Supprimer la démocratie amènera la mafia au pouvoir

Par Dimitris Georgopoulos
10/04/2021

Un journaliste et blogueur grec a été abattu devant sa maison à Athènes, ont rapporté vendredi les médias grecs citant la police, soulevant des inquiétudes sur la liberté de la presse en Grèce.

Giorgos Karaivaz, qui était connu pour être un reporter de la police, a été tué par sept coups de feu dans le quartier d’Alimos, selon les rapports. Par la suite, deux hommes ont été vus s’enfuyant sur une moto.

Karaivaz a beaucoup écrit sur la corruption de la police et des services secrets et il a également révélé que la police a laissé à Dimitris Lignadis, ancien directeur artistique du Théâtre national, beaucoup de temps et de possibilités pour détruire les preuves à charge. Lignadis, nommé à son poste par le gouvernement de Mitsotakis, est accusé de viols d’enfants et est actuellement en prison. Les partis d’opposition et les syndicats d’artistes ont accusé le gouvernement de tenter d’étouffer le scandale et ont demandé la démission de la ministre de la culture Mendoni.

Mais il y a de toute façon beaucoup de scandales assez étranges qui éclatent aujourd’hui en Grèce, ce qui fait dire à certains observateurs que le pays commence à se transformer en une sorte de “Colombie”.  Dans l’une des dernières affaires en date, il a été révélé que Menios Fourthiotis, un présentateur de télévision (et agent de mannequins, notamment d’une star du porno), était protégé par des dizaines de policiers. Selon l’ancien ministre du travail du gouvernement de Mitsotakis, Vroutsis, il avait “pris d’assaut” plusieurs fois son ministère avec ses gardes du corps, essayant d’obtenir un paiement illégal pour COVID et menaçant le ministre de le renvoyer. Un peu plus tard, Vroutsis a effectivement été licencié. Karaivaz a également écrit à ce sujet.

Ce ne sont pas les seuls exemples. Les médias sociaux grecs regorgent d’allégations très sérieuses qui n’apparaissent jamais dans les grands médias, contrôlés plus strictement qu’à aucun moment depuis la dictature des colonels (1967-74). Même si 10 % de ce qu’ils écrivent est vrai, on en conclut que les représentants des formes les plus répugnantes du crime organisé opèrent désormais au centre de l'”élite”.

Read also:
Amid Coronavirus Pandemic, Bolsonaro’s Brazil Begs For Cuban Doctors – After Expelling Them

L’assassinat d’un journaliste est un acte méprisable et lâche”, a écrit la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen sur Twitter en réaction à l’attaque. “L’Europe est synonyme de liberté. Et la liberté de la presse est peut-être la plus sacrée de toutes. Les journalistes doivent pouvoir travailler en toute sécurité”, a-t-elle ajouté. Vera Jourova, vice-présidente chargée des valeurs et de la transparence à la Commission, s’est dite “profondément choquée.” “La #Justice doit être rendue, et la sécurité des journalistes doit être garantie”, a-t-elle écrit sur Twitter.

Au fait, si Mme von der Leyen a été suffisamment motivée pour faire un commentaire public personnel sur Karaivaz, ni le Premier ministre grec Mitsotakis ni le ministre de la “Protection des citoyens” Chrysochiodes (un très bon et très proche ami des services secrets américains), n’ont fait de commentaire personnel sur l’assassinat de Karaivas. Seule la représentante de presse du gouvernement, Aristotelia Peloni, a fait une déclaration exprimant ses condoléances.

Les propos de Van der Leyen sont très aimables et encourageants mais, malheureusement, l’Allemagne et l’UE portent une grande part de responsabilité, même indirecte, dans ce qui se passe en Grèce. En écrasant toutes les forces sociales et démocratiques du pays, elles ont, d’une part, démoralisé la société grecque et, d’autre part, ouvert la voie aux éléments les plus réactionnaires et immoraux de l’oligarchie grecque. Les forces qu’ils payaient depuis des années, par l’intermédiaire de Ziemens et d’autres entreprises, pour garder la Grèce sous contrôle, piller son économie et son marché et paupériser son peuple.

La Grèce est l’avenir de l’Europe et le crime l’avenir de la marque européenne du capitalisme néolibéral antidémocratique.

AFP  – George Karaivaz, qui a travaillé durant toute sa carrière pour les principaux journaux et télévisions du pays, était «l’un des journalistes criminels les plus expérimentés sur le terrain et était tenu en haute estime par ses confrères», a déclaré dans un communiqué le syndicat Esiea des journalistes de la presse quotidienne athénienne.
https://ipi.media/mfrr-shocking-murder-of-greek-tv-journalist-demands-immediate-response/
https://www.euractiv.com/section/digital/news/greece-shocked-by-cold-blooded-assassination-of-journalist/

Read also:
How the Greek War of Independence Inspired Philhellenes Around the World

La Grèce choquée par l’assassinat de sang-froid d’un journaliste

Par Sarantis Michalopoulos
EURACTIV.com 9 avr. 2021

Des policiers enquêtent sur la zone située devant la maison du journaliste grec Giorgos Karaivaz après son assassinat à Alimos, sur la côte sud de l’Attique, en Grèce, le 09 avril 2021. Selon des témoins, deux hommes sur une moto, peut-être un scooter, devant son domicile, ont tiré plusieurs fois sur la victime avec une arme à feu, lui infligeant des blessures mortelles. Les coupables ont ensuite pris la fuite dans une direction inconnue. La police mène actuellement une enquête et la zone a été bouclée. Selon une source policière, le journaliste n’avait pas signalé de menaces à son encontre et n’avait pas demandé de protection policière. [EPA-EFE/ORESTIS PANAGIOTOU]

Un journaliste grec bien connu, qui couvrait les questions liées à la police, a été abattu vendredi (9 avril) devant sa maison lors d’une exécution de type mafieux, provoquant un choc dans la société grecque.

Giorgos Karaivaz a été assassiné alors qu’il entrait chez lui dans la banlieue d’Athènes. Les médias locaux ont rapporté qu’il a été abattu de six balles par deux hommes qui seraient des assassins professionnels.

Selon les médias, les deux tueurs attendaient en embuscade un peu plus loin de la maison du journaliste. Selon les rapports, ils l’auraient observé pendant plusieurs jours et savaient quand il rentrait chez lui. Ils auraient fui les lieux sur une moto.

Les résultats des tests balistiques montreront si les armes utilisées pour tuer Karaivaz ont été utilisées dans d’autres crimes par le passé, a déclaré la police, sans donner d’autres détails, notamment le motif possible du meurtre.

Read also:
Le mouvement des Gilets Jaunes a un an

Karaivaz, un vétéran des médias, avait la réputation d’un reporter qui avait couvert de manière constante et impartiale les affaires de la police pendant de nombreuses années.

En juillet 2010, Socrates Giolias avait été exécuté devant son domicile à Athènes par une organisation terroriste.

La sécurité des journalistes dans l’UE a occupé le devant de la scène après le meurtre des journalistes d’investigation Daphne Caruana Galizia à Malte en 2017 et Ján Kuciak en Slovaquie un an plus tard.

La Commission européenne a récemment lancé un dialogue sur la protection des journalistes dans l’UE avec un large éventail de parties prenantes.

La vice-présidente chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová, a averti que le nombre croissant de menaces et d’attaques contre les journalistes sont des menaces et des attaques contre la démocratie dans son ensemble.

“Pour la première fois, la Commission travaille sur une initiative dédiée à la sécurité des journalistes, qui devrait apporter des améliorations tangibles sur le terrain”, a-t-elle ajouté.

Pour sa part, le commissaire chargé du marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré : “Nous devons faire en sorte que les journalistes puissent jouer leur rôle crucial dans nos démocraties en garantissant qu’ils travaillent en toute sécurité.”

Dans un rapport publié en avril 2020, le Conseil de l’Europe a déclaré avoir enregistré en 2019 142 menaces graves pour la liberté des médias, dont 33 attaques physiques contre des journalistes, ainsi que 17 nouveaux cas de détention et d’emprisonnement et 43 cas de harcèlement et d’intimidation.

[Édité par Zoran Radosavljevic]

Le contenu éditorial d’EURACTIV est indépendant des opinions de nos sponsors.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)