Un “jour noir” pour la démocratie grecque

Par Dimitris Konstantakopoulos
May 21, 2023

Les citoyens grecs ont été invités aujourd’hui à décider qui les gouvernera au cours des quatre prochaines années. Seulement leurs choix réels sont très limités et se situent principalement entre des partis qui, d’une part, sont contrôlés à un degré ou à un autre par l’oligarchie nationale et les puissances étrangères qui contrôlent la Grèce, et d’autre part, ne sont pas appréciés par le peuple grec.

Les prévisions donnent une victoire confortable au parti de droite Nouvelle Démocratie, même s’il ne sera pas facile de former un gouvernement. Et ce, bien qu’il soit accablé par un énorme scandale de surveillance, via un mécanisme mis en place avec l’aide des services de renseignement israéliens. Parmi les personnes surveillées par les services de renseignement israéliens et le bureau de Mitsotakis, figuraient des ministres clés du gouvernement, des amis de l’épouse du Premier ministre, les chefs des forces armées et de l’ armée, ainsi que le chef du troisième parti le plus important du pays, le PASOK de Nikos Androulakis. Le scandale a également révélé à quel point Israël est en train de prendre progressivement, mais obscurément, le contrôle presque total de la Grèce et de Chypre, deux membres de l’UE et de l’OTAN (le premier). Certains observateurs pensent également que ce scandale a été révélé par les services américains, en colère parce que les Israéliens surveillaient également leurs citoyens et parce qu’ils remettaient en question leur propre monopole sur l’écoute de tout le monde. Il est révélateur que, alors que le pays a connu de nombreuses discussions au Parlement sur le sujet du scandale de la surveillance, pas un seul dirigeant d’un parti grec, du parti communiste et de Varoufakis à Velopoulos de la droite nationaliste, n’a osé utiliser le mot “Israël” et ses dérivés !

Read also:
Rapport choquant sur la Grèce

Outre le scandale de la surveillance, le gouvernement est accablé par la situation improbable de l’appareil d’État, révélée par la tragédie ferroviaire de Tempi, en Grèce centrale, par l’effondrement du système de santé, la Grèce étant la plus mal lotie de toute l’Union européenne en termes de décès dus au COVID, par des dizaines de scandales graves et par une grave détérioration de l’atmosphère morale dans le pays et de la criminalité, tandis que l’inflation décime les revenus des classes populaires et des classes moyennes.

Sur la question de l’Ukraine, le gouvernement a suivi une politique étrangère d’anti-russisme extrémiste, à laquelle s’oppose la grande majorité du peuple grec, malgré le barrage de propagande qu’il reçoit, comme tous les citoyens des “démocraties” occidentales, de la part des médias. Les Grecs ont trop souvent été victimes de l’impérialisme occidental à l’époque moderne, depuis 1204. Au cours du siècle dernier, ils ont payé un terrible tribut aux interventions occidentales, comme en 1944-1949, avec la guerre civile, en 1967, lorsque les États-Unis ont imposé une dictature militaire en Grèce, en 1974, lorsque Kissinger a organisé un coup d’État à Nicosie et l’invasion turque en Chypre qui a suivi, et en 2010 et 2013, avec l’imposition des programmes de renflouement et de destruction de la Grèce et de Chypre, respectivement. Aucun Grec ne peut se faire d’illusion sur le caractère criminel des régimes capitalistes et impérialistes “démocratiques” occidentaux.

Cependant, Nouvelle Démocratie conserve l’initiative et remportera probablement les élections, en raison de la gravité de la défaite politique, morale et psychologique subie par le peuple grec en raison de la trahison des dirigeants de SYRIZA. Pour la défaite de 2015, le président de SYRIZA, Alexis Tsipras, porte de graves responsabilités historiques, mais Yanis Varoufakis, tout le noyau dirigeant de facto de SYRIZA, ainsi que les diverses tendances et l’opposition au sein du parti, portent des responsabilités tout aussi graves. Comme si la défaite de 2015 ne suffisait pas, SYRIZA a ensuite prouvé qu’il n’avait pas de grandes idées pour la réforme nécessaire de la Grèce, tout en heurtant de front le sentiment national de la majorité des citoyens grecs, y compris ses électeurs, sur la question macédonienne, qu’il s’est empressé de “résoudre” afin de satisfaire la quête américaine d’absorption de la Macédoine du Nord dans l’OTAN.

Read also:
Does Europe Have Enough Political Will to Stand Up to US Sanctions?

Toutes les formations de la gauche grecque, y compris le KKE et MeRA25, le parti fondé par Varoufakis, sont dans une situation tout aussi désastreuse. Ces deux partis et plusieurs autres plus petits gagneront des voix, mais en raison de l’hostilité des électeurs de gauche envers SYRIZA, et non pour des raisons positives, car ces deux partis (et les autres plus petits) n’ont pas de programmes sérieux et ne sont pas crédibles quant à leur mise en œuvre. En outre, les deux partis refusent catégoriquement toute coopération avec SYRIZA, contribuant ainsi à la victoire finale de Mitsotakis.

Le KKE a pour principal adversaire SYRIZA et non Nouvelle Démocratie. En outre, il refuse toute coopération avec qui que ce soit, affirmant que tous les autres sont des partis bourgeois et qu’ils sont les seuls à représenter la “révolution”. Seuls ces “purs révolutionnaires” ont évité de prendre position lors du référendum de 2015, en 2010 ils ont pris soin de mobiliser pour protéger le parlement face à la manifestation quasi insurrectionnelle de mai 2010 contre l’imposition du programme de renflouement et ils sont maintenant en train de miner leur opposition à l’OTAN par la théorie des “impérialismes en conflit” en Ukraine. Quant au parti de Varoufakis, il s’agit plus ou moins d’un one man show, sans programme clair. Varoufakis accuse également le président Poutine et son régime d’être des criminels.

Selon un sondage réalisé il y a quelques jours, 25 % des électeurs voteront pour empêcher la formation d’un gouvernement de Nouvelle Démocratie (droite), 24 % pour empêcher la formation d’un gouvernement de Syriza (gauche) et 11 % pour exprimer leur mécontentement à l’égard de Nouvelle Démocratie, de Syriza ou des deux. En d’autres termes, 60 % des électeurs voteront pour des raisons négatives. Seuls 39 % voteront parce qu’ils sont attirés par les éléments positifs d’un parti. Je suppose qu’il s’agit principalement des pauvres, qui espèrent que la gauche les protégera d’une manière ou d’une autre de la démolition de leur niveau de vie (dans une certaine mesure, il s’agit également des riches qui veulent bénéficier de la politique de pillage de la richesse nationale et de l’abolition de leurs impôts menée par la droite).

Read also:
Monsanto is poisoning the human race

Bien entendu, un pourcentage important de Grecs ne votent pas ou votent pour divers partis improbables parce qu’ils estiment qu’aucun parti ne les représente.

Les élections se déroulent dans un climat de totalitarisme croissant, avec au moins 90 % des médias se livrant à une propagande pro-gouvernementale (et encore plus pro-OTAN, pro-américaine et anti-russe). La situation dans le briefing est la pire que la Grèce ait connue depuis la chute de la dictature militaire.

Une éventuelle victoire de Mitsotakis accélérerait la “crise existentielle” actuelle de la Grèce, transformée par l’Occident collectif en un laboratoire de destruction, par des méthodes “pacifiques”, d’une nation – d’un État et de sa civilisation.