Erdogan sous pression. Un point de vue grec

par Dimitris Georgopoulos
Apr. 30, 2024

Les prix élevés ponctionnent les revenus des citoyens turcs, en particulier dans les grandes villes, provoquant un mécontentement explosif, qui s’est également reflété dans les récentes élections. Imamoglu multiplie ses apparitions quotidiennes dans les médias en tant qu’« homme d’État » et de sérieuses frictions sont apparues au sein de la coalition quadripartite au pouvoir en Turquie même, qui comprend, outre l’AKP islamiste d’Erdogan, le parti nationaliste d’extrême droite de Bahҫeli, le parti islamiste du fils de l’ancien premier ministre et leader historique de l’islamisme turc Erbakan et un parti local d’extrême droite actif en Anatolie centrale. Dans le même temps, de sérieuses incertitudes semblent être apparues dans les relations du président turc avec les Américains et les Russes. Des rumeurs publiées par la presse turque suggèrent que sa visite à la Maison Blanche a été annulée, tandis que la visite de Poutine à Ankara, constamment annoncée et jamais réalisée, ne semble plus d’actualité.

Bien sûr, Erdogan est un tacticien hors pair qui a habilement évité de nombreux scénarios risqués.  Mais des sources diplomatiques à Ankara estiment que cette fois les choses sont différentes et que le gouvernement d’Erdogan pourrait se diriger vers une perte potentielle de pouvoir. D’autant plus que la crise actuelle s’inscrit dans un contexte de baisse dramatique du pouvoir d’achat des classes populaires et même des classes moyennes, en raison des dures politiques d’austérité monétaristes et néolibérales menées par le président turc, qui sont directement responsables de la récente débâcle électorale, et des contradictions de plus en plus difficiles à surmonter en matière de politique étrangère et de politique économique. Qui marche dans deux bateaux risque de tomber à l’eau !

Dans le cas du petit parti islamiste, le mécontentement a commencé par l’absence d’invitation à la réception organisée par l’AKP pour les membres de la coalition au pouvoir. La réception elle-même est insignifiante, un événement protocolaire, mais ne pas inviter un parti de la coalition au pouvoir est remarquable. « Nous pensions faire partie de la coalition », a déclaré le parti islamiste. Le camp Erdogan ne les a probablement pas invités en raison des critiques intenses auxquelles il a dû faire face pendant la campagne électorale, lorsqu’il a été accusé de ne pas soutenir comme il se doit les Palestiniens du Hamas qui luttent héroïquement, et de poursuivre ses relations commerciales, en particulier la fourniture de pétrole à Israël.

Une grande partie de l’opinion publique turque est totalement indignée par le génocide en Palestine et Erdogan lui-même ne convainc pas qu’il aide les victimes autant qu’il le peut en se limitant à une rhétorique forte et en soutenant l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de justice, sans pour autant rompre les relations économiques avec Israël. La récente rencontre du président turc avec le chef du Hamas, Ismail Haniya, était une tentative de réduire l’impact des critiques à l’intérieur du pays sur la question palestinienne.

Read also:
Israeli PM Set to Attend Inauguration of Brazil’s Bolsonaro, Highlighting Likud Support for Ethno-Nationalist Politicians Abroad

Mais la manifestation du ressentiment des islamistes à l’égard d’Erbakan n’est pas la fin de l’histoire. Bahçeli lui-même a attaqué le ministre des finances néolibéral extrême nommé par Erdogan, qui, dans un discours à Washington, a déclaré qu’il poursuivrait sa politique, mais que pour la poursuivre, il devrait convaincre les « locaux » (lokals, c’est-à-dire les Turcs !). Typiquement, la loyauté du néolibéral turc va au grand Capital international et à l’Amérique, dont il représente les intérêts dans son pays. Erdogan l’a nommé pour apaiser le grand capital et l’Amérique et s’assurer des fonds, en risquant sa propre position dans le processus. Il est certainement très dangereux d’être un ennemi de l’Amérique. La seule chose plus dangereuse est d’être son ami ! (Cela s’est avéré vrai pour de nombreuses personnes dans l’histoire de la Grèce, comme Ioannidis il y a cinquante ans. Le dernier cas en date est celui du duo Tsipras – Varoufakis, qui a cru aux conseils et aux promesses des Américains (Summers) et des juifs français (Lazard).

. Ils se sont adressés aux États-Unis, qui ont imposé le premier et le deuxième mémorandum avec l’UE par l’intermédiaire du FMI, et à la banque qui l’a créé, pour les aider à s’en débarrasser ! (Si les aveugles conduisent les aveugles, tous deux tomberont dans le fossé, comme le dit l’évangéliste, Matthieu 15,14).

Cette expression (locale), utilisée par le ministre des finances, a provoqué l’indignation de Bahçeli qui a souligné dans ses déclarations que cette façon de parler est au cœur de tous les scandales.

Bahceli à Erdogan : je ne peux plus vous supporter   

Mais les ouvertures d’Erdogan vers l’Occident ne se limitent pas à l’économie. Le commentateur de Houriet, Abdulkadir Selvi, fortement pro-américain, a écrit qu’il était temps de libérer Osman Kavala et Selahattin Demirtaş parce que leur détention n’était plus utile. Bien entendu, cela exaspère M. Bahçeli, qui réclame depuis longtemps l’interdiction totale du parti pro-kurde et même la déchéance de la nationalité turque de ses membres.

Un haut fonctionnaire de Bahçeli a vivement critiqué le journaliste de Hurriyet, qui a ensuite semblé s’asseoir à côté d’Erdogan dans l’avion lors du voyage en Irak. M. Bahçeli a répliqué en téléchargeant une vidéo de lui chantant une chanson orientale bien connue et très triste, dont les paroles disent, entre autres choses : « … Toujours enchaîné comme un esclave, je suis devenu ton ami, tu es devenu mon ennemi…

Read also:
Un año atrás: La revuelta traicionada, Grecia derrotada

… Si je dis ‘tu es un traître’, c’est toi qui me l’as fait dire

Ne te mets pas en colère contre mes paroles. Si je te blâme, c’est toi qui m’as fait blâmer… Je ne peux plus te supporter…

… Tu ne m’as pas apprécié quand je t’ai dit ‘tu es mon amour’, tu n’as pas apprécié ce que tu avais ».

Bahçeli, il faut le souligner, est l’homme connu comme le « canari dans la mine de charbon ». Il avertit et provoque des changements majeurs, comme lorsqu’il a fait tomber le gouvernement précédent et porté Erdogan au pouvoir ou lorsqu’il a annoncé la nouvelle constitution turque.

Entre-temps, Erdogan lui-même est devenu de plus en plus poli avec les kémalistes, caressant peut-être l’idée d’un rapprochement avec eux sur certaines questions, comme une nouvelle constitution plus à gauche et plus populaire, modifiant les critères de nationalité et rendant les autorités locales plus indépendantes, par exemple.

Vers une augmentation de l’agression turque et de la pression américano-allemande sur la Grèce

Ce qui est certain, c’est que tout déplacement de l’axe politique turc vers les kémalistes et l’Occident se traduira probablement par une agressivité accrue à l’égard de la Grèce, mais aussi par une pression atlantique plus forte sur Athènes pour qu’elle fasse des concessions de souveraineté dans la mer Égée, en Thrace et à Chypre, afin de mieux « intégrer » la Turquie dans l’alliance.

Le point de vue proclamé par les politiciens grecs, selon lequel ils souhaitent que la Turquie se rapproche de l’OTAN, est irréaliste et dangereux. Les problèmes les plus graves entre la Grèce et la Turquie (déplacement des Grecs de Turquie, menaces et invasion de Chypre) se sont produits lorsque les deux pays étaient des instruments loyaux de l’Alliance atlantique. L’agression turque pendant un demi-siècle contre la Grèce et Chypre après 1955 a été alimentée par l’« Occident collectif » (États-Unis, Grande-Bretagne, Israël) pour annuler le droit des Chypriotes à l’autodétermination et le droit de la Grèce à l’indépendance.

Au contraire, Erdogan a maintenu les revendications turques en suspens pendant plus de 15 ans, jusqu’à ce que les sarcasmes et les provocations, dictés par le lobby bien connu (East-Med, prétendues alliances triangulaires, absurdités sur les prétendues guerres préventives et autres), viennent réveiller le nationalisme et le chauvinisme turcs et nous amènent à la situation que nous connaissons actuellement.

Read also:
Turkey’s Erdogan Says Kurds Are Behind Black Lives Matter Protests

 Mitsotakis et l’armement

Jusqu’à présent, la politique d’Athènes à l’égard de la Turquie est totalement incohérente et dictée. D’une part, nous risquons la guerre avec la Turquie pour la ZEE de la Méditerranée orientale et, d’autre part, nous la cédons simultanément à Ankara par le biais de l’accord Dendias avec l’Égypte. D’un côté, nous faisons campagne pour empêcher Erdogan d’obtenir des F16, de l’autre, nous signons des accords d’amitié pour l’aider à les obtenir ! Nous passons des commandes colossales pour de nouvelles armes que nous ne pouvons pas nous permettre, mais nous envoyons des armes existantes à l’Ukraine.

Ce que M. Mitsotakis devrait faire maintenant, mais qu’il ne peut, ni ne veut, ni n’est autorisé à faire, ni ne sait comment faire, c’est négocier un accord de contrôle des armements avec la Turquie, ancré dans les principes des accords de contrôle des armements américano-soviétiques.  Erdogan l’avait proposé à George Papandreou en 2010, mais le Premier ministre de l’époque, qui faisait de temps en temps référence à la paix, n’a même pas discuté de l’idée, car il n’osait pas faire le moindre pas en dehors du cadre étouffant de la politique dictée par les États-Unis.

Les armes terribles que nous et les Turcs sommes en train d’acheter, si elles sont utilisées, nous détruiront, et si elles ne sont pas utilisées, elles achèveront ce qui reste de notre économie.

Erdogan under pressure. A view from Greece | Defend Democracy Press

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.