Affaire Steve Maia Caniço: le jeune homme est tombé dans la Loire au moment de l’intervention policière, selon le parquet

A la différence de Wissam El Yamni, où les magistrats donnent une totale confiance aveugle à l’IGPN sous prétexte qu’elle serait assermentée, les magistrats dans la mort de Steve Caniço ont fait preuve de courage, de pro-activité et d’un esprit critique pour découvrir que le rapport de l’IGPN est erroné.
« la famille est assez sidérée par le fait que le rapport de l’IGPN (…), sur la base duquel le premier ministre avait communiqué (…) pour dire qu’il n’y avait pas de lien entre l’intervention policière et la chute de Steve Maia Caniço dans la Loire, est un rapport erroné »

Affaire Steve Maia Caniço: le jeune homme est tombé dans la Loire au moment de l’intervention policière, selon le parquet

Le procureur de la République, Philippe Astruc, a annoncé jeudi la convocation en juillet de plusieurs personnes, dont deux policiers.

17 juin 2021
photo:

Deux ans après la mort tragique de Steve Maia Caniço à Nantes lors de la Fête de la musique, l’enquête a établi qu’il était tombé dans la Loire « dans le temps de l’intervention de la police » pour disperser le rassemblement auquel le jeune homme participait, a annoncé, jeudi 17 juin, le parquet de Rennes.

L’analyse des relevés de son téléphone a « permis de situer le moment de la chute de M. Maia Caniço dans la Loire à 4 heures et 33 minutes, soit dans le temps de l’intervention de la police nationale » sur le quai Wilson où se déroulait la soirée, a déclaré Philippe Astruc, le procureur de la République de Rennes où l’affaire a été dépaysée.

Read also:
L’antifascisme, le vrai

« Le magistrat instructeur a adressé cette semaine différentes convocations pour le mois de juillet, pouvant aboutir à une mise en examen ou au placement sous le statut de témoin assisté, à six personnes physiques et deux personnes morales », a détaillé M. Astruc. Il s’agit notamment du « directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique par intérim » et du « commissaire divisionnaire [chargé] du dispositif sur le quai Wilson au moment des faits ». Les autres personnes convoquées sont la maire de Nantes et son adjoint à la sécurité « au moment des faits », ainsi que le préfet de Loire-Atlantique et « le sous-préfet, directeur de cabinet du préfet en poste au moment des faits », selon le communiqué. La mairie de Nantes et Nantes Métropole sont également convoquées au titre de personnes morales.

« La phase de recueil des témoignages et des éléments techniques permettant d’avoir une vision précise du déroulement des faits du 22 juin et des modalités de préparation de la Fête de la musique est à ce stade globalement terminée. Sur la base de ces éléments s’ouvre désormais « la phase d’analyse des responsabilités pénales susceptibles d’être ou non retenues sous la qualification d’homicide involontaire ». Les convocations de juillet entrent dans ce cadre.

Lire la suite www.lemonde.fr