Le 5 avril, empêchons la fusion de Bayer et Monsanto

Si Bayer rachète Monsanto, le groupe dominera le marché mondial des semences et des pesticides, au détriment des consommateurs, des agriculteurs et de la nature. Cela signifierait plantes OGM et encore plus de poisons chimiques dans les champs. Le 5 avril, l’UE décidera si elle autorise cette fusion. Demandons-lui de voter contre !

Lettre

À la Commissaire européenne chargée de la concurrence Margrethe Vestager et aux autorités antitrust

Le rachat du groupe agrochimique Monsanto par Bayer serait au détriment des consommateurs, des agriculteurs et de l’environnement. Merci d’empêcher cette fusion

Afficher la lettre de pétition

Ce deal à 66 milliards de dollars donnera naissance au plus grand groupe de semences et d’agrochimie au monde, qui contrôlera plus d’un quart du marché.

Consommateurs, agriculteurs et environnement souffriront de la concentration du marché entre les mains de quelques dirigeants :

– Monsanto gagne des milliards de dollars avec des plantes génétiquement modifiées en Amérique du Nord. Bayer va désormais essayer d’imposer l’utilisation du génie génétique en Europe.

– Monsanto commercialise l’herbicide glyphosate, une substance « probablement cancérigène » selon l’OMS. Le fait que l’UE ait renouvelé son autorisation pour les 5 prochaines années permettra au groupe de gagner beaucoup d’argent.

– Le pouvoir de Bayer sur le marché conduit à l’industrialisation de l’agriculture basée sur le génie génétique, les pesticides et les monocultures, compromettant l’avenir de l’agriculture écologique.

– La dépendance des agriculteurs vis-à-vis des semences de quelques producteurs va s’accroître. Ces derniers proposeront un nombre réduit de variétés céréalières. L’alimentation de la population mondiale sera dominée par un oligopole autour de Bayer. La domination mondiale de quelques dirigeants menace les champs et les assiettes de chacun.

Read also:
Seven Ways to Transform 21st-Century Economics — and Economists

Jamais une entreprise allemande n’avait dépensé autant d’argent pour acheter une société. Bayer va tout faire pour rentabiliser ce rachat de plusieurs milliards.

Sauvons la forêt lutte depuis des années contre Monsanto, une des entreprises les plus dangereuses au monde. Bayer est également la cible de nos protestations. Le groupe gagne beaucoup d’argent grâce à des pesticides responsables de la disparition massive d’abeilles.

Demandons à la Commissaire à la concurrence de l’UE Margrethe Vestager de s’opposer à la fusion.

Le 5 avril est une date cruciale.

Agent orange et glyphosate de Monsanto

L’histoire de l’entreprise Monsanto est une « chronique scandaleuse, aussi longue que vertigineuse », écrit Greenpeace Allemagne. Le groupe a par exemple fourni le défoliant appelé « agent orange » à l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam. L’herbicide total glyphosate – vendu sous le nom de Roundup – et les semences transgéniques ont enrichi le groupe en rendant de nombreux agriculteurs dépendants de lui.

Les comités de direction et les conseils de surveillance des deux groupes ont déjà autorisé la reprise.

Une seule entreprise au monde a dépensé plus d’argent pour acquérir une société que Bayer pour racheter Monsanto.

Concentration sur le marché des semences et des pesticides

Jusqu’ici, le marché mondial des semences et de l’agrochimie est entre les mains de seulement six groupes : Monsanto, Bayer, BASF, Syngenta, DuPont et Dow. Ensemble, ces entreprises contrôlent 75 % du marché de l’agrochimie et plus de 60 % du marché des semences. BASF est également un acteur de poids dans le secteur.

La branche continue à se concentrer : outre le mariage Bayer-Monsanto, DuPont a fusionné avec Dow et Syngenta avec ChemChina.

Read also:
Will Humans Survive the Sixth Great Extinction?

Grâce à la fusion, Bayer dispose d’un budget de recherche et de développement agricole conséquent de 2,5 milliards d’euros. Une grande partie de cette somme devrait être allouée à la recherche génétique.

En 2015, Monsanto aurait dépensé 4,3 millions de dollars aux Etats-Unis pour « ses activités de lobbying ».


Sources et informations supplémentaires