Ruffin contre Mélenchon

“Oui, je suis parti de LFI”: François Ruffin acte sa rupture avec Jean-Luc Mélenchon

Par Sophie Cazaux
Le

La France insoumise, “à l’évidence oui, j’en suis parti”, acte François Ruffin sur RTL ce jeudi 4 juillet, après avoir critiqué haut et fort la décision du mouvement de ne pas investir certains candidats critiques avec la direction comme Raquel Garrido et Alexis Corbière pour les élections législatives.

“Mes désaccords avec Jean-Luc Mélenchon sont connus, ils sont profonds: sur la démocratie, sur le bruit et la fureur plutôt que la force tranquille”, explique le candidat aux législatives, qui est en ballottage défavorable dans sa 1ère circonscription de la Somme face à l’extrême droite.

Il ne sera “pas dans le groupe LFI” s’il est réélu

“Ma place ne sera pas dans le groupe LFI si jamais je suis élu”, ajoute François Ruffin, qui siégeait avec les insoumis dans l’Assemblée nationale sortante.

“Il y a beaucoup de gens bien chez les insoumis, mais il y a moyen de faire autre chose avec des amis communistes, écologistes, de Génération.s et ainsi de suite”, explique encore François Ruffin, mais “on n’en est pas là du tout”.

Lire la suite www.bfmtv.com

Guerre Hamas-Israël : François Ruffin estime que la parole des insoumis «n’est pas à la hauteur de la gravité des événements»

Par Lilian Alemagna
10 octobre 2023

Voilà une parole à gauche qui devrait plaire aux uns. Tendre un peu plus les autres. Et sûrement aider la gauche à rester unie alors que les attaques terroristes du Hamas dans le sud d’Israël ébranlent sérieusement la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) depuis samedi. Dans un entretien au Monde mis en ligne mardi soir, François Ruffin prend quelques distances avec la direction de son groupe, la France insoumise avant de livrer une position claire : condamnation «sans réserve» des «actes horribles» du Hamas, «organisation fanatique, terroriste» ; critique de la position française «alignée» sur les Etats-Unis «un gouvernement jusqu’au-boutiste en Israël» ; et demande de «paix» et de «cessez-le-feu».

Read also:
Rassembler l’opposition de gauche à Macron

«Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement : samedi, le Hamas a commis des abominations», dit ainsi Ruffin en réponse au fait que sa présidente, Mathilde Panot, a refusé, mardi, de qualifier l’organisation palestinienne de la bande de Gaza de «terroriste». «Pas de pudeur de gazelle, affirme le Picard. On doit mettre des mots forts sur des actes horribles, sinon notre parole est discréditée, moquée, enlisée dans des justifications byzantines, pas à la hauteur de la gravité des événements. Nous ne sommes pas le point de repère politique, diplomatique, moral, que nous devrions être.»

Lire la suite www.liberation.fr

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.