Guerre hybride

Par Dimitris Konstantakopoulos
26/08/2023

Le pire gouvernement de tous les temps et les divers lobbies de la corruption, de la déraison et de l’extrême droite qui tentent de l’aider, essaient maintenant d’attribuer la responsabilité d’une catastrophe nationale énorme et largement évitable aux immigrés, aux agents turcs et russes ou aux extraterrestres.

Avant, c’était la crise climatique. Certes, il y a la crise climatique, mais c’est une raison pour faire plus, et non moins, face aux répercussions des phénomènes climatiques extrêmes qu’elle provoque !

Comme le changement climatique ne suffit plus à justifier la destruction sans précédent de la Grèce et la responsabilité du gouvernement dans cette destruction, on utilise des expressions au sens insondable comme “guerre hybride” et “menaces asymétriques” pour expliquer le bordel grec. Plus une expression est pompeuse, plus elle impressionne. Plus elle est incompréhensible et obscure, moins on la soumet à la critique et à l’examen. C’est la pire des relations publiques.

Même la Cour suprême s’est mobilisée pour trouver les bandes criminelles qui mettent le feu aux bois. Mais elle n’a pas besoin de fouiller les forêts de Thrace (nord-est de la Grèce). Il suffirait d’enquêter au Maximou (bâtiment où se trouve le bureau du Premier ministre grec) et dans les ministères pour constater que rien ne fonctionne ni dans l’État ni dans le gouvernement et que cet État et ce gouvernement sont incapables de faire face aux incendies ou à tout autre problème du pays. Tous les Grecs intelligents savent ce qui intéresse exclusivement le gouvernement et l’État. Nous supposons que les honorables hauts magistrats le savent également.

Read also:
Palestine : Appel commun des partis communistes et ouvriers, à l’initiative du Parti du peuple palestinien

Attendent-ils vraiment de cet État et de ces hommes politiques qu’ils nous protègent contre les incendies, ce qu’ils n’ont pas réussi à faire même à une époque bien meilleure ?

Et s’ils veulent connaître les bandes criminelles qui opèrent en Thrace, pourquoi ne demandent-ils pas à M. Mitsotakis, qui surveille tout le monde (ou bien aux services secrets israéliens qui ont mis en place le réseau de surveillance) ?

On ne peut certainement pas exclure que certaines personnes allument des incendies. Il ne s’agit pas, bien sûr, des immigrés ou des agents russes et turcs, mais, plus probablement, des cercles corrompus bien connus des entreprises de construction grecques de toutes sortes (qui entretiennent généralement d’excellentes relations avec le gouvernement). Historiquement, ils sont à l’origine de nombreux incendies nécessaires au “développement” de l’immobilier.

Quoi qu’il en soit, pourquoi personne ne se fait prendre ?

Le chef des forces armées s’est rendu en Thrace avec ses commandos pour effectuer des patrouilles, l’État répandant à nouveau des rumeurs sur des incendiaires inconnus !

Bien sûr qu’il y a une guerre. C’est une guerre bien réelle, lancée par le gouvernement, les médias totalitaires systémiques (qui ont surpassé les médias de la dictature, bien qu’avec des méthodes différentes), notre monde journalistique, intellectuel et universitaire entremêlé et toutes les versions d’une extrême droite stupide qui a été libérée à la suite de l’incroyable gâchis de la gauche et du centre-gauche grecs de toutes les nuances. C’est la guerre menée par l’indescriptible “élite” grecque et le gouvernement de ce pays contre l’esprit, l’intégrité, la mémoire et la dignité des citoyens grecs.

Read also:
Greece and Cyprus: absorbed into Greater Israel

D’accord, admettons que les immigrés, les Turcs et les Russes ont allumé les incendies. Les immigrés, les Turcs et les Russes ont-ils provoqué la collision des trains en mars dernier ? Les ambulances étaient-elles à temps pour atteindre les patients qui sont morts en les attendant ? Ont-ils détruit le pont de Patras, tuant les personnes qui se trouvaient en dessous ? Ont-ils détruit nos écoles et nos hôpitaux ? Ont-ils laissé nos aéroports et nos compagnies aériennes sans certification ? Ont-ils laissé les avions de lutte contre les incendies de Kanadair sans entretien adéquat, provoquant ainsi la mort de deux pilotes le mois dernier ? Les immigrés, les Turcs et les Russes ont-ils forcé nos politiciens à accepter des pots-de-vin de Siemens, Novartis et d’un millier d’autres entreprises ?

Dans l’état où se trouve l’État grec aujourd’hui, si des agents turcs et russes le voulaient vraiment, ils l’auraient littéralement fait exploser.

Les scandales et les crises se produisent dans d’autres pays. Ce n’est que dans les pays à peu près “normaux”, c’est-à-dire les pays qui conservent des perspectives et des possibilités de survie, qu’ils provoquent une sorte de réaction corrective. En Grèce, ils provoquent des écarts encore plus importants par rapport au mode de fonctionnement normal de l’État.

Le pays ressemble à un patient en phase terminale, souffrant d’une défaillance de plusieurs organes…

PS. Une question majeure et très importante qui n’était pas le sujet de cet article est le cannibalisme de l’État grec pendant treize ans en application des programmes coloniaux destructeurs imposés par l’Allemagne, l’UE et le FMI, qui fonctionnent toujours – malgré les mensonges des partis politiques grecs – ,et qui resteront en vigueur jusqu’en 2060, en supposant que la Grèce existe encore à ce moment-là.

Read also:
A Green New Deal beyond growth

Alors que la crise climatique rend nécessaire la création d’une infrastructure beaucoup plus résiliente, l’infrastructure grecque n’a fait l’objet d’aucun nouvel investissement, tandis que le personnel de l’État et les dépenses gouvernementales ont été réduits de façon spectaculaire en application des “programmes de sauvetage” imposés par les puissances européennes et le FMI à la Grèce.

Les désastres actuels, et ceux encore plus graves à venir, sont programmés par les programmes de sauvetage.

Aux résultats matériels des politiques européennes, il faut ajouter les résultats moraux et psychologiques non négligeables de la pression exercée sur le pays.

PPS . Nous rappelons que les pompiers et la protection civile ont demandé, comme l’ancien ministre Alekos Papadopoulos, au premier ministre Kyriakos Mitsotakis de demander de l’aide à la Russie. Mais il semble que le gouvernement soit plus intéressé par le maintien de bonnes relations avec l’Amérique que par la sauvegarde des forêts grecques.

Traduit du grec Υβριδικός Πόλεμος | ΔΗΜΗΤΡΗΣ ΚΩΝΣΤΑΝΤΑΚΟΠΟΥΛΟΣ