La FIR commémore le début de la résistance grecque il y a 80 ans

Fédération internationale des résistants (FIR) – Association des antifascistes
Sep. 28, 2021

L’agression de la Wehrmacht allemande depuis avril 1941 a conduit les peuples des Balkans à développer leur résistance dans les mois qui ont suivi l’occupation militaire. Dans les États actuels successeurs de l’ex-Yougoslavie, plusieurs événements commémoratifs ont eu lieu ces dernières semaines en mémoire de l’appel à la résistance de Josip Broz Tito. Le 27 septembre 2021, les antifascistes grecs commémoreront également la fondation du Front de libération nationale (EAM), il y a 80 ans.

Pour l’Allemagne d’Hitler, la Grèce était un accès stratégique à la Méditerranée, mais surtout une région à piller. Les forces d’occupation ont confisqué des véhicules, des machines, de l’argent et des vivres. Dans le même temps, la Wehrmacht allemande a instauré un régime de terreur. Les crimes commis après la prise de l’île grecque de Crète en sont l’illustration. Le général Kurt Student a émis un ordre le 31 mai 1941, selon lequel les groupes militaires attaqués par les “émeutiers libres” devaient “exterminer” la population masculine des localités touchées et détruire toutes les maisons. Selon des recherches récentes, près de 9 000 personnes sont mortes à la fin de la guerre à la suite de ces représailles, rien qu’en Crète. Des crimes similaires ont eu lieu dans toutes les régions du pays et ont touché les 50 000 résidents juifs de Thessalonique, qui ont presque tous été déportés en quelques semaines.

Malgré la terreur, il y eut les premiers exemples visibles de résistance. Le 30 mai 1941, à Athènes, deux étudiants de 19 ans décrochent de nuit le drapeau à croix gammée que les forces d’occupation avaient hissé sur l’Acropole et hissent le drapeau grec. Cette action a fait de Manolis Glezos et d’Apolostos Santas des légendes antifascistes – et a donné le coup d’envoi à l’un des mouvements de résistance les plus importants et les plus réussis contre le régime nazi en Europe.

Read also:
Channel deaths are a direct consequence of Britain and France's ‘racist’ border regime, refugee rights groups say

Après d’intenses négociations entre le parti communiste grec (KKE) et trois autres petits partis de gauche, le Front de libération nationale de la Grèce (Ethniko Apelevtherotiko Metopo, EAM) est formé le 27 septembre 1941. L’EAM devient rapidement la plus grande organisation de résistance. Dans sa charte fondatrice, il appelait à la libération du pays, à la restauration de la souveraineté et à la formation d’un gouvernement de transition après l’expulsion des forces d’occupation. Sa tâche consistait à préparer des élections libres afin de laisser le peuple grec décider lui-même de la forme de gouvernement qu’il souhaitait. Cependant, la tâche la plus urgente du Front de libération nationale était initialement de faire face aux difficultés quotidiennes de la population causées par l’occupation – la situation alimentaire catastrophique déclenchée par l’exploitation économique effrénée du pays, qui a causé environ 100 000 morts au cours du premier hiver d’occupation. En outre, l’EAM organisait des manifestations et des grèves par le biais de sa branche syndicale.

En février 1942, l’Armée populaire de libération de la Grèce (ELAS) a été fondée en tant que bras armé de l’EAM, sous le commandement suprême d’Aris Velouchiotis. Elle était la principale force de la lutte partisane contre les occupants allemands et leurs alliés. Une action importante, par exemple, a été la destruction du pont de Gorgopotamos, la voie de transport centrale pour les forces d’occupation entre Athènes et Thessalonique, en novembre 1942.

L’EAM et l’ELAS ont joué un rôle décisif dans la lutte de libération de la Grèce. Néanmoins, en 1945, après l’expulsion des occupants allemands, ils ont été opposés dans la guerre civile grecque comme une “menace communiste” par le gouvernement monarchiste avec le soutien de l’armée britannique. Cela a conduit à une absence de reconnaissance par l’État de la lutte des partisans pendant de nombreuses décennies en Grèce. Malgré toute l’appréciation de la résistance de l’EAM, il n’y a pas de mémoire commune jusqu’à aujourd’hui.

Read also:
Pre-existing inequality led to record UK Covid death rate, says health expert

La FIR et ses fédérations membres n’oublieront jamais les grandes réalisations de l’EAM et de l’ELAS. Elles saluent à l’occasion du 80e anniversaire de la fondation les camarades grecs du PEAEA-DSE et espèrent que le gouvernement grec appréciera également cette lutte partisane de manière appropriée.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.