Wuppertal: Giorgos Zantiotis et sa mort sont traînés dans la boue [Allemagne]

Wuppertal. Allemagne. Le 1er novembre 2021, Giorgos Zantiotis est décédé dans une cellule du tribunal de district de Wuppertal. Ce n’est que le 7 novembre que le parquet de Wuppertal et la police de Wuppertal ont confirmé sa mort. Pas de leur propre initiative, mais à la demande des journalistes. Depuis lors, Giorgios Zantiotis et sa mort ont été traînés dans la boue.

Publié à l’origine par Sunzi Bingfa . Écrit et traduit par Riot Turtle .

La nouvelle est venue par des détours, la mort de Giorgos Zantiotis a été rendue publique sur Athènes indymedia le 6 novembre. Les jours précédents, des camarades de Wuppertal et de quelques autres villes d’Allemagne avaient été informés. Plusieurs jours de recherche ont été effectués, mais ni un communiqué de presse de la police de Wuppertal ni des informations du parquet de Wuppertal sur la mort de Giorgos n’ont été trouvés. Désormais, les journalistes ont également été informés et certains d’entre eux ont interrogé la police et le parquet de Wuppertal le 7 novembre. La police a confirmé le décès. Le même jour, le parquet de Wuppertal a déclaré que « la mort de Giorgos n’avait pas été considérée comme « pertinente pour les médias » ». Par ailleurs, le parquet a déclaré avoir voulu protéger les proches.

La police de Wuppertal a publié des communiqués de presse entre le 1er et le 7 novembre au sujet d’accidents de la circulation et d’un piéton qui avait fui les lieux d’un accident ; Contrairement à la mort d’une personne en garde à vue, les accidents de la circulation semblent être « pertinents pour les médias ». Le parquet a en outre informé qu’entre-temps une autopsie avait eu lieu et que la mort de Giorgos n’était pas liée à la manière dont la police avait agi.

Le 7 novembre au soir, environ 100 personnes descendent spontanément dans les rues de Wuppertal. La manifestation passe devant le poste de police de Hofkamp puis se dirige vers le tribunal de district, le lieu où Giorgos est mort le 1er novembre. Les flics sont présents en grand nombre, mais gardent un profil bas, voulant probablement éviter d’autres reportages médiatiques de violences policières.

Read also:
The New French Labour Law

On s’aperçoit vite que le parquet a tout autre chose en tête que la protection de la famille. Un communiqué de presse conjoint de la police et du parquet de Wuppertal annoncé pour le lundi 8 novembre paraît déjà le 7 novembre. est censé partir. Le communiqué de presse s’intitule : « Un homme de 25 ans décède en garde à vue de la police de Wuppertal – l’autopsie ne révèle aucune preuve de négligence de tiers » .

La brutalité lors de l’arrestation de Giorgos, que l’on peut clairement voir sur la vidéo publiée sur indymedia (voir ci-dessus), n’est pas abordée par les flics et le parquet. Ni le fait que plusieurs flics soient agenouillés sur lui, y compris sur le ventre, même si Giorgos a subi une opération à l’estomac deux mois avant sa mort. Tout cela n’a pas été abordé par les flics de Wuppertal, ni par l’accusation. « L’ autopsie ne révèle aucune preuve de négligence de tiers » », c’est la phrase qui est censée détourner l’attention de la responsabilité des flics. Comme c’est arrivé si souvent avant. Oury Jalloh vous envoie ses salutations.

Comme toujours, la police de Hagen enquête, tout comme la police de Wuppertal enquête toujours sur les cas de décès liés à la police de Hagen. De nombreux médias citent le ministère public que cela est fait pour des raisons de neutralité. La police enquête ainsi maintes et maintes fois contre elle-même et tous s’étonnent qu’enfin un flic ne soit jamais tenu pour responsable. Alors que le procureur général Wolf-Tilman Baumert n’arrête pas de dire qu’il voulait protéger la famille, il ne cesse de détourner l’attention de ce qui s’est passé lors de l’arrestation. Giorgos est ainsi criminalisé par lui. Des drogues avaient été impliquées. Le but est de déshumaniser Giorgos après sa mort. Le message de Baumert est : drogue → criminel → la faute de la victime . L’objectif est encore une fois : détourner l’attention de la responsabilité du pouvoir de l’État. Il cite aussi à maintes reprises le rapport d’autopsie, à un moment où la famille n’a vu ni le corps, ni le rapport d’autopsie. De nombreux médias (pas tous !) adoptent le récit du ministère public sans prendre la peine de parler aux témoins ou de faire des recherches sérieuses sur ce qui s’est passé le 1er novembre.

Read also:
Germany’s Hour

Jeudi 11 novembre, la commission de l’intérieur du Landtag de Rhénanie du Nord-Westphalie a parlé pendant 10 minutes de Giorgos. Le ministre de l’Intérieur Reul ne souhaite pas que la mort de Giorgos soit largement évoquée. Dans le comité intérieur également la consommation d’alcool est mentionnée en plus de l’insuffisance cardiaque par les médicaments. Il y avait 0,01 pour mille d’alcool dans le sang de Giorgos. 0,01 pour mille, donc rien. Néanmoins, les partis d’opposition n’ont pas de questions. Raison d’état. Car il y a beaucoup de questions. La sœur de Giorgos a déposé une plainte pénale la veille, car elle a un tout autre souvenir de l’arrestation de Giorgos.

Traduction du Tweet ci-dessus : La sœur de #GiorgosZantiotis est venue très brièvement au micro. Elle a dit : « Il n’y a pas eu de bagarre entre nous. Je veux juste savoir ce qui s’est passé.» Avec sa déclaration, elle contredit complètement le récit de la police et du parquet. #w1311

Selon le procureur principal Baumert, la sœur s’est disputée avec Giorgos avant son arrestation. La sœur a nié avec véhémence lors d’un discours prononcé lors de la manifestation du 13 novembre. Environ 400 personnes avaient à nouveau défilé vers le poste de police de Hofkamp, ​​après quoi un mémorial a été érigé au tribunal de district. Les flics ont de nouveau fait profil bas pendant la manifestation elle-même après une brève démonstration de force d’intimidation dans le quartier d’Ölberg (un fief de gauche et anarchiste à Wuppertal), dans l’après-midi. Étant donné que la police de Wuppertal a déjà moins participé aux manifestations, elle ne veut probablement pas de nouveaux gros titres. Des dissidents antagonistes sont présents à la démo, mais décident de se retenir d’actions directes par respect pour les membres de la famille en deuil qui sont présents. Au mémorial, il y a une minute de silence,

Read also:
EU SURE initiative: saving jobs or pleasing investors?

Au commissariat de Hofkamp, ​​manifestants et policiers se tiennent face à face. Dans les discours, il est dit qu’il y a particulièrement souvent des opérations brutales à partir de cette station. GiorgosZantioti a été arrêté dans la zone de cette gare. #w1311

Le parquet et les médias policiers traînent Giorgos dans la boue à titre posthume. L’enquête sur le troisième décès en 2 ans en lien avec des « actions de police » à Wuppertal, mais n’aboutira pas à rien. De nombreux militants ont non seulement promis leur soutien à la famille, mais ils enquêtent également déjà activement sur les circonstances de la mort de Giorgos.

Les camarades de Wuppertal aimeraient voir de nombreuses actions de solidarité à l’intérieur et à l’extérieur de Wuppertal, car la lutte contre la violence structurelle des flics et pour la clarification de ce qui s’est passé le 1er novembre doit être intensifiée. Après les manifestations et les rassemblements à Wuppertal, il y a eu aussi des actions à Coblence, Hambourg et Francfort-sur-le-Main, le 20 novembre à 18h00 (18h00) il y aura une manifestation à Berlin. Le point de départ sera Karl-Marx Platz.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.