Radioactivité dans la région de Khmelnytskyi (Ukraine) touchée par des bombardements

Beaucoup de désinformation circule sur internet et les réseaux sociaux sur une pollution radioactive qui aurait touché une partie de l’Europe de l’Est (notamment la Pologne) suite à des bombardements sur un dépôt de munitions d’une base militaire à proximité de la ville de Khmelnytskyi.

La CRIIRAD a publié à ce propos le 17 mai dernier une note d’information que l’on peut retrouver sur la page dédiée à la situation radiologique en Ukraine depuis le début du conflit : https://balises.criirad.org/actu_guerre_Ukraine_2022.html

La CRIIRAD avait notamment vérifié les mesures des capteurs de surveillance situés autour de la zone de l’explosion dans les heures et les jours qui ont suivi l’explosion supposée. Après l’explosion, les vents étaient orientés en direction de l’ouest puis du nord. Aucune anomalie n’a été mesurée au niveau des capteurs situés sous ces vents, dans un rayon de 50 kilomètres autour de la zone. Un seul capteur avait mesuré une augmentation, mais celui-ci est situé à 12 kilomètres au sud-est du site. Cette augmentation, dont l’origine n’est toujours pas déterminée, est survenue avant l’heure supposée de l’explosion. Après une nouvelle consultation ce jour des données de la plateforme saveecobot, aucun changement n’est à signaler sur l’ensemble de ces capteurs depuis les observations du 17 mai.

D’après les données consultables sur la plateforme du réseau EURDEP, des stations en Pologne ont enregistré des augmentations ponctuelles du débit de dose gamma, de quelques dizaines de nanosieverts par heure.

D’après l’université Marie Curie-Skłodowska University de Lublin (Pologne), les pics sont survenus pendant des périodes de précipitations et sont dus au lessivage des descendants du radon 222 (dont le bismuth 214, émetteur gamma).

Read also:
Jonathan Cook: British warmongering is driving Europe towards catastrophe in Ukraine

Des épisodes similaires sont fréquemment observés sur le réseau de sondes gamma géré par la CRIIRAD dans le quart sud-est de la France et à Genève. Voici l’exemple d’une augmentation mesurée par la sonde de Grenoble lors des précipitations survenues le 7 juin 2021. Ci-dessous, graphe des mesures de débit de dose gamma à Grenoble (pic à 122 nSv/h le 07/06 à 23h locales) et radar avec épisode de pluie observée (site meteox.com) à ce moment sur la région grenobloise.

Rédaction : Jérémie MOTTE, relecture Julien SYREN

Site CRIIRAD : http://www.criirad.org (y compris nos pétitions)
Site des balises : balises.criirad.org

Lire aussi

Europe: Contamination radioactive a cause de l’ Ukraine

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.