Cette crise a révélé les absurdités du néolibéralisme Cela ne signifie pas qu’il disparaisse

Par Costas Lapavitsas

Le choc du coronavirus a ébranlé les marchés boursiers mondiaux, imposant la nécessité de renflouements massifs de l’État. Mais les mesures visant à faire face à la crise risquent de stimuler un capitalisme autoritaire et de surveillance — un capitalisme qui protège les intérêts des entreprises tout en déchargeant les coûts sur le reste de la population.

L’urgence de santé publique pour le COVID-19 s’est rapidement transformée en une crise au cœur de l’économie mondiale, qui menace également les pays en développement de la périphérie. Il a changé l’équilibre entre l’État et le marché, exposant une fois de plus le vide de l’idéologie néolibérale. Cette crise économique jette un éclairage sévère sur le capitalisme contemporain et risque de s’avérer encore plus importante que le coup porté à la santé publique.

En effet cette crise à des racines profondes dans le fonctionnement du capitalisme financiarisé et globalisé au cours de la dernière décennie. La Grande Crise de 2007-2009 a mis fin à l’« âge d’or » de la finance, entre 1990 et 2000, et les années qui ont suivi ont été marquées par une faible croissance au cœur de l’économie mondiale. La rentabilité a été faible, la croissance de la productivité a été faible et l’investissement n’a montré aucun dynamisme. La finance était également en difficulté, montrant une rentabilité plus faible que du temps du dynamisme extraordinaire de la décennie précédente. Là où la crise historiquement sans précédent de 2007-2009 a marqué le pic de la financiarisation, la crise du coronavirus tout aussi nouvelle, cristallise sa détérioration.

Bien sûr, la réponse quasi immédiate à la crise est due aux actions des États-nations face à l’épidémie. Après avoir d’abord ignoré l’urgence médicale, plusieurs États ont ensuite frénétiquement fermé des pays entiers et des zones géographiques, limitant les déplacements, fermant des écoles et des universités, etc. Ce qui a durement touché les économies déjà affaiblies en induisant un effondrement massif de la demande, des perturbations des chaînes d’approvisionnement, une baisse de la production, des millions de licenciements de travailleurs et une perte de revenus des entreprises. Tout cela a suscité une chute sans précédent des principaux marchés boursiers et des conditions de panique sur les marchés monétaires.

C’est comme si la peste noire du XIVe siècle revenait, et que les sociétés du XXIe siècle répondait avec un mélange similaire de peur aveugle et d’isolement des communautés. Pourtant, la peste a tué un tiers de la population européenne lorsque ses États, les monarchies féodales étaient pauvres et arriérées. Par comparaison, le coronavirus semble avoir un faible taux de mortalité et il a frappé les états capitalistes avancés aux réalisations technologiques incomparables. Il y a déjà un débat intense parmi les épidémiologistes sur la question de savoir si le confinement était une réponse appropriée et durable, ou si les États auraient plutôt dû se concentrer sur les tests intensifs de la population.

Il n’appartient pas aux économistes politiques d’évaluer les politiques épidémiologiques. Mais il ne fait guère de doute que les réactions de plusieurs États et l’effondrement de l’activité économique qui s’ensuit proviennent de la nature fondamentalement imparfaite du capitalisme financier néolibéral. Un système économique fondé sur la concurrence et la recherche essentielle du profit – à la fois garanti par un État puissant – s’est avéré incapable de faire face calmement et efficacement à un choc de santé publique d’une gravité inconnue.

Plusieurs pays avancés n’avaient pas l’infrastructure sanitaire de base pour traiter ceux qui sont tombés gravement malades, étant à court d’équipement pour tester la population à grande échelle et pour protéger les personnes les plus susceptibles d’attraper la maladie. Le verrouillage et l’isolement général d’énormes secteurs de la société sont, en outre, susceptibles d’avoir des implications très graves pour les travailleurs salariés ainsi que les plus pauvres, les plus faibles et les couches les plus marginales. Les répercussions mentales et psychologiques seront également dévastatrices. L’organisation sociale du capitalisme contemporain s’est avérée dysfonctionnelle, même d’un point de vue technique.

Tout aussi frappantes, les actions des États puissants touchés par l’ampleur de l’effondrement économique qui se déroule.

En mars, les banques centrales des États-Unis, de l’Union européenne et du Japon se sont livrées à des injections massives de liquidités et ont ramené les taux d’intérêt à zéro, tentant de stabiliser les marchés boursiers et d’apaiser la pénurie de liquidités. La Réserve fédérale américaine, par exemple, a annoncé qu’elle achèterait des volumes illimités d’obligations d’État et même des obligations d’entreprises privées fraîchement émises.

Les gouvernements des États-Unis, de l’Union européenne et d’ailleurs, quant à eux, ont prévu des relances budgétaires massives, prenant la forme de garanties de prêts et de crédits pour les entreprises, de subventions garantissant des salaires pour les travailleurs touchés, de reports d’impôts, de reports ou des subventions envers la sécurité sociale, des délais de remboursement de la dette, etc.

Dans un geste extraordinaire, l’administration Trump a annoncé son intention de fournir 1 200 $ par adulte, soit 2 400 $ par couple, avec des paiements supplémentaires pour les enfants, à commencer par les familles les plus pauvres. Ce décaissement s’inscrivait dans le cadre d’un ensemble qui pourrait dépasser 2 mille milliards de dollars — environ 10 % du PIB des États-Unis — qui accordait 500 milliards de dollars de prêts aux entreprises sinistrées, 150 milliards de dollars aux hôpitaux et aux travailleurs de la santé et 370 milliards de dollars de prêts et de subventions aux petites et moyennes entreprises.

Dans un geste tout aussi extraordinaire, le gouvernement conservateur britannique a déclaré son intention de devenir effectivement l’employeur de dernier recours en payant jusqu’à 80 pour cent des salaires des travailleurs, si les entreprises les gardaient ne les licenciaient pas. Ces paiements vaudraient jusqu’à concurrence de 2 500 euros par mois, soit un peu plus que le revenu médian. Non content de cela, le gouvernement britannique a également effectivement nationalisé les chemins de fer pendant six mois et il a été question de nationaliser les compagnies aériennes.

Quelques jours plus tôt, même les universitaires de gauche auraient considéré ces mesures comme radicales. Les préjugés de l’idéologie néolibérale des quatre dernières décennies ont été rapidement balayés, et l’État est apparu comme le régulateur de l’économie commandant un pouvoir énorme. Il n’a pas été difficile pour une grande partie de la gauche d’accueillir une telle action de l’État, pensant qu’elle indiquait le « retour du keynésianisme » et le glas du néolibéralisme. Mais il serait imprudent d’en arriver à de telles conclusions.

D’une part, l’État-nation a toujours été au cœur du capitalisme néolibéral, garantissant au bloc de classe entrepreneurial et financier dominant, des interventions sélectives à des moments critiques. Ensuite, ces interventions s’accompagnaient de mesures fortement autoritaires, bloquant les gens chez eux en masse et verrouillant d’énormes métropoles.

L’État a également démontré son vaste pouvoir de police sur la société en recueillant des informations par le biais du Big Data. Par exemple, le gouvernement israélien de droite a approuvé le suivi des téléphones cellulaires par la sécurité nationale dans le but d’envoyer des messages à des personnes qui avaient involontairement été en contact avec des patients atteints de coronavirus confirmés. Non seulement nous savons où vous êtes, mais nous savons mieux que vous qui vous avez rencontré. Cet autoritarisme est pleinement en ligne avec l’idéologie néolibérale dominante des quatre dernières décennies. La puissance de l’État se combine avec la fragmentation de la société confinée et un stress énorme sous le signe de la « responsabilité individuelle » pour maintenir la distanciation sociale. Dans le même temps, un grand nombre de personnes sont encore tenues d’aller travailler en utilisant les transports publics, tandis que les droits de travail sont défaits, et rendent possibles les licenciements « sur le champ » sans se soucier de l’application régulière de la loi, et que le travail à distance détruit toutes les limites du temps de travail.

Read also:
United States and Europe: now two strategies collide

On ne sait donc pas quelle direction prendra le capitalisme mondial sous le choc du coronavirus, alors même que nous subissons encore les longues conséquences de la Grande Crise de 2007-2009. Le pouvoir colossal de l’État et sa capacité d’intervenir dans l’économie et la société pourraient aboutir, par exemple, à une forme plus autoritaire de capitalisme dans lequel les intérêts de l’élite entrepreneuriale et financière seraient primordiaux. Cela exige que les socialistes évaluent soigneusement et de manière critique les mesures que les États prennent pour faire face à la crise du coronavirus.

La crise jusqu’à présent

La première étape consiste à avoir un simple résumé analytique du cours de la crise jusqu’à présent. Les crises sont toujours des événements historiques très concrets reflétant le développement institutionnel du capitalisme. Les principales étapes de la crise du coronavirus peuvent être tirées d’une série de publications (parfois rapidement dépassées) par des organisations multilatérales, la presse et autres. Ainsi :

  1. CoVID-19 a émergé en Chine à la fin de 2019, mais la réponse de l’État chinois a été initialement lente, ce qui pourrait peut-être être attribué à un manque de connaissances sur la gravité du virus. Cependant, d’autres États ont été aussi lents à réagir même après l’éruption complète de l’épidémie en Chine. Jusqu’au début de mars 2020, par exemple, le nombre de cas confirmés quotidiens au Royaume-Uni, était faible à deux chiffres. Pourtant, même avec l’expérience chinoise en cours, le gouvernement britannique n’a presque rien fait.
  2. Finalement, l’État chinois a bouclé d’immenses régions du pays, et d’autres États ont suivi avec leurs propres confinements, limitant le mouvement de centaines de millions de personnes. La demande de tourisme, du transport aérien, d’hospitalité, de restaurants et de pubs s’est totalement effondrée. La demande de nourriture, de vêtements, d’articles ménagers, etc., a également été considérablement affectée, bien que l’impact global ne soit pas encore clair. L’incertitude créée concernant le recul de la consommation qui a inévitablement touché les plans d’investissement, mais, encore une fois, il est impossible d’évaluer l’impact global à ce stade précoce.
  3. Le verrouillage et la circulation restreinte des travailleurs ont gravement perturbé les chaînes d’approvisionnement, d’abord en Chine, qui fournit un grand volume d’intrants de production à travers le monde, puis dans d’autres parties de l’Asie, l’Europe et les États-Unis. Avec le coup porté à la demande, cela a conduit à la réduction de la production.
  4. La baisse de la production, la baisse de la demande et l’incertitude croissante ont détruit les revenus de l’entreprise. Une vague de faillites se profilait. Les emplois de millions de travailleurs ont été menacés, en particulier dans le secteur des services, et des millions ont été mis à pied en mars. La perte d’emploi a aggravé la consommation et sapé davantage la production. À mesure que les revenus diminuaient, les entreprises devenaient moins en mesure de payer leurs dettes, le crédit commercial a disparu et, à la mi-mars, la liquidité de l’argent est rare. La crise a acquis une dimension de crédit sévère, aggravant encore l’effet sur la production.
  5. Un avant-goût de la dévastation économique potentielle peut être compris en regardant ce qui se passe en Chine. Selon les statistiques officielles, la valeur ajoutée de la production en janvier et février a chuté de 13,5 pour cent par rapport à la même période en 2019 (fabrication en baisse de 15,7 pour cent). En outre, les investissements, les exportations et les importations ont diminué, respectivement, de 24,5, 15,9 et 2,4 pour cent. La contraction chinoise à elle seule aurait eu un impact grave sur l’économie mondiale. Avec de nombreux autres pays en confinement effectif, les conséquences seront énormes, en particulier dans des secteurs comme les compagnies aériennes et le tourisme.
  6. Les répercussions sur les travailleurs vont éclater. Les sections fragilisées par des années de politiques néolibérales, par exemple celles qui ont des contrats flexibles, les travailleurs informels et les travailleurs indépendants sont particulièrement vulnérables. Les travailleurs très endettés (ou ceux qui n’ont pas d’épargne) qui ont un accès limité aux prestations et aux services publics sont également vulnérables. Les femmes seront probablement plus touchées parce qu’elles sont surreprésentées dans ces groupes, mais aussi en raison de l’augmentation du travail de soins qui accompagne la détresse sanitaire, les enfants qui ne vont pas à l’école, et ainsi de suite.
  7. Les conditions mondiales se sont encore aggravées à mesure que la crise a déclenché un gigantesque effondrement des marchés boursiers. Pendant des années, les principaux marchés boursiers à travers le monde avaient été considérablement gonflés, et le risque d’une crise grave est devenu évident déjà en 2018. Le choc du coronavirus a entraîné une chute spectaculaire de plus d’un tiers, de février à mars. Il en est résulté un resserrement spectaculaire de la liquidité qui a provoqué une crise du marché monétaire aux États-Unis, le centre de la finance mondiale, à la mi-mars. Le choc s’est transformé en une véritable crise capitaliste.
  8. Alors que la peur s’emparait des marchés mondiaux, le flux de capitaux transfrontaliers, en particulier du cœur à la périphérie de l’économie mondiale, a également été affecté. Les preuves existantes ne permettent pas de tirer des conclusions fermes, mais il existe une nette possibilité d’un « arrêt soudain » qui rendrait les pays en développement incapables de payer pour leurs importations et le service de la dette, ce qui soulève la perspective de crises monétaires. Au milieu de la tourmente, une guerre des prix qui se déroule parmi les producteurs de pétrole a fait baisser le prix du pétrole brut Brent d’environ 50 pour cent de la fin février à la fin mars. Cette chute gigantesque menaçait directement la viabilité d’une série de producteurs à travers le monde, y compris dans l’industrie américaine de la fracturation.

Cette chaîne de phénomènes de crise n’a de sens analytique qu’au lendemain de la Grande Crise de 2007-2009. Dans le sillage de cette crise, le capitalisme financier a perdu du dynamisme dans les pays de base, bien qu’il ait continué sous forme subordonnée dans les pays en développement. Nos estimations basées sur les données de la Banque mondiale suggèrent que les taux de croissance moyens en 2010-2019 ont été à leur plus bas niveau depuis quarante ans : 1,4 % au Japon, 1,8 % dans l’Union européenne, 2,5 % aux États-Unis et 8,5 % en Chine (où la croissance s’est considérablement affaiblie au second semestre de la décennie). Ces taux indiquent l’épuisement des forces motrices de l’accumulation capitaliste en particulier au cours de la dernière décennie. Pour mieux comprendre les racines profondes de la crise, il suffit donc d’examiner certains aspects clés de la performance de l’économie américaine — la mère de la globalisation et de la financiarisation.

Faible accumulation

La façon la plus simple de résumer la performance sous-jacente du capitalisme américain est d’examiner le taux de profit des entreprises non financières.

La trajectoire du taux de profit a été fortement cyclique et globalement en ligne avec les fluctuations globales de l’économie américaine. Après la Grande Crise de 2007-2009, le taux de profit s’est faiblement redressé, atteignant un sommet en 2014, puis en baisse. De toute évidence, le choc du coronavirus a frappé l’économie américaine à une époque où elle était déjà faible, et l’accumulation a montré des signes d’épuisement. La faiblesse sous-jacente est également évidente à partir d’une variété d’autres données. Ainsi, après 2007-2009, la productivité du travail a augmenté à peine d’un pour cent par an ; l’investissement est resté stable et faible, à environ 18 pour cent du PIB ; et le stock de capital réel a rétréci.

Une comparaison avec la Chine, la deuxième économie du monde, et ici intéressante. Après la crise de 2007-2009, le taux de profit moyen estimé en Chine a augmenté pendant plusieurs années, mais a commencé à diminuer en 2014. La faiblesse sous-jacente de l’accumulation apparaît également dans d’autres données, bien que la performance de la Chine soit restée sensiblement plus forte que celle des États Unis. Ainsi, après 2007-2009, la productivité du travail a augmenté d’environ 7 à 8 pour cent par an, l’investissement a été globalement stable à 45 pour cent du PIB, et l’utilisation de la capacité industrielle a chuté rapidement. Le coronavirus a frappé l’économie chinoise à l’un de ses moments les plus faibles depuis le début de sa transformation capitaliste.

Read also:
Berlin goes on with self-defeating policies. Now they encourage Scotland to secede!

La comparaison avec l’Union européenne, qui est collectivement plus grande que la Chine mais plus petite que les États-Unis, ajoute un aperçu supplémentaire. Après 2007-2009, la croissance de la productivité a été pire qu’aux États-Unis, en particulier pour les États de l’Union monétaire européenne (UEM), les principaux pays oscillant en dessous de 1 % par an (la Pologne, qui n’est pas dans l’UEM, s’est démarquée avec une croissance de la productivité supérieure à 3 %). La production industrielle a considérablement augmenté en Allemagne, malgré la faible croissance de sa productivité, les capitalistes continuant de profiter de l’avantage concurrentiel tiré d’une longue période de baisse des salaires. Cependant, en 2019, il a chuté, révélant la faiblesse sous-jacente de l’Allemagne.

L’Union européenne, bloquée par la politique d’austérité de l’euro, est entrée en stagnation au cours de la dernière décennie. Au cours de la même période, un nouveau complexe industriel a commencé à émerger en Europe de l’Est, comme en Pologne, étroitement associé à l’industrie allemande. La part du PIB est restée stagnante alors que le capital défendait ses intérêts, à l’exception de l’Allemagne, où la croissance des salaires a été importante pour la première fois depuis des décennies. Étant donné l’absence d’une croissance soutenue de la productivité, la compétitivité allemande a diminué. Dans l’ensemble, le coronavirus a ainsi frappé l’Union européenne à un moment de grande faiblesse économique.

Les racines de la crise économique causée par le coronavirus résident dans l’affaiblissement de l’accumulation capitaliste au cours de la période précédente, ce qui est évident aux États-Unis, en Chine et dans l’Union européenne. L’impact de la crise sera d’ailleurs probablement très différent dans ces économies en raison de leurs différentes structures. La Chine est devenue l’atelier du monde, la valeur ajoutée dans le secteur manufacturier représentant environ 30 pour cent du PIB – le chiffre correspondant pour les États-Unis est un peu plus de 10 pour cent. La valeur ajoutée dans les services a considérablement augmenté en Chine à mesure que l’économie est devenue plus mature, mais elle n’est encore qu’à 50 pour cent du PIB, tandis qu’aux États-Unis elle est supérieure à 75 pour cent. Étant donné que le choc du confinement touche de façon disproportionnée les services, il est probable que les États-Unis seront moins touchés que la Chine, du moins dans un premier temps.

Il en va de même pour l’Union européenne, dont l’économie repose fortement sur les services, en particulier dans les pays du sud de la périphérie comme l’Espagne, le Portugal et la Grèce qui ont une industrie faible et dépendent du tourisme. Le choc sera probablement encore plus grand pour l’Italie, qui stagne depuis deux décennies, et depuis 2010 très proche de faire défaut sur sa dette. Les dirigeants de l’UE ont donc raison de percevoir la crise du coronavirus comme une menace existentielle. C’est la raison de l’intervention massive de la Banque centrale européenne (BCE), mais aussi des actions de plusieurs États-nations, dont les dépenses de crise ont en pratique levé la cage de fer de l’austérité sur l’Europe.

Les déboires de la finance

La faiblesse du capitalisme financier aux États-Unis peut être encore mesurée en tenant compte du taux de profit des banques commerciales américaines.

La rentabilité des banques commerciales américaines, pivot du système financier, a atteint des sommets historiques du début des années 1990 jusqu’à peu de remps avant la crise de 2007/2009. C’était « l’âge d’or » de la financiarisation américaine. Deux facteurs expliquent les bénéfices exceptionnels des banques : premièrement, leur capacité à obtenir un écart important entre le taux d’intérêt sur les prêts et le taux d’intérêt sur les dépôts, et deuxièmement, leur capacité à percevoir des frais et des commissions importants pour leur médiation sur les transactions financières entre les entreprises, les ménages et d’autres sociétés financières. Après 2007-2009, la rentabilité des banques n’a jamais atteint les mêmes sommets. C’est parce que la Réserve fédérale a fait baisser les taux d’intérêt à un niveau proche de zéro, comprimant ainsi les écarts bancaires, ainsi que parce que les revenus tirés des frais et des sous-commissions diminuaient à mesure que le volume des transactions financières diminuait. La rentabilité des banques a connu une brève poussée en 2018, mais cela est principalement dû à la hausse en douceur des taux d’intérêt de la Réserve fédérale en 2017-2018.

Une nouvelle lumière peut être jetée sur la décennie après 2007-2009 en tenant compte de la trajectoire de la dette aux États-Unis.

La dette privée des États-Unis (proportionnellement au PIB) a chuté après 2007-2009, contrairement aux commentaires, à bout de souffle sur une « explosion de la dette ». La dette hypothécaire a considérablement diminué, les ménages ayant été durement touchés pendant la Grande Crise. La dette des entreprises financières nationales a également diminué, laissant ainsi moins de possibilités aux banques de gagner par les frais et les commissions. En revanche, la dette des sociétés non financières a commencé à augmenter en 2015, dépassant finalement son précédent sommet d’avant la Grande Crise. L’augmentation de la dette des entreprises a facilité la survie d’une multitude d’entreprises fragiles à faible rentabilité et très vulnérables aux chocs. Ces « entreprises zombies » ont été estimées en 2017, à 12 % de toutes les entreprises de quatorze économies développées. Il reste à voir comment la crise du coronavirus affectera leur capacité à rembourser leurs dettes, en gardant à l’esprit que les taux d’intérêt zéro font baisser les coûts de service.

L’augmentation réelle au cours de cette période, cependant, a été celle la dette de l’État, laissant le gouvernement américain plus endetté qu’à aucun autre moment depuis la Seconde Guerre mondiale. La financiarisation après la Grande Crise, est devenue un processus d’explosion de l’endettement de l’État qui était également lié à l’endettement des entreprises sur les marchés financiers ouverts, y compris le marché boursier.

Le rôle de l’Etat et l’éclatement de la bulle boursière

Après la Grande Crise, le gouvernement américain est entré dans la brèche et a utilisé sa force massive pour défendre le capitalisme financiarisé et mondialisé. Par-dessus tout, il a un déficit budgétaire important tout au long de la décennie, mais surtout en 2009-2012 et de nouveau en 2018-2019, soutenant ainsi la croissance du PIB, tout en augmentant considérablement sa dette. La hausse de la dette publique a permis à la Réserve fédérale de soutenir une énorme crise de création monétaire, tout en maintenant les taux d’intérêt proches de zéro. La masse monétaire (M3) est passée de 50 pour cent du PIB en 2007 à 70 pour cent en 2017-2019.

Les faibles taux d’intérêt et les liquidités abondantes ont permis aux entreprises non financières d’emprunter à bas prix sur des marchés ouverts et de s’engager dans le jeu classique de la financiarisation des « rachats d’actions », en obtenant des bénéfices élevés pour les actionnaires et en faisant grimper les cours des actions. Avec l’argent facilement disponible, d’autres opérateurs boursiers, surtout, les fonds négociés en bourse (FNB) et les hedge funds, ont également élargi leurs activités. Il en a résulté une hausse soutenue et graduelle du marché boursier, l’indice Standard and Poor’s (ndr : S-P indice boursier) passant de 735 en février 2009 à 3 337 en février 2020. En bref, après 2007-2009, l’intervention de l’État américain pour soutenir le capitalisme financier a conduit à une bulle boursière qui n’avait aucun rapport avec la faiblesse sous-jacente de la rentabilité, les taux de croissance, la croissance de la productivité, et ainsi de suite.

Read also:
Protests in Paris as public transport strike hits day 24

Tout cela rend le choc financier causé par le coronavirus plus facile à comprendre. Il était déjà évident en 2017-2018 que la bulle boursière ne durerait pas, alors que la Fed commençait à relever les taux d’intérêt lentement au-dessus de zéro, tentant de retrouver des conditions plus normales sur les marchés financiers. En décembre 2018, l’indice des valeurs de la S-P (ndr : indice boursier) s’est brièvement effondré à 2 416, mais la Fed a rapidement inversé la hausse des taux d’intérêt et la bulle a repris. Pour des raisons déjà expliquées, cependant, le coronavirus a frappé un coup d’une manière tout à fait différente et le marché boursier s’est effondré de façon spectaculaire, tombant à 2 237 le 23 mars 2020. L’annonce subséquente par l’administration Trump d’une énorme intervention budgétaire a conduit l’indice S-P à rebondir, bien que la volatilité reste très élevée.

L’effondrement des marchés boursiers a révélé de nouvelles opérations spéculatives qui ont considérablement aggravé les conditions sur les marchés financiers. La chute des prix a exercé une pression énorme sur les fonds négociés en bourse (FNB) et les fonds d’investissement, les forçant à chercher de l’argent liquide pour s’acquitter de leurs obligations. Il s’est ensuite avéré que des chaînes spéculatives avaient été mises en place par lesquelles ces fonds avaient emprunté sur le marché des pensions (ndr : accords de rachat de prêts garantis à court terme, le principal marché de la liquidité parmi les institutions financières) en vendant des bons du Trésor américain, puis en utilisant l’argent pour acheter des bons du Trésor sur les marchés à terme, profitant ainsi de légers écarts de prix. Les sommes étaient énormes. À mesure que les cours des actions s’effondraient, les fonds vendaient de plus en plus désespérément des bons du Trésor et, en fait, ont fait monter les taux d’intérêt.

La Réserve fédérale a ainsi été confrontée à la situation bizarre d’une pénurie de liquidités en rapide évolution et d’une hausse des taux d’intérêt sur les marchés monétaires, même si l’économie américaine était inondée de dollars depuis plus d’une décennie. L’absurdité capitaliste a rarement été démontrée de façon plus vive. La Fed a dû intervenir d’urgence en promettant d’acheter des volumes illimités d’obligations publiques et même d’obligations privées, augmentant ainsi encore l’offre d’argent. Son intervention massive a rapidement été égalée par le paquet fiscal tout aussi massif du gouvernement américain. Une fois de plus, l’État américain a sauvé le capitalisme financier.

Il est important, à cet égard, de noter la différence entre les États-Unis et l’UE.

La Commission a tacitement autorisé les Etats membres à ignorer le Pacte de stabilité et de croissance, tandis que la BCE a abandonné ses règles d’achat d’obligations afin d’éviter un défaut de paiement italien, qui catalyserait immédiatement une nouvelle crise pour l’euro. Il s’agit d’actions importantes qui ont permis aux États-nations de l’UE d’opérer sans entraves inutiles. Mais il n’y a pas eu d’intervention budgétaire coordonnée par les institutions de l’UE qui soit comparable aux États-Unis, ni même au Royaume-Uni.

En effet, la crise a contraint l’UE à s’engager dans une politique économique qui contourne son propre règlement. Les États-nations ont fait la course jusqu’à présent, avec très peu de coopération ou de discipline mutuelle. Le problème de longue date des conflits et de la hiérarchie entre eux n’a pas disparu, et c’est pourquoi les propositions visant à émettre des « corona-bonds » de l’UE pour financer les dépenses budgétaires rencontrent une forte résistance. Si l’argent doit être mis à la disposition des États sinistrés, il pourrait l’être par l’intermédiaire du Mécanisme européen de stabilité, avec diverses conditions attachées. Il n’y a tout simplement aucune comparaison avec la réponse de l’État américain.

Qu’est-ce qui va suivre ?

La crise du coronavirus représente un moment critique dans le développement du capitalisme contemporain. Certes, la crise a encore du temps à courir — et son plein impact sur les États-Unis, l’UE, la Chine, le Japon et les pays en développement reste à voir. Mais il ne fait aucun doute qu’il a posé la menace d’une dépression massive à travers l’économie mondiale. Les échecs systémiques de la financiarisation et de la mondialisation ont été révélés par l’urgence de santé publique, et l’État est devenu de plus en plus impliqué dans le maintien de ce système défaillant. Cependant, le caractère de ses interventions ne donne aucune raison de penser qu’il y aura une transformation au sommet de la hiérarchie politique et sociale, ce qui se traduirait par des politiques qui favorisent les intérêts des travailleurs.

La décision du gouvernement américain d’augmenter massivement son déficit — et donc ses emprunts — tout en augmentant simultanément l’offre d’argent et en étendant les taux d’intérêt à zéro, est essentiellement la même qu’après 2007-2009. Même si une dépression est évitée, les résultats à moyen terme sont également susceptibles d’être les mêmes, puisque la faiblesse sous-jacente de l’accumulation capitaliste n’est pas évaluée. Mais il y aura certainement des contradictions politiques découlant de la défense de l’ordre néolibéral, notamment compte tenu de la démonstration du pouvoir des États-nations d’intervenir dans l’économie. Celles-ci seront particulièrement importantes dans l’UE, où l’intervention fiscale et sanitaire de la crise est venue jusqu’à présent de chaque État-nation plutôt que des institutions collectives.

L’intérêt des travailleurs

Jetant un éclairage sévère sur les insuffisances du capitalisme néolibéral, cette crise a directement posé la question de la réorganisation démocratique de l’économie et de la société dans l’intérêt des travailleurs. Il est urgent de faire face au chaos de la mondialisation et de la financiarisation en proposant des propositions radicales concrètes. Cela exige également des formes d’organisation capables de modifier l’équilibre social et politique en faveur des travailleurs.

La pandémie a mis en évidence les questions vitales de la transformation sociale. Elle a illustré de façon éclatante l’impératif d’avoir un système de santé publique qui est rationnellement organisé et capable de faire face aux chocs épidémiques. Elle a également posé le besoin urgent de solidarité, d’action communautaire et de politiques publiques pour soutenir les travailleurs et les plus pauvres confrontés aux blocages, au chômage et à l’effondrement économique.

Plus largement, il a réaffirmé la nécessité historique de faire face à un système en déclin qui est enfermé dans ses propres contradictions. Incapable rationnellement de se transformer, le capitalisme mondialisé et financier continue plutôt de recourir à des doses toujours plus importantes de soins palliatifs.

La première exigence, à cet égard, est de défendre les droits démocratiques d’un État menaçant et d’insister pour que les travailleurs aient leur mot à dire dans toute prise de décision. Ce n’est que sur cette base que des alternatives radicales pourraient être proposées, y compris des mesures à grande échelle telles que la conception d’une politique industrielle pour faire face à la faiblesse de la production, la facilitation d’une transition verte, la gestion des inégalités de revenus et de richesses et affronter la finance en créant des institutions financières publiques. La crise du coronavirus a déjà transformé les termes de la lutte politique — et les socialistes doivent réagir de toute urgence.

Cet article s’appuie sur certains des travaux de l’équipe de recherche mise sur pied par EReNSEP-Ekona pour examiner les implications à long terme de la crise actuelle 

EReNSEP-Ekona : coopérative spécialisée dans l’économie, l’innovation dans le domaine public et communautaire pour s’adapter aux différentes transitions qui se produisent.

12 avril 2020, Delphy initiative

https://www.utopie-critique.fr/index.php/22-actualites/487-cette-crise-a-revele-les-absurdites-du-neoliberalisme-cela-ne-signifie-pas-qu-il-disparaisse

Lire la suite

EU Recovery Fund, Next Generation EU: Who shall benefit? | By Klaus Dräger