Mikis sur la capitulation de 2015

Appel dramatique de personnalités grecques – juillet 2015

Un appel au peuple grec et aux peuples du monde par des personnalités grecques.

Défendons le NON du peuple grec ! Défendons la Patrie et la Démocratie !

Le 5 juillet, le peuple grec a rejeté à une majorité écrasante l’ultimatum des Créanciers, qui agissent constamment comme des colonialistes impitoyables et des destructeurs de notre pays. Le peuple grec a demandé de mettre fin à la voie de destruction et de pillage du pays empruntée par le Mémorandum, de mettre fin à la colonisation de la Grèce lancée en mai 2010.

Ce “NON”, qui a étonné le monde entier, a été exprimé dans les circonstances les plus difficiles, dans des conditions de terrorisme par presque tout le système médiatique ; il a été exprimé dans des circonstances de menaces et de chantage par les forces internationales les plus puissantes et une guerre économique naissante par la BCE, qui a conduit à la fermeture des banques grecques. Ce “NON” est à la mesure des grands “NON” de notre histoire, comme ceux de 1821, 1940, 1941-1944 (*) et bien d’autres, avec lesquels le peuple grec a maintenu sa dignité, sa culture et les conditions morales les plus fondamentales de son existence en tant que nation cohérente.

Selon les principes les plus fondamentaux de notre constitution, ce NON surpasse toutes les décisions du gouvernement et du Parlement. Le gouvernement grec et les institutions européennes doivent le respecter, d’autant plus qu’absolument rien n’a changé par rapport aux conditions qui prévalaient le 5 juillet (si quelque chose s’est réellement passé, c’est que les conditions imposées par les prêteurs au peuple grec sont devenues encore plus dures).

La décision d’un référendum ne peut être modifiée que par un autre référendum. Le respect de ces règles, le respect de l’expression directe de la volonté du peuple grec et le respect de l’essence principale de notre constitution n’est pas seulement une question juridique, politique et économique sérieuse. C’est la condition préalable la plus importante pour le maintien de la démocratie en Grèce et en Europe. C’est le seul moyen de maintenir la paix dans la société grecque.

C’est aussi le seul moyen d’assurer notre survie morale et matérielle. C’est la seule façon pour la Grèce de survivre en tant qu’identité sociale, politique et culturelle. Les cinq dernières années ont prouvé, de la manière la plus absolue et tragique, que ces programmes, imposés par la Troïka (UE, BCE, FMI) au peuple grec (avec le consentement de plusieurs gouvernements grecs qui ont massivement violé la Constitution, la volonté des électeurs, ainsi que le droit européen et international), ont conduit au plus grand désastre économique et social survenu en Europe depuis 1945. Ces Programmes sont des Programmes d’assassinat de notre pays !

La poursuite de ce Programme dans un pays qui a déjà subi une destruction sans précédent conduira à une désintégration et une dissolution complètes à tous les niveaux. Ceux qui ont voté à la Chambre du Parlement une série de mesures inhumaines imposées par ce dernier “accord” – qui est manifestement illégal et inconstitutionnel – n’ont pas non plus invoqué un seul de ses avantages. Leur seul argument était “nous n’avons pas d’autre solution que de baisser la tête et de nous rendre”. En pratique, ils nous demandent de nous suicider en tant que pays et en tant que peuple.

Le peuple grec, tous les citoyens grecs et l’opinion publique mondiale ont regardé avec effroi tout ce qui s’est passé après le référendum. Aujourd’hui encore, l’esprit humain a du mal à comprendre comment un gouvernement qui a demandé et obtenu un mandat de résistance écrasant de la part du peuple grec, dès la fermeture des bureaux de vote, a agi comme si nous avions voté “oui”. Notre peuple a du mal à comprendre que, cinq jours plus tard, et sans qu’aucun changement n’ait été apporté aux conditions prévalant le 5 juillet, le gouvernement ait accepté, selon des procédures dégradantes, un “accord” humiliant et dévastateur pour la Grèce. Un “accord” que le gouvernement grec n’a pas osé soumettre à l’approbation du Parlement (comme le prévoit la Constitution), mais, alternativement, il a soumis à l’approbation (comme l’a fait le gouvernement précédent en mai 2010), un projet de loi qui a été baptisé “l’Accord”, comme il y a cinq ans ils l’avaient baptisé “Mémorandum”. L’humiliation de la Grèce et de sa Constitution s’est achevée symboliquement avec la publication au Journal Officiel du Gouvernement de toutes les mesures prises, avec le nom du Président de la République posé au-dessus de la Loi mais non signé. Au-dessus de la loi imprimée qui a été votée, il figure le texte non voté par le Parlement de l'”Accord en anglais et en grec”, comme une sorte de “volonté suprême”.

Read also:
Hommage a Mikis Theodorakis

Dans un effort pour justifier l’injustifiable et expliquer ses incroyables transformations, le gouvernement grec est devenu le principal propagandiste de tous les arguments du “oui”. Le gouvernement lui-même répand maintenant des sentiments de peur et de panique parmi les citoyens grecs. Le gouvernement a mis le prestige acquis par sa position antérieure contre le mémorandum, ainsi que le prestige du mouvement de la gauche grecque, qui a mené des luttes héroïques dans le passé, au service des forces adverses, qui veulent briser le moral du peuple grec, convaincre les Grecs que leur État est complètement impuissant et que le gouvernement ne peut rien faire d’autre que d’abandonner, sans combat, la souveraineté nationale et populaire grecque aux créanciers, en espérant leur clémence. Soit dit en passant, comme les Grecs l’ont appris au cours des cinq dernières années, par le démantèlement de notre pays, cela n’existe tout simplement pas.

Tous les arguments que le gouvernement utilise aujourd’hui étaient les arguments rhétoriques que tous les politiciens grillés utilisaient avant le référendum ; tous les arguments utilisés par les partis qui portent la responsabilité de la destruction et de l’asservissement de la Grèce. Le peuple grec a ignoré tous ces arguments, en donnant au gouvernement le “NON” qu’il demandait, mais dont nous ne savons pas s’il le voulait vraiment. La répétition actuelle de tous ces arguments par le leader des forces autrefois anti-mémorandum remplit de peur, de doute et de confusion la majorité des citoyens grecs. Dans les résultats immédiats, matériels et objectifs de la capitulation, nous pouvons ajouter la déchéance morale de la nation, l’effondrement moral et l’effondrement de la confiance et de l’estime de soi.

Le Premier ministre dit bien sûr, comme ses prédécesseurs : “Il n’y a pas d’alternative, nous ne pouvons rien faire.” Ce n’est pas vrai. Un tel argument ne serait fiable que si, dans la bataille pour la défense de la souveraineté de son pays, de la démocratie, des droits de l’homme, il avait utilisé toutes les “armes” disponibles en Grèce ; des “armes” qui n’ont pas été utilisées et qui ont été soigneusement dissimulées.

Lorsqu’un gouvernement est soutenu par un peuple déterminé, il existe toujours une alternative. En outre, la responsabilité première d’organiser la défense de notre État et de son peuple, qui sont attaqués et subissent une drôle de guerre – depuis cinq ans maintenant – incombe au Premier ministre lui-même et à son gouvernement. Ils devraient encourager le peuple au lieu de semer la panique. Ils devraient mettre au service de l’État et du peuple en danger tous les moyens dont ils disposent. Et ce qu’ils ne devraient certainement pas faire, c’est d’ordonner la retraite effrayante du peuple et de l’État au moment de l’attaque de l’ennemi !

En outre, pourquoi, pendant deux ans et demi (depuis l’élection de 2012 jusqu’aux élections de 2015) le Premier ministre et les partis politiques qui gouvernent ne se sont pas préparés à la possibilité très probable d’une collision avec les créanciers ? Pourquoi ne se sont-ils pas non plus préparés lorsqu’il est devenu évident qu’ils ne recevraient rien des négociations ? Pourquoi ont-ils dépensé les réserves de l’État pour maintenir cinq mois d’une parodie de “négociations” ? Pourquoi ont-ils trompé avec de fausses assurances le peuple grec avant et après les élections, au lieu de le préparer ? Car, non seulement ils n’ont pas cherché à obtenir une aide financière internationale, en dehors de l’UE, mais ils ont également exclu cette option par des déclarations répétées. Aux assurances de qui ont-ils imprudemment fait confiance ? Pour quelle raison exactement remercient-ils maintenant les États-Unis ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions que le peuple grec et l’histoire leur posent inexorablement.

Nous appelons le peuple grec, en ces moments tragiques de notre histoire, à ne pas succomber, à conserver son courage et sa capacité de jugement. Nous les appelons à ne permettre à personne de briser leur confiance et leur estime de soi, leur confiance dans leurs forces inépuisables, historiquement prouvées. Ne pliez pas !

Nos pères et nos grands-pères ont survécu à l’occupation allemande. Ils ont souffert de la grande famine de l’hiver 1941-42. Ils ont survécu, ils ont résisté et ils ont fini par vaincre le conquérant. Cela se reproduira.

Read also:
Mikis Theodorakis: Haaretz interview on 9/11, Israel, Jews, Αntisemitism and the war on terror

Nous exhortons les citoyens grecs à s’organiser et à lutter directement pour aider les personnes les plus faibles à faire face à la faim, la maladie, la misère, pour soutenir la dignité des personnes. Pour aider en premier lieu tous ceux qui n’ont pas l’électricité dans leur maison, un toit sur leur tête ou les médicaments dont ils ont besoin.

Nous appelons le peuple grec à résister pour que les fonctions les plus fondamentales de la société et de l’État ne soient pas réduites à néant par le troisième et pire mémorandum qui a été signé.

Nous les appelons à résister, par tous les moyens possibles, à l’imposition de nouvelles mesures contre les personnes. Ce pays est le nôtre. Nous ne le céderons pas.

Nous appelons le peuple grec à tirer les conclusions douloureuses mais nécessaires de son expérience et à construire un front de résistance sérieux et fiable, sans faire aveuglément confiance à nouveau à des sauveurs improvisés, des aventuriers et des opportunistes. Il n’y a pas de devoir national et populaire plus important aujourd’hui que de stopper au plus vite le programme catastrophique imposé à la Grèce et l’asservissement de notre pays. Il est préférable que cette interruption soit décidée avec les autres pays de l’Union européenne. Si cela n’est pas possible, elle doit être faite unilatéralement. Nous n’avons pas d’autre moyen d’être sauvés, ni le luxe de nouvelles illusions. Il n’y a pas d’autre moyen de sauver la Grèce d’une destruction complète, de conserver le tissu social de notre pays et le trésor le plus précieux que nous possédons, le capital vivant de la jeunesse, perdu aujourd’hui sur le chemin de l’immigration.

Pour ce faire, la mobilisation universelle du peuple grec est nécessaire ; sans égoïsme, sans slogans faciles et sans opportunisme. Nous devons chercher des bases et des alliances dans tous les points cardinaux du monde. Nous avons besoin de courage, d’altruisme et de sérieux. Nous sommes détruits par tous les slogans faciles, l’opportunisme, les cris politiques sans contenu, les aventuriers, par l’exploitation opportuniste de la tragédie de notre peuple. Nous avons besoin d’options scientifiquement solides, d’une discussion large et sérieuse dans la société grecque et avec les Grecs de l’étranger sur les alternatives que nous avons et sur notre destin en tant que nation.

David peut battre Goliath. Mais il doit être plus sérieux, plus discipliné et plus intelligent que Goliath. Aujourd’hui, le peuple grec paie un prix élevé, comme tant d’autres fois dans l’histoire, à cause de ses dirigeants, des forces dites anti-mémorandum, les partis qui gouvernent, et bien qu’ils aient professé l’arrêt des politiques du mémorandum, ils n’ont pas fait leur devoir. Ils ne se sont pas préparés et n’ont pas préparé le peuple. Ils ont souvent été guidés par l’esprit d’opportunisme ; ils ont fait confiance aux promesses et aux conseils de ces étrangers qui, tout au long de notre histoire, ont montré qu’ils n’étaient pas nos amis.

Notre pays n’a pas été en danger lorsque le peuple, uni d’un seul poing, a lutté pour son indépendance et sa prospérité. Notre peuple a tout risqué et souvent payé le prix fort lorsque des forces étrangères avaient le dessus et contrôlaient notre pays et son personnel politique.

Nous appelons en particulier nos concitoyens qui ont réussi en temps de crise à maintenir quelques réserves et quelques garanties de confort matériel et de sécurité, à réaliser que le gouvernement joue avec leur peur de ce que pourrait signifier un “conflit” avec les prêteurs ; mais le gouvernement ne leur dit pas ce qui arrivera si la direction actuelle du pays continue. Il est certain que chaque défense, chaque résistance, chaque combat est un conflit avec les forces les plus puissantes de destruction et d’asservissement. Bien sûr, chaque conflit comporte des dangers pour les combattants. Mais il y a des moments dans l’histoire où le conflit devient nécessaire pour sauver la patrie, le peuple, la culture et la prochaine génération ; pour sauver la valeur et la dignité de l’homme. Dans tout combat, les combattants ont fermé leurs oreilles aux sons agréables et terroristes des sirènes du conquérant.

L’une des “armes” les plus inhumaines utilisées de nos jours par toutes sortes d’envahisseurs est la “faillite ordonnée”, communément et faussement appelée “aide solidaire”. C’est l’une des armes les plus inhumaines, car elle démantèle complètement une nation et les générations suivantes. Cette arme, qui est utilisée contre le peuple grec depuis 2010, conduit à la disparition complète de la Grèce en tant que nation, en tant que société, en tant qu’identité historique et culturelle, ainsi que de ses prochaines générations. C’est la ruine qui nous est imposée aujourd’hui, c’est la ruine que nos dirigeants politiques actuels ont convenu avec nos prêteurs de poursuivre et de perpétuer. Le peuple grec ne doit pas permettre que cela se produise.
Si les créanciers gagnent, ils obtiendront tout des personnes qui possèdent encore quelque chose. Il n’y a que l’institution de l’esclavage que Mme Merkel n’a pas encore essayé de mettre en place dans notre pays. Et peut-être que cela ne s’est pas produit parce qu’elle a réussi à imposer ses “équivalents”. Les Grecs qui ont encore préservé quelque chose de leur économie et de leur sueur, ceux qui ont des entreprises, petites, moyennes ou grandes, doivent réaliser qu’ils vont les perdre. L’objectif des prêteurs est de transformer chaque entreprise et l’ensemble du marché grec en une domination des multinationales et du capital financier spéculatif.

Read also:
Éric Drouet dit quitter le mouvement et envoie un message aux Gilets jaunes – vidéo

L’application de l’accord signé, et en particulier sa mise en œuvre par un gouvernement qui parle au nom de la gauche, est un triomphe du néolibéralisme, dans sa forme la plus extrême. Il préconise l’abolition complète des droits sociaux et du travail, la dépréciation d’une classe moyenne déjà fortement touchée, la destruction des agriculteurs et des chômeurs.

La protection de l’Etat-providence, des droits sociaux et du travail, de la redistribution sociale et économique n’est pas un luxe. C’est la condition la plus fondamentale, la plus vitale pour le salut de notre patrie. La nation et la patrie ne sont pas des concepts abstraits. Elles s’identifient à un peuple grec vivant, réel, qui lutte et se bat. Une nation et une patrie ne peuvent exister sans son peuple et sans sa dignité. Bien entendu, la Grèce ne peut pas non plus être identifiée à une oligarchie, étroitement liée à des intérêts étrangers.

L’abandon de la souveraineté de l’État aux dirigeants de la zone euro et du FMI est le point de rencontre de l'”élite” locale et du capital financier international. C’est le plan de cession des biens publics mais aussi privés des Grecs, de leur système bancaire, de leurs maisons, dont la protection est déjà levée, et même des terres des paysans. C’est le plan de la pauvreté totale, de la misère et de l’asservissement du peuple grec.

Nous sommes convaincus que la fierté et le patriotisme des Grecs surmonteront la profonde frustration et le découragement que nous ressentons tous si naturellement maintenant. Les créanciers sont en effet si impitoyables, qu’ils ne nous laissent aucune autre option si nous voulons survivre en tant qu’individus et en tant que nation.

Nous lançons un appel à tous les peuples du monde, à toutes les nations, et les invitons à réaliser que notre combat est aussi le leur. À comprendre le type de forces auxquelles nous sommes confrontés et qui ont choisi d’utiliser la Grèce comme cobaye.

Nous faisons appel en particulier aux Européens qui ont soutenu les Grecs pendant la période sombre de la dictature militaire et nous leur demandons d’empêcher maintenant le nouveau coup d’État organisé par leurs gouvernements, avec le FMI et la BCE, sous la direction du capital financier international, afin d’imposer la dictature des créanciers en Grèce aujourd’hui et dans toute l’Europe demain !

Si les forces qui transforment aujourd’hui un pays de l’Union européenne en Irak ou en Libye par le biais de bombes “économiques” l’emportent, elles détruiront non seulement la Grèce mais l’humanité entière. Face au nouveau totalitarisme des “Marchés”, le même, sinon plus dangereux que les totalitarismes des années 30 et 40, nous n’avons pas d’autre choix que de nous unir et de lutter. Nous devons le faire maintenant. Demain, il sera peut-être trop tard pour toute l’Europe, pour toute l’humanité.

La Grèce va gagner, la démocratie va gagner, l’Europe démocratique va gagner.

Athènes, 29 juillet 2015