Souvenez-vous de la Grèce !

La Grèce : La révolte trahie

Par Dimitris Konstantakopoulos
Athènes, le 5 juillet 2016

“Je vous appelle à voter en souverains et fiers, comme l’histoire des Grecs le commande. Je m’engage à respecter le choix démocratique du peuple, quel qu’il soit.”
Alexis Tsipras à la télévision, annonçant le référendum, 26.6.2015.

Il y a un an, plus de 62% du peuple grec a voté lors du référendum du 5 juillet 2015 pour rejeter les politiques imposées à la Grèce depuis 2010 par une alliance de la finance mondiale et du gouvernement allemand, aidée et encouragée par d’autres élites européennes et mise en œuvre par le biais des gouvernements européens, de l’UE et du FMI.

En votant comme ils l’ont fait, les Grecs ont donné à leur gouvernement un mandat sans ambiguïté pour résister, surprenant amis et ennemis, notamment par le pourcentage élevé de leur vote négatif, comme ils l’ont fait à de nombreuses reprises au cours de leur longue histoire.

Personne ne pouvait prédire – et personne n’a prédit – ce résultat, que ce soit en Grèce ou en dehors de ses frontières. Les Grecs ont voté comme ils l’ont fait à un moment où la Banque centrale européenne avait déjà commencé à mettre ses menaces à exécution, en fermant le système bancaire du pays.

Le signal de l’establishment européen et des banquiers qui le soutiennent était clair. Aujourd’hui, nous fermons vos banques ; demain, nous fermerons votre pays, si vous votez non.

Tous les électeurs ont ressenti la gravité de leur décision, qui les mettrait très probablement sur une trajectoire de collision avec certaines des forces les plus puissantes de la planète.

Les Grecs ont également voté “non” malgré (dans certains cas même parce que) la quasi-totalité des médias et l’establishment politique et financier du pays ont tout fait pour les effrayer. Tous les anciens premiers ministres, les dirigeants de l’Église, des généraux à la retraite respectés, tous les grands noms de l’économie ont averti les Grecs des conséquences qu’ils subiraient s’ils votaient non et les ont exhortés à voter oui (nous avons des raisons de penser que si toutes ces pressions n’avaient pas été exercées, le résultat du référendum aurait été de 80 % ou 90 % pour le non).

Même SYRIZA n’a pas fait de campagne sérieuse pour le Non ! Le lundi 29 juin, les partisans du Oui ont organisé un rassemblement d’environ 20 000 personnes sur la place de la Constitution, avec le slogan “Nous restons dans l’Europe !” Le vice-Premier ministre Yannis Dragasakis s’est exprimé en direct sur la télévision publique grecque le soir du même jour, trois jours seulement après l’annonce du référendum, pour dire que les différends avec les créanciers n’étaient finalement pas si tragiques, de sorte qu’il y avait peut-être place pour une réconciliation et même une possibilité d’annuler le référendum. Il a ajouté que quoi qu’il arrive, Tsipras avait déjà accompli sa mission et gagné sa place dans l’histoire de la Grèce, ouvrant ainsi la voie à une “retraite honorable” du Premier ministre ! (Le même Dragasakis, un jour après l’accord final avec les créanciers, le 13 juillet, a remercié l’administration américaine pour sa grande contribution à la… capitulation).

Read also:
Tens of thousands attend largest pro-Palestine march in British history

Peut-être que les conseillers de Tsipras n’ont pas apprécié cette interview. Peut-être que, l’œil rivé sur les données de l’opinion publique, ils commençaient à craindre que le Oui se dirige vers une énorme victoire, qui serait interprétée comme leur défaite et conduirait à leur éviction du pouvoir. Quoi qu’il en soit, Tsipras est intervenu une deuxième fois le mardi 30 juin, exhortant les Grecs à voter Non.

Puis quelque chose s’est produit. Entre mardi et vendredi, la plupart des Grecs ont pris une décision, d’une manière qu’aucun sondeur, politicien ou analyste n’aurait pu prédire. C’était une question de logique et d’espoir. Ils savaient qu’ils n’avaient pas grand-chose à attendre des “créanciers”, si ce n’est de nouveaux désastres. L’expérience de cinq ans l’avait amplement prouvé. Pourquoi ne pas essayer l’autre voie, comme le proposait leur gouvernement ?

Mais ces pensées logiques ne suffiraient pas en elles-mêmes à faire ignorer aux Grecs la menace à peine voilée d’ennemis aussi puissants de détruire leur pays, comme ils l’ont fait tant de fois dans le passé.  Les Grecs ont compris que des risques très sérieux étaient encourus.

C’est à ce moment-là qu’est entré en action le mécanisme fondamental qui conduit aux révoltes dans l’Histoire, qu’elles soient violentes ou pacifiques.

Le terrible dilemme auquel ils étaient confrontés a activé les strates les plus profondes de l’inconscient individuel et collectif. La dignité l’a emporté sur la peur.

Après tout, la Grèce a toujours été intrinsèquement liée, en tant que notion et en tant que projet, à la résistance contre les envahisseurs étrangers, ainsi qu’aux notions de liberté humaine, de citoyenneté et de démocratie. Ces notions sont nées en Grèce, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité. Elles ont rendu possible la victoire des anciennes cités grecques sur la force écrasante de l’empire despotique des temps anciens et c’est cette bataille qui a donné naissance à l’idée même d’Europe.

À l’époque moderne, pour ne citer qu’un exemple, les Grecs, avec les Britanniques, ont été l’une des rares nations à résister, en 1940-41, à la montée du totalitarisme de l’époque, offrant aux Soviétiques le temps précieux et la marge de manœuvre nécessaires pour qu’ils puissent finalement vaincre le monstre.

Read also:
Ukrainian Draft Dodgers Flood EU and Russia to Flee Impending War

Comme le référendum l’a prouvé, les caractéristiques les plus profondes de l’identité grecque ne se sont pas éteintes, comme certains le croyaient. Elles sont restées dans le noyau de l’identité et elles se sont réveillées quand les gens en ont eu besoin.

Malheureusement, ce n’est pas le seul modèle quasi permanent de l’histoire grecque. Un autre est la trahison, encore et encore, par les dirigeants : la difficulté de cette nation à se doter d’un leadership à la hauteur de son héroïsme. Dionysios Solomos – poète national grec et auteur de l’Hymne à la liberté (également connu sous le nom de Dithyrambis à la liberté), le poème narrant la révolution grecque de 1821, qui est devenu l’hymne national de la Grèce – l’a résumée dans une phrase historique adressée aux habitants des îles Ioniennes (Lettre aux Eptanisiens) : “Mon peuple bien-aimé, facile à croire, toujours trahi”. Peut-être cela ne s’applique-t-il pas seulement aux Grecs, mais est-ce un sort assez typique pour les utopistes, les idéalistes, les amoureux de la liberté ?

Le vendredi 3 juillet, des centaines de milliers d’Athéniens, peut-être plus, ont convergé vers la Place de la Constitution dans l’un des plus grands rassemblements de l’histoire du pays pour proclamer une fois de plus leur “Non” à l’Empire de la finance qui gouverne et détruit leur pays.

Le soir du dimanche 5 juillet, le résultat du verdict était là pour tous. Le gouvernement, sans le comprendre, sans le soupçonner, sans vouloir le faire, avait réveillé les dieux de l’Histoire. Alors que la lumière d’Apollon se répandait une fois de plus sur ce pays, elle révélait à la fois la grandeur des gens ordinaires qui font toujours l’histoire de l’humanité et la maigreur de leurs supposés dirigeants.

Il n’y avait personne au gouvernement pour recevoir le message. Personne n’était prêt ou désireux de lancer la bataille à laquelle ils avaient eux-mêmes appelé le peuple grec. Terrifiés par leurs propres décisions et actions, ne s’étant jamais préparés à autre chose qu’un compromis leur permettant de rester au pouvoir, très probablement contrôlés et/ou manipulés, dans un sens ou dans l’autre, par les “Maîtres de l’Univers”, ils ont commencé à chercher des moyens de “capituler dans la dignité”, quelques heures seulement après la fin du vote.

Dans la nuit, Tsipras a renvoyé Varoufakis, qui aurait eu de grandes difficultés à signer la capitulation. Lundi matin, il a convoqué les leaders de tous les partis à une réunion sous la présidence de la République. Ces leaders, des personnes insignifiantes de toute façon, et encore plus après avoir été rejetées juste la veille par l’écrasante majorité du peuple, ont passé de nombreuses heures à travailler sur un communiqué qui réinterpréterait le verdict du référendum et expliquerait que les Grecs leur avaient donné le mandat de ne pas ouvrir une brèche avec les créanciers et de ne pas quitter “l’Europe”. Il a fallu quelques jours de plus, jusqu’au 13 juillet, pour que Tsipras signe la capitulation finale – et son propre arrêt de mort, moral avant tout.

Read also:
Greece: Drone soars over thousands of 'NO' protesters as referendum looms 3/07/2015

La soudaine volte-face du gouvernement, à peine le vote terminé, a porté un coup dévastateur au moral et à l’état psychologique de la population grecque, un coup bien pire qu’une défaite militaire. Il est normal d’être vaincu par un ennemi supérieur. Il n’est pas normal d’être appelé au combat par son chef, pour que celui-ci commence à expliquer les avantages de la capitulation quelques jours plus tard. Le monde disparaît sous nos pieds. La société grecque est soudainement dévastée émotionnellement et intellectuellement, incapable de parler ou d’agir de quelque manière que ce soit. De nombreuses personnes sont même tombées malades.

Un an plus tard, les Grecs souffrent encore de ce choc moral et de cette défaite, ainsi que des terribles conséquences qu’ils commencent à avoir sur leur vie et sur leur pays, qui se transforme progressivement en une sorte de Dachau financier.

Selon les sondages les plus récents, les sentiments dominants chez les Grecs sont maintenant

la colère, 57,3
la honte, 53,8
la peur, 40,9
l’espoir, 15
la fierté, 3,5
la certitude, 3,1%.

Était-ce le résultat escompté ou le résultat d’une étrange combinaison de différents facteurs ? Nous ne pouvons donner de réponse certaine à cette question.  Mais il est certain que ni l’histoire de la Grèce ni celle de l’Europe ne se sont terminées le 13 juillet, le référendum britannique en est la dernière démonstration).   Elle se poursuivra et pourrait bien prendre des formes plus violentes et dangereuses, le facteur géopolitique intervenant également dans l’équation, comme l’ont déjà indiqué les attentats terroristes et la crise des réfugiés de 2015.