Il n’y a plus de classe dirigeante, mais elle reste dominante

par Gaetano Azzariti
Il Manifesto, 5 fevrier 2021

Nous avons assisté ces derniers jours, impuissants, à l’effondrement de la classe politique. Une épreuve de force finale indigne, mais les symptômes de l’effondrement étaient depuis longtemps présents. La perte progressive de l’autorité d’une communauté politique fragile, enracinée dans les intérêts matériels de représentants, incapable de construire le nouveau, voire de gérer l’existant, est évidente. Une introversion qui a transformé la nature de notre classe dirigeante : qui n’est plus un « exécutif » mais seulement « gestionnaire ». Dans cette situation entre passé et présent – une page gramscienne classique nous l’enseigne – « l’ancien meurt et le nouveau ne peut pas naître : dans cet interrègne, les phénomènes morbides les plus variés se produisent ». Mais Gramsci se demande aussi si ces phases doivent être résolues « nécessairement » en faveur d’une restauration de l’ancien monde. C’est la question que nous devrions sérieusement nous poser aujourd’hui.

Il est presque inutile de chercher le coupable : nous sommes tous impliqués. Cela ne veut pas dire que nous sommes tous également responsables, loin de là. Mais la faiblesse globale du système politique et de la représentation a fait qu’il n’a pas été possible d’éviter le pire, même si cela s’est manifesté de la manière la plus niée et instrumentalisée : les « phénomènes morbides » se sont transmis comme « chefs-d’œuvre politiques ». C’est alors la faiblesse globale du système démocratique que nous devons examiner si nous ne voulons pas finir par être balayés sous les décombres d’un régime de pouvoir maintenant en morceaux.

Ce n’est même pas une question du dernier gouvernement ou de l’autre. Nous ne pouvons pas tout réduire aux insuffisances ou aux vertus, à l’accusation ou à la défense, au gouvernement jaune et rouge, qui a tenté de faire face à une urgence imprévue et irrépressible avec de nombreuses incertitudes, plusieurs erreurs, un certain succès, de nombreuses justifications. Ce n’est pas la gestion problématique de la pandémie qui est le vrai problème, c’est l’ensemble des preuves dramatiques de toutes les failles de notre système politique. De plus, comme nous ne pouvons cacher que la folie de la crise gouvernementale est maintenant au point mort, nous ne pouvons pas nous limiter à récriminer contre ce que, dans une situation de paralysie dangereuse, le garant de notre constitution a adopté et qu’il considérait comme le seul moyen d’essayer de sortir du tunnel.

Read also:
Greek delegation withdraws from NATO Parliamentary Assembly in protest

Draghi est le résultat du vide de la politique, pas sa cause. C’est pourquoi – voulant revenir aux profondes raisons de la crise – il faut reconnaître que le vrai problème est le « vide », et non celui qui l’a comblé. Aussi parce que le défi auquel nous sommes confrontés est politique. La compétence certaine et le profil élevé du prochain gouvernement ne sont pas à discuter, mais il ne faut pas sous évaluer ce que cela représente.

La question à se poser, cependant, c’est quelle fin doit avoir le gouvernement des meilleurs. C’est le point critique : je me demande qui peut répondre à la question des « fins » aujourd’hui. Je ne vois personne s’interroger sur les grandes questions stratégiques, tous ne pensant qu’à se sauver eux-mêmes. C’est là que nous pouvons voir la misère de la politique et, en elle, les limites de la gauche.

Une politique qui a perdu sa capacité à construire des modèles de civilisation et des horizons de libération ; qui a été réduite à de simples tactiques, dirigée par les médias sociaux et les jeux de palais occasionnels. Une gauche qui a renoncé à ses « utopies concrètes », les valeurs historiques qui la légitimaient (égalité des droits et respect de la dignité sociale), nobles idéaux tous sacrifiés sur l’autel de la modernité du marché et du développement.

Dans cet horizon politique et culturel, privé de toute perspective, comment s’étonner que nous comptions sur ceux qui ont montré qu’ils savent éviter le pire, réussir dans une phase critique maximale pour empêcher l’effondrement du système économique et financier européen et, par conséquent, démontrer que nous savons comment restaurer l’ancien.

Si le « nouveau » ne peut pas naître, il ne peut alors prétendre arrêter ceux qui proposent une réponse de sécurité et de protection en évitant la chute du système. Vous ne pouvez pas opposer votre propre faiblesse au passé qui avance. Ainsi, pour donner un nouvel horizon au progrès, ce dont nous aurions besoin – pour reprendre Gramsci – c’est une réforme intellectuelle et morale qui permette à un groupe social de s’imposer comme une classe dirigeante (et non seulement dominante), mais en l’absence d’une classe politique, tout est beaucoup plus difficile.

Read also:
Rescuing Veneto Banks Would Have Cost Less With Indirect Nationalization

Published at www.utopie-critique.fr

Lire aussi

Un accueil politique (presque) unanime à la cour de Draghi