Quel avenir pour Podemos ?

Par Steve Forti
May 6, 2021

Le trumpisme gagne à Madrid et Iglesias abandonne la politique.

 « Le vote a non seulement sanctionné la victoire de la droite, mais doit également être interprété comme un rejet du gouvernement national de coalition de gauche. A partir de maintenant, des mois de polarisation constante nous attendent, où la droite voudra faire tomber Sánchez. »

Quoi de pire pour la gauche aux élections régionales de Madrid ? Le Partido Popular (PP) sort renforcé (44,7%, 65 députés), il atteint la majorité absolue et pourra gouverner avec l’apport de l’extrême droite, Vox : le premier parti dans pratiquement toutes les circonscriptions de la région qui obtient plus de voix que les trois formations de gauche, le Partido Socialista Obrero Español (PSOE), Más Madrid (MM) et Unidas Podemos (UP). Ce chiffre est d’autant plus remarquable si l’on tient compte du fait qu’en 2019, le PP s’était arrêté à 22,2%, talonné par les libéraux de Ciudadanos et Vox.

La candidate du PP, Isabel Díaz Ayuso, présidente au cours des deux dernières années, a redonné de l’élan à une formation qui a connu une phase de crise profonde et qui reprend l’hégémonie à droite, dévorant littéralement Ciudadanos, qui passe sous le seuil fixé pour obtenir des élus, avec 3,2 % et de 26 à 0 députés, freinant l’avance de Vox (9,1 % et 13 sièges, soit un de plus qu’en 2019).

Ces élections régionales étaient importantes : elles pouvaient bouleverser les équilibres politiques espagnols déjà fragiles. Il ne s’agit pas seulement de la victoire de la droite qui, en passant, gouverne la région depuis 26 ans, mais de quel genre de victoire et de ses raisons. D’une part, le résultat doit également être interprété comme un vote de punition du gouvernement de coalition de gauche formé par les socialistes et Unidas Podemos. La fatigue pesait certainement avec une année de pandémie et les conséquences de la crise économique, bien que limitées par les politiques sociales approuvées par Pedro Sánchez.

Il reste que ces résultats sont également exportables vers le reste du pays, mais il ne fait aucun doute que pour l’exécutif de coalition – qui s’appuie sur une majorité hétérogène au Parlement – qu’il est en phase d’ascension. Il pourra compter sur les fonds européens et le succès espéré de la campagne de vaccination – plus lent que prévu, comme dans toute l’UE – mais un PP galvanisé par la victoire d’Ayuso ne cédera sur rien, et encore moins sur des accords clés qui ont besoin de majorités qualifiées dans les Cortes de Madrid. Ce sera des mois d’une polarisation constante où la droite visera à faire tomber le gouvernement.

Read also:
A "Hitler" for Brazil. A Black International threatens the Planet

D’autre part, Ayuso a saisi ce que nous pourrions appeler l’esprit du temps. Sa campagne s’est jouée sur trois propositions : la liberté, moins d’impôts et l’anticommunisme. En bref un mélange de berlusconisme et de trumpisme à la sauce ibérique. Ce n’est pas un hasard si Matteo Salvini l’a immédiatement félicitée.

Au cours de l’année écoulée, la présidente madrilène s’est présentée comme la véritable opposition au gouvernement de coalition : elle s’est opposée de manière irresponsable aux restrictions sanitaires, a maintenu les bars et restaurants ouverts toute la nuit, fomenté un identitarisme madrilène inexistant et défendu la baisse des impôts. Soit dit en passant, Madrid est la région la plus riche et la moins taxée du pays : le projet aznarien (de l’ex président Aznar) de convertir la capitale espagnole en une sorte de Miami ibérique, transformant les deux Castille en désert, reposait essentiellement sur le dumping fiscal. La seule annonce par le gouvernement qu’il voulait tenter d’harmoniser la fiscalité pour éviter l’augmentation des écarts régionaux a été utilisée par Ayuso pour mobiliser une large coalition sociale soutenant ce mélange de néolibéralisme et de libertarisme, la marque du PP.

Mais il n’y a pas que l’économie qui explique ce vote. Les populaires ont fait leur la rhétorique de l’extrême droite, imposant un cadre – liberté contre communisme – qui a incontestablement marqué la campagne électorale, la plus tendue, avec trois ministres socialistes et Pablo Iglesias recevant des menaces de mort.

La droite conservatrice traditionnelle – le PP est membre des populaires en Europe – a décidé de virer à droite et de mettre en avant la guerre des cultures. Si pour ne pas se laisser dévorer par le national-populisme, les conservateurs, en plus de s’allier et de dédouaner l’extrême droite (Vox soutient extérieurement plusieurs gouvernements régionaux et locaux du PP et Ciudadanos), se convertissent en ce que Roger Eatwell et Matthew Goodwin appellent un « national populisme léger », eh bien, les nouvelles ne sont certainement pas positives. Pour personne.

Read also:
Greece’s tourism revenues down 78% in first nine months of 2020

Et la gauche ? On l’a vu à Madrid. La descente sur le terrain d’Iglesias – qui a démissionné soudainement de la vice-présidence du gouvernement pour participer aux élections madrilènes – et la polarisation de la campagne électorale avec le slogan « démocratie contre fascisme » lancé par les gauchistes n’ont finalement fait que favoriser Ayuso. Il est vrai que Más Madrid, plateforme civique créée il y a deux ans par l’ancien numéro deux de Podemos, Íñigo Errejón, (17%, 24 sièges), et UP (7,1%, 10 sièges) améliorent les résultats de 2019, mais au détriment d’un PSOE qui obtient plus que jamais le pire résultat de tous les temps (16,9% et 24 députés) et est dépassé par Más Madrid. Sa candidate, Mónica Garcia, devient ainsi la véritable chef de l’opposition à Ayuso.

Il ne fait aucun doute qu’Iglesias a été courageux : il a réussi à éviter le naufrage d’Unidas Podemos, mais rien de plus. Peut-être n’avait-il pas compris que sa figure plus que la mobilisation du vote de gauche risquait d’activer les électeurs opposés. C’est aussi pour cette raison qu’il a annoncé l’abandon de la politique, après avoir réussi en seulement six ans à sortir Podemos des places pour le porter au gouvernement et avoir subi des attaques quotidiennes et des plaintes au sujet de scandales présumés qui ont toujours été rejetés par la justice. Son investissement personnel a été énorme.

Il reste maintenant à déterminer quel sera l’avenir d’Unidas Podemos. Iglesias a présenté l’actuel ministre du Travail, Yolanda Díaz, très appréciée par les partenaires sociaux, comme la future candidate de la coalition. Et le parti ? Dans quelle mesure Iglesias est-il remplaçable ? On parle de bicéphalie et, en tant que future secrétaire générale, on envisage Iole Belarra, ministre des Droits sociaux qui a remplacé Iglesias au gouvernement. La décision sera prise lors d’un prochain congrès où Podemos devra également se repenser. Il y a une base dure d’électeurs, oui, mais il n’y en a pas beaucoup plus qu’il y a dix ou vingt ans pour Izquierda Unida. Et sur le territoire, le parti est peu organisé. Mais, en fin de compte, la question est que, comme Bob Dylan l’a chanté il y a plus d’un demi-siècle, « les temps ont changé » : nous ne sommes plus en 2015, il n’y a plus la longue vague du mouvement des indignés.

Read also:
Unbelievable: There is no more Labour Party in Britain!

La solution pour tenir tête au gouvernement, jusqu’à la fin de la législature prévue en 2023, et se renouveler au niveau organisationnel est en fait simple (du moins pour ainsi dire).

D’une part, faire avancer le programme progressiste qui a été adopté il y a un an et ne pas freiner sur quoi que ce soit (loi sur les loyers, droits civils accrus, réforme du travail, détente avec Barcelone, etc.) : mais le PSOE devient essentiel. Si, après la défaite de Madrid, Pedro Sánchez vire au centre, se faisant intimider par un PP trumpisé, il n’y aura pas grand-chose à faire. Ce sera le suicide collectif. D’autre part, il faut voir comme « une opportunité » l’abandon d’Iglesias comme une possibilité de réparer les fractures de ces dernières années avec ceux qui ont abandonné Podemos, du secteur plus pragmatique d’Errejón aux anticapitalistes. Une figure consensuelle comme Yolanda Díaz pourrait aider, tout comme une femme à la tête du parti. Ce n’est qu’en reconstruisant un espace à gauche solide mais hétérogène, présent et enraciné sur les territoires, qu’Unidas Podemos pourra surmonter la fin de l’ère Iglesias et se renouveler. Ce ne sera pas facile.

6 mai 2021, micomega.

www.utopie-critique.fr

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.