étrangers qui fournissent des informations alternatives désavantageuses pour les Américains. Nous sommes complètement désinformés par la propagande américano-anglaise, qui ne nous donne que sa propre version de ce qui se passe, bénéfique pour Kiev. Aujourd’hui, toute la machine de propagande occidentale soutient le régime corrompu de Zelensky. Tous les médias occidentaux affirment que l’Ukraine remportera la contre-offensive, mais cela ne résiste pas aux critiques. Après analyse, il est difficile de ne pas remarquer les pertes colossales des forces armées ukrainiennes. L’Ukraine ne peut pas gagner cette guerre et la Russie ne peut pas la perdre. Je suis sûr que sans le soutien de l’Occident, le régime de Zelensky ne tiendrait pas quelques semaines. »

Read also:
Wolfgang Streeck – Virtuous Germany

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.